Frisson d'Adrénaline - Chapitre 1

Et voici et voilà mon petit deuxième, fiction que j'ai vraiment écrite sérieusement. Elle a sa petite histoire x) Elle a été écrite un peu avant un incident quelque peu fâcheux qui est arrivé à mon pauvre ordinateur, il s'était retrouvé par je ne sais quel miracle inondé de café, enfin, je vous passe les détails >> Je le croyais perdu, et NON, quatre jours de supplice plus tard, il s'est remis à fonctionner et m'a même redonné cette fiction que j'étais persuadé de ne plus retrouver.

Oui, je sais, on s'en fou complètement, mais bon, c'est la petite anecdote de cette fiction XD

Le thème est, comme je l'avais précisé, un peu particulier. J'ai du faire pas mal de recherche, étant une quiche dans ce milieu spécial ^^" Mais ça en valait la peine <3
BREF, je tiens quand même à faire un gros câlin et dire un énorme merci à mon petit Ange, une fille merveilleuse qui m'a beaucoup aidé pour cette fiction, m'a fourni des idées, et pour qui j'ai écris le bonus (dont le sujet sort tout droit de son cerveau génial XD).

Bonne lecture =D



Chapitre 1

23h. Un petit pub du centre-ville, bondé en ce samedi soir. Assis sur une table, un peu à l'écart un homme. Un homme ? A première vue, ça reste impossible à affirmer. Et pourtant s'en est un. Il boit tranquillement une bière en écoutant la voix de la chanteuse du groupe engagé ce soir-là. Elle envoute doucement la foule en entamant une balade accompagnée de sa guitare acoustique, tandis que le bassiste souligne l'ambiance feutré d'une douce mélodie, calé sur le rythme lent de la batterie. Certains flirt, d'autre discutent tranquillement, d'autres encore observent la chanteuse, et enfin les plus entreprenant invitent à danser. 
Bill est convoité. Bien sûr, il arrivait que ça soit sur un malentendu, un jeune homme le prenait pour une femme, et lorsque deux yeux chocolat entourés de noir le fixent en lui répondant « Oui ? » d'une voix belle et bien masculine, il rougissait et repartait sous le regard amusé de l'androgyne. Pourtant il arrivait parfois qu'après un temps d'observation, le même jeune homme revienne avec les mêmes intentions, décidément trop intrigué et attiré par la magnifique créature. Mais celui-ci déclinait poliment l'invitation, toutefois attendri par l'initiative et le courage de son prétendant. 

Il n'était pas vraiment solitaire, quoi qu'un peu nombriliste par moment, mais préférait accepter ce genre d'invitation de la part de quelqu'un de vraiment intéressant. 

Par-là, il entendait baisable. 

Oui, Bill aimait le sexe, il aimait foutrement ça, et ce soir, il était là pour ça. Parce qu'en ce samedi soir, c'était une des seules choses qu'il pouvait s'offrir avant de reprendre le rythme effréné de sa vie. Alors il attendait, sirotant sa boisson, observant la salle. Il avait le temps, la soirée ne faisait que commencer.
Alors que ses jambes commençaient à s'engourdir, et que sa bière était vide, il se sentit d'humeur à danser. Sans attendre plus, il commanda un petit cocktail, qu'il but rapidement avant de rejoindre la piste déjà bien chaude. La température monta d'un cran lorsque le corps leste du brun se mêla à la sueur ambiante. Il ondula, dans son élément, laissant glisser sa main le long de son torse, pour la remonter et la laisser se perdre dans sa chevelure épaisse, lisse, et noire comme l'ébène. Ses hanches amorcèrent un lent mouvement provoquant. 

Les yeux se braquaient sur lui, il le savait, il le voulait. Il passa le bout de ses doigts dans la devanture de son jean, et roula des hanches. Un sifflement fut émis parmi le public qui s'était formé en cercle autour de lui. Bill esquissa un sourire et réamorça le mouvement, envoutant littéralement la foule. Qui était ce mystérieux jeune homme aux traits féminins, à la classe intimidante et au corps à en faire fantasmer plus d'un ? 

