Confrontation

Voici un OS assez court mais que j'ai vraiment aimé écrire. Il a été fait pour la grande Yaniti, parce qu'elle adore vraiment voir Tom souffrir et qu'on le lui rend bien parce que ses fictions sont justes magnifiques.


Confrontation

Il était là. Menaçant, grand, enfin pas tellement en fait, juste un peu plus que lui. Impressionnant, ou peut être seulement pour lui. Beau, oui, comme toujours il l'avait été. En colère, très. On pouvait distinguer dans la veine de sa tempe le sang battre furieusement. Ses poings étaient serrés. Debout, il le fixait, le regardait de haut.

Tom, lui, était assis sur son lit, encore surpris de cette intrusion, et absolument pétrifié, terrifié. Il avait rarement vu Bill dans un tel état de fureur. Ses jambes fines tremblaient, ses yeux étaient noir, magnifiques aussi, mais tellement effrayant à cette instant. Il avait les cheveux libre, parfaitement lisses, tombant en cascade sur ses épaules, et de cette couleur noire qui lui donnait un air d'ange des ténèbres. Tom ne savait pas quoi faire. Que pouvait-il faire ? Rien n'aurait su calmer cette colère furieuse.

Colère douloureuse, colère d'avoir été laissé de coté, ignoré, abandonné par son propre frère.
Tout était confus dans l'esprit de Bill, et la seule chose cohérente à laquelle il pensait était frapper. Frapper la cause de sa souffrance, la cause de cette solitude qu'il avait toujours tellement redoutée. A cet instant, rien de ce qu'il s'apprêtait à faire ou dire ne le ferait culpabiliser.
Tom le méritait. Il allait payer. Cher.

Doucement, l'accusé se releva, de façon à se retrouver presque à égalité avec son jumeau. Bill le dominait toujours de quelques centimètres. Ils se toisèrent du regard pendant un instant. Les yeux du brun s'étaient un peu plus assombris, et Tom pouvait y lire toute la tristesse, le désespoir, la haine qu'il avait engendré chez la personne qu'il aimait le plus au monde. Parler n'aurait servit à rien. Les mots n'étaient plus capables d'effacer les fautes. Il avait échoué dans son devoir de toujours protéger sa moitié. Maintenant, il allait devoir assumer.

Le premier coup partit, sec, net, précis. Une gifle, une simple gifle, mais tellement douloureuse quand elle est donné avec autant de conviction, de dégout. Tom ne cilla pas, il resta droit, fixant toujours les yeux meurtriers qui le fixaient. Doucement, sa joue se réchauffa, signe de l'apparition d'une trace rouge qui resterait quelques heures.

Il ne bougea pas non plus en voyant les doigts de la main de son jumeau se crisper, pour former un poing, qu'il savait destiné à atterrir sur son visage. Il se contenta de fermer les yeux, en attente du choc. Mais, à la place, il entendit une voix, plus grave qu'à son habitude, empreinte de haine, lui ordonner de le regarder. Alors il s'exécuta, conscient de ne pouvoir y échapper. La vue de Bill dans cet état était bien pire aux yeux de Tom qu'une quelconque douleur physique.

Cette fois, quand le poing s'écrasa durement sur sa mâchoire, faisant craquer celle-ci, Tom ne pu rester de marbre, et bascula légèrement sur le coté. A peine se remettait-il droit pour de nouveau faire face au visage ravagé de son bourreau, qu'il se sentit projeté contre le mur. Sa tête s'y cogna fortement, lui faisant voir des étoiles. Un autre coup lui fut donné, dans le ventre. Il se tordit en deux et tomba à genoux en gémissant.

Non, il ne se défendrait pas. Il méritait ce que lui faisait son frère.

Il reçut un coup de genoux dans le menton, et la douleur lui écrasa l'estomac. Il sentit le sang se répandre dans sa bouche, ses dents ayant entaillés sa langue. Il cracha par terre pour se débarrasser du goût rouille qu'il détestait, et osa relever la tête. Bill ne semblait ressentir aucune émotion, et tira son frère par le col pour lui faire de nouveau face.