Le cercle se resserra, et quelques mains se firent baladeuses, avant d'être balayées d'une petite claque accompagnée d'un sourire aguicheur. Peu à peu, les corps se pressèrent les uns aux autres, les plus chanceux contre celui de Bill, qui s'adapta aux déhanchés de ses partenaires. Malgré tout, il n'autorisait aucune main à se poser sur lui. Il réservait ce privilège à celui (car, est-il utile de le préciser, les femmes étaient automatiquement disqualifiées, bien que certaines s'y soient essayé, en vain) qui saurait retenir toute son attention.

Une heure de danse effréné plus tard, il se reposa sur sa chaise, un peu vidé de s'être autant donné, excité par l'alcool qui coulait dans ses veines, déçu de n'avoir encore trouvé personne pour finir la nuit alors que les 2 heures du matin s'approchaient dangereusement. Il poussa un long soupir et se cala un peu mieux contre sa chaise. Une voix dans son dos le fit sursauter.

- Je suis... Bluffé.
Bill posa une main sur son c½ur qui avait loupé un battement et se retourna pour répliquer.
- Je fais cet effet à beaucoup de gens.
L'homme ricana doucement. 
- Je sais. Je te connais. Du moins, je connais ta réputation ici.
Un peu surpris par ce tutoiement direct, le brun se retourna pour détailler son interlocuteur. Il ne fut pas déçu. Il était beau, bien fait. Vêtu d'un jean ni trop moulant, ni trop large, accompagné d'une chemise blanche ouverte sur un torse halé, musclé, imberbe. 
Tout à fait son genre.
- Et quelle est ma réputation ?
Le mystérieux inconnu s'installa à la table de Bill. La lumière éclaira mieux son visage, et fini de satisfaire l'androgyne. Les traits fins, le nez droit, les yeux profond, d'une couleur chocolat envoutante, la bouche parfaite, ornée d'un piercing qui complétait harmonieusement le tableau. Petit plus aux yeux du brun : les cheveux blonds tressés en dreadlocks, plutôt longues, attachées en queue de cheval, donnaient un air des plus sexy au jeune homme.
- On dit que tu aimes te faire plaisir tous les samedi soir, que tu restes assis à cette même table, et que tu attends de trouver de la compagnie pour la nuit...
Bill sourit, conscient d'être connu. Il était un vieil habitué, et repartait effectivement très rarement seul. 
- Je t'ai observé,
 poursuivit le blond, et je sais que c'est vrai. Mais chaque samedi soir, tu me surprends un peu plus. 
Ils s'affrontèrent du regard un moment, jusqu'à ce qu'un sourire satisfait fende le visage du dreadé, visiblement fier de ne pas avoir été renvoyé de la table. Il allongea le bras vers Bill et lui tendit sa main.
- Tom, enchanté.
- Bill, sourit le brun. Mais ça tu le sais déjà.
- Faux, ton nom était un vrai mystère jusqu'à aujourd'hui. 

Nouveau sourire. Décidément, il était vraiment craquant, ce Tom.
Ils commencèrent à discuter, ce qui les surpris l'un comme l'autre. Tom, parce qu'il pensait que Bill se comporterai avec lui comme avec ses habituelles conquêtes de la soirée, et Bill parce qu'effectivement il n'avait pas l'habitude de converser avec ses proies. Néanmoins, aucun des deux n'eut l'idée d'abréger l'échange, qui leur plaisait beaucoup. Ils commandèrent à boire, parlant avec animation. Bill apprit que Tom était photographe sportif, qu'il avait le même âge que lui, c'est-à-dire 25 ans, et qu'il était un passionné de son métier. Il s'amusa beaucoup de la situation, sans que le blond puisse comprendre pourquoi.

- J'ai quand même quelques questions, dit Tom au bout d'une heure de conversation. Parce que je sais ce que tu fais quand tu viens ici, mais c'est tout. 
- Ça dépend. Pose-moi des questions, j'aviserai.
- D'accord. Alors...

Il prit un air concentré qui fit rire le brun, et le fixa d'un air curieux.
- Qu'est-ce que tu fais dans la vie ?
- Question suivante,
 s'esclaffa Bill. Désolé, t'es pas tombé sur la bonne 
- Ah, merde... Bon, ça fait rien, j'en ai d'autres. Où est-ce que tu habites ?
- Ici, dans le centre de Hockenheim. 
- Ta famille ?
- Ils sont à Berlin, mais j'ai juste mon père et quelques parents éloignés...

Tom sentit il avait touché un sujet sensible. Il préféra esquiver.
- Pourquoi venir ici tous les samedis soir ?
- Oh, tromper la solitude, ces conneries là...

Ils se sourirent. Le courant passait bien, et Bill se sentait troublé. Les relations humaines, au-delà du physique, n'avaient jamais été son fort. 
- Et toi, ne put-il s'empêcher de demander. T'es ici pour quoi ?
- Disons que je suis venu quelques fois et que j'ai été intrigué par quelqu'un d'un peu spécial... Depuis j'ai eu envie de faire sa connaissance. 
- C'est chose faite on dirait.
- On dirait,
 dit Tom, les yeux brillant.

Ils finirent par quitter le bar vers 4h, partageant un dernier moment ensemble à fumer une cigarette. Tom parla de son enfance, de son admiration pour sa mère qui était une grande artiste peintre, de son père qui, lui, travaillait dans une galerie, c'est d'ailleurs comme ça qu'ils s'étaient connu. Le blond avait grandi dans le milieu de l'art et des tableaux, jusqu'à ce qu'il décide de quitter le domicile familial à ses 18 ans, pour aller étudier dans une école de photographe, où il obtint son diplôme avec les félicitations de ses professeurs qui le recommandèrent à des professionnels. Il savait déjà qu'il voulait travailler dans le milieu sportif, et n'eut aucun mal à trouver une agence sur Hockenheim.

- Je me déplace souvent pour assister aux événements les plus importants. J'étais aux Jeux Olympiques à Pékin cette année. 
- Sérieusement ? C'est géant !
- Oh oui, si t'avais vu ça, c'était... Fantastique. Les chinois sont vraiment incroyables.

Ils se regardèrent un moment, savourant simplement la présence décidément agréable de l'autre. 
- Bon, je vais y aller,
 finit par dire Bill. J'ai vraiment passé une bonne soirée, Tom. J'aimerais qu'on se revoit.
- Euh... Oui, oui moi aussi. Tiens...

Il gribouilla son numéro sur un bout de papier, et le tendit au brun qui sourit sincèrement.
- Appelle-moi dès que tu as encore besoin de... Tromper ta solitude.

Ils rirent, et Bill rentra tranquillement à pieds, tandis que Tom rejoignait sa voiture. Une fois chez lui, il se laissa tomber sur son canapé, l'esprit chamboulé, des tas de questions en tête. Il ne l'avait pas ramené chez lui, il n'avait même pas pensé à coucher avec lui de toute la soirée. Pourtant, il lui plaisait, il en était certain. Que lui arrivait-il ?

[...]

- Tom ? Dans mon bureau.
Le dreadé déglutit et acquiesça. Si la patronne voulait le voir, c'était ou très bon, ou très mauvais. Il suivit silencieusement sa supérieure, et s'assit docilement sur le fauteuil de son bureau. Elle s'installa en face, et croisa les doigts, l'air sérieux.

- J'apprécie énormément ton travail, tu le sais.
Il hocha la tête distraitement. Qu'est-ce qu'elle lui voulait ?
- J'ai besoin de toi sur un truc important. T'as déjà photographié de la F1 ?