- Espèce de connard, dit-il en le regardant droit dans les yeux.

Puis il fut de encore projeté à terre, puis frappé dans le dos d'un coup de pied puissant, qui lui arracha un cri de douleur. Cette fois, il pouvait vraiment ressentir la colère de Bill, et celle-ci était pire qu'il l'avait imaginé. Il avait pensé souffrir, à présent il savait que ça serait bien pire. Pourtant, il se releva en tremblant, et ses yeux captèrent encore leurs semblables.

- Comment est-ce que tu as osé me faire ça, Tom ? Poursuivit-il d'une voix déchirante. Que tu m'ignores, que tu me détestes, que tu m'évites, passait encore. Mais que tu renies être mon frère ? Que tu salisses le lien qui nous unissait aux yeux de tous, en disant que tu aurais préféré naître seul ?

Tom ne bougea pas. Alors il savait... Peut être avait-il entendu, ou quelqu'un lui en avait peut être parlé, après tout ce genre de paroles ne passent pas inaperçu. Le monde entier savait que Bill et Tom étaient jumeaux. Quelle douce illusion que d'avoir pensé réussir à effacer ça durant quelques instants... Mais Tom ne pouvais se résoudre à avouer cette faiblesse à Bill.

Le brun réattaqua de plus belle. Les genoux. Un coup sec derrière, pour mettre son adversaire à terre. Puis la tête, encore. Un autre coup de poing, de l'autre coté, sur la joue. Le sang jaillit, tachant le mur, le sol, les draps. Tom releva la tête, sonné.

- Je t'aime... Murmura-t-il, les yeux mis clos à cause de la douleur lacérant tout son corps.

Bill tomba à genoux en face de son jumeau, des larmes de rages dévalant ses joues, laissant de grandes traces noires.

- Tu quoi ? Hurla-t-il en poussant son frère qui tomba le dos à terre. Tu ignores ce qu'est aimer Tom ! Tu n'aurais jamais fais ça !

Bill était à présent allongé au dessus de son frère, le regard fou, et remonta sa main le long du bras de son homologue. Tom frissonna, et fixa sa moitié intensément.

- Bill, que...

Mais son souffle se coupa. Une main venait d'enserrer son cou avec force, lui ôtant la respiration. Bill pu lire la terreur dans les yeux de son double. Il renforça sa prise, observant le visage si semblable au sien se teinter de rouge, ses yeux se révulser, ses membres sous lui devenir mous et impuissants. Il fixa la bouche s'ouvrir pour tenter d'happer ne serait-ce qu'un peu d'air, mais la main était ferme, et ne laissait aucune possibilité. Il put lire sur les lèvres de Tom un « je t'aime » silencieux, avant qu'il ne ferme les yeux, sans désir de lutter pour une vie qui n'en valait pas la peine sans son amour.

Les larmes tombant en cascade des yeux de Bill inondèrent bientôt le visage crispé du blond, qui sentit la poigne se desserrer. Il en profita pour apporter un peu d'air à ses poumons qui le brûlaient de l'intérieur. Puis, alors que la main se faisait de nouveau plus dure, l'air pénétra violement dans sa gorge libéré. Bill venait de se pencher pour poser ses lèvres sur celles de Tom, et il offrait son air à celui qu'il voulait en priver quelques instants plus tôt. Il vida ses propres poumons, insufflant la moindre particule d'oxygène qu'ils contenaient.

Sous lui, le corps reprit vie. Le c½ur qu'il ne percevait plus recommença à battre furieusement. Le torse se souleva dans une puissante inspiration. Les yeux s'écarquillèrent. Puis, quand Bill n'eut plus rien à offrir, il se détacha dans un sanglot du corps qui n'avait, à une période, fait qu'un avec le sien. Il resta ainsi, assis sur Tom qui reprenait sa respiration tant bien que mal, frottant convulsivement sa gorge où une gigantesque trace rouge avait fait son apparition.

- Pourquoi ? Demanda-t-il en pleurant. Pourquoi t'as fais ça, Tom ? Pourquoi ?

Tom sentait son cerveau lentement se remettre en marche, et il se releva pour serrer le corps de son frère de toutes les maigres forces qu'il lui restait contre lui. Il lui murmura des pardons suppliants, et inspira plusieurs fois son odeur avec force. Bill se calma doucement, toute trace de colère disparue, ayant laissé place à une incompréhension totale. Pourquoi Tom avait-il agis comme ça s'il prétendait l'aimer autant ?

- Bill... Chuchota Tom, comme pour lui confier un secret inavouable. Je t'aime, je t'aime trop... J'aurai préféré ne pas être ton frère pour pouvoir t'aimer comme ça, sans me sentir coupable...

Et tout devint soudainement logique. L'éloignement, l'ignorance, les paroles blessantes. Tom avait voulu les protéger. Il avait assuré son rôle de grand frère jusqu'au bout, quitte à souffrir, du moment que lui n'avait pas mal. Sans réfléchir, Bill posa une nouvelle fois ses lèvres sur celles de Tom, allant plus loin en introduisant sa langue pour aller chercher sa semblable dans la bouche de sa moitié. Un goût répugnant le fit cependant reculer. Le goût du sang. Le sang qu'il avait fait couler. Il prit le visage meurtris, teinté de traces rouges et bleues, de son jumeau entre ses mains.

- Tu as mal, demanda-t-il doucement en caressant les zones qu'il avait maltraitées.
- Non, sourit Tom.

Il prit la main du brun et la posa sur son torse, à l'endroit où son c½ur martelait presque douloureusement contre sa cage thoracique.

- Tu m'as guéri



FIN

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.247.42) if someone makes a complaint.

Comments :

  • fillietroz-patricia

    20/05/2015

    Pas mal j'ai bien aimé

  • Dreams-Haunted

    23/02/2012

    Encore une fois le suspense est garder jsuqu'au bout, j'ai bien cru que ça allait mal finir! bravo!

  • x-lou-world

    17/08/2011

    Juste parfait, sérieusement, ♥

  • chaos87th

    26/12/2010

    oh, c'est trop mignon... est sadique quand même. mdr
    En tout cas, j'ai adoré, vraiment.

  • yayayaoi

    02/11/2010

    haaan je viens de relire cet Os et vraiment, je m'en lasse pas.
    J'avais aimé la première fois et tu sais quoi ? Depuis le temps j'aime toujours autant quand Tom morfle c'est fou ça lol
    Merci pour ça XD

  • mllecamilledu89

    05/08/2010

    Je peut pas laisser beaucoup de coms a cause de mon ordi qui beug, mais quand j'ai les larmes aux yeux faut que j'en laisse un ! Juste ENORME et MAGNIFIQUE ! Bravo. Continue comme ça, c'est un bonheur de te lire. :D

  • zyngao

    03/06/2010

    tres touchant je dois l'avouer en effet aimer son frere ou sa soeur est punis dans certain pays mais l'amour n'as t'il aucune loi
    en tout cas merci tchao

  • laura67

    20/03/2010

    Il s'en est pris plein la gueule. Pauvre Tom.
    Mais bon, on peut comprendre que Bill ait eu mal en apprenant ce qu'avait dit Tom.
    Bonne continuation.

  • aimer-a-en-mourir

    11/02/2010

    admirable
    j'en reste sans voix
    c'est une pure merveille

  • Melina.

    07/02/2010

    Oh mon dieu ! J'ai pleuré ! Ca fait longtemps que je n'ai pas été autant émue par un OS. C'est purement magnifique ! C'est de la magie ! J'ADOOOOOOOOORE <3 !!!

Report abuse