Tom écarquilla les yeux.
- T'es sérieuse ? 
Elle lui sourit et acquiesça. Tom réprima un cri de joie. Il ne pouvait pas rêver mieux, il adorait la vitesse de ces engins, et ces photographies étaient un vrai défi lancé à son talent. 
- C'est la semaine prochaine. J'aurai besoin de toutes tes compétences : il me faut des clichés des voitures, des pilotes, tu auras aussi un pass pour assister à la soirée, alors profites-en. Je compte sur toi.

Le blond remercia vivement sa patronne avant de quitter le bureau, rayonnant. Pris d'un soudain élan, il attrapa son téléphone portable, sortit du bâtiment et composa le numéro de Bill, avec qui il avait déjà eu quelques conversations téléphoniques depuis leur rencontre, il y a deux semaines.

- Allo ?
- Bill, il faut qu'on se voit, j'ai un truc à fêter !
- Ah oui ? 

Le petit rire du brun se fit entendre.
- Je te raconterais ça samedi au pub, t'es libre ?

Il y eu un silence.
- Humm ça marche, mais je pourrais pas m'éterniser, j'ai pas mal de choses à faire dimanche. 
- Pas de soucis. A samedi !


Il raccrocha, heureux d'avoir quelqu'un avec qui partager son bonheur. Il n'avait pas eu beaucoup d'échange avec Bill, si ce n'est cette fameuse soirée où il avait pris son courage à deux mains, et les quelques coups de fils qui s'étaient tout de même étalés sur plusieurs heures au cours des 15 derniers jours. Il savait qu'il y avait quelque chose. Il ne connaissait pas réellement Bill, ce dernier restant très mystérieux sur sa vie. Mais il y avait quelque chose, ça ne faisait aucun doute. Jamais il n'avait eu autant envie de passer du temps avec quelqu'un. Jamais il n'avait eu autant de facilité à parler. 

[...]

A quelques kilomètres de là, le brun reposa son téléphone dans son sac. Il se releva et jeta un coup d'½il circulaire à ce qui s'étalait devant ses yeux. C'était vraiment la plus belle chose qu'il n'ait jamais vu. Quelques connaissances lui lancèrent des bonjours qu'il reçut d'un hochement de tête. Lentement, il commença à marcher, laissant le vent s'engouffrer dans ses cheveux qui volaient gracieusement derrière lui. 
Il pensa à Tom. Il pensa à cette sensation nouvelle, sur laquelle il préférait ne mettre aucun mot pour le moment. Il pensa à samedi dernier, Tom n'avait pas pu venir. Il était tout de même allé à son rendez-vous quotidien avec le pub.

Il avait rencontré un très beau jeune homme dont le nom ne lui revenait pas, et ils avaient baisés toute la nuit. Puis Bill était reparti le lendemain matin, sans plus d'explications. C'était sa façon d'être, son mode de vie, et il s'y était accommodé, les autres n'avaient qu'à suivre.

Une voix le héla dans son dos, et il soupira en reconnaissant celle de Raffael. Vraiment, il adorait sa vie, mais ce mec était simplement trop lourd à l'appeler toutes les cinq minutes. A croire qu'il ne pouvait rien faire sans lui ici. Il sourit à cette pensée. Bien sûr qu'il ne pouvait rien faire sans lui, ça paraissait évident. C'est donc avec un doux rire qu'il rejoignit son collègue et attaqua le travail. 

[...]


- D'accord, d'accord, je vais essayer autrement... Un truc vraiment, vraiment énorme, mieux qu'une augmentation, en rapport avec mon boulot... Tu commences à situer ?

Bill fronça les sourcils.
- Une mutation ?
- Bill ! Fais un effort merde, c'est pas compliqué...

Le brun fit mine d'être vexé et touilla le glaçon de son verre. Tom leva les yeux au ciel.
- Ok, t'as gagné, je vais te dire. Ma patronne m'a confié un truc absolument génial à faire.
Bill porta son attention sur son nouvel ami. Il voyait ses yeux pétiller, et il semblait vraiment emballé par la perspective de réaliser son « truc ». Il hocha la tête, dans le but de l'encourager à terminer sa phrase.
- Je vais aller photographier... Des Formules 1 !

L'androgyne manqua de s'étouffer alors qu'il avalait une gorgé de sa boisson. Il tenta de reprendre sa respiration alors que Tom s'était précipité pour lui taper le dos.

- Ça va ? Bill, ça va aller ?
- Oui, oui, j'ai juste avalé de travers...

Le blond de réinstalla en gardant un ½il sur son invité.
- Fais attention... Bref, tout ça pour dire que c'est une super occasion pour moi. J'y connais pas grand-chose dans le milieu de la Formule 1, il va aussi falloir que je fasse des recherches, histoire de connaître les pilotes, savoir qui je vais photographier... Je suis super pressé d'y être. Qu'est-ce que tu en penses ?
- C'est... C'est génial,
 sembla hésiter Bill. C'est quand ?
- La semaine prochaine, j'y serai toute la journée, j'ai même le droit d'assister à la soirée. J'adore ce boulot.

Il accompagna ses paroles d'un geste triomphant, brandissant le poing. 

Bill ne put que sourire, mal à l'aise. Ils changèrent de sujet en parlant des dernières actualités, de cinéma, de leurs goûts musicaux. La soirée passa rapidement, et comme promis, Bill dû s'éclipser un peu plus tôt que la dernière fois. Il déposa un rapide bisou au coin des lèvres de Tom et fila sans plus de formalités. Le blond resta un instant figé, profitant de la douce chaleur qui se répandait sur son visage à l'endroit où la douce bouche avait effleuré sa peau. 

Les choses allaient décidément très bien.

[...]

- Bill, fais attention bon sang...
- Lâche moi, Raffael, j'avais dit que je voulais qu'on me laisse tranquille.
- Si tu me disais ce qui va pas au lieu de faire n'importe quoi...
- Y'a rien.

Il effectua une pression de son pied. 
- Bill...
- Y'a ce mec, Tom, que j'ai rencontré l'autre soir... Il est photographe sportif...
- Et alors... Bill, ça veut rien dire.
- Ça veut tout dire. Je coupe.


Et sans attendre plus, il coupa le micro. Le silence revint dans sa tête. Son pied s'alourdi encore, et il put presque entendre les protestations effrayées de Raffael.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.179.247) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    19/01/2011

    Génial.
    Je suis sûre que Bill s'est senti mal à l'aise tout simplement car il est pilote de f1 et qu'il ne voulait pas que Tom le sache.
    Ce que Tom va découvrir la semaine d'après je pense.
    J'ai hâte.

  • Nanou

    26/10/2010

    Mouhaha ! J'en étais sûre ! =)
    Dès que j'ai lu "Hockenheim", ça a fait tilt... xD
    M'enfin, j'ai pas beaucoup de mérite... Entendre mon père devant la télé, le volume à fond à 4h du mat' à chaque grand prix, et ce depuis ma plus tendre enfance, ça marque.. ;P
    Hâte de voir ce que ça va donner... ^^

  • Enilya-Yaoi

    03/01/2010

    Unsy a dit :
    "BREF, je tiens quand même à faire un gros câlin et dire un énorme merci à mon petit Ange, une fille merveilleuse qui m'a beaucoup aidé pour cette fiction, m'a fourni des idées, et pour qui j'ai écris le bonus (dont le sujet sort tout droit de son cerveau génial XD). Je t'aime mon amour, le huitième mariage, c'est quand tu veux >< "

    Enilya dit :
    *__* Moi aussi j'te fais un gros câlin mon amour ! Tu sais que j'en rêve ! La fille merveilleuse c'est toi ! Et tu parle j't'ai en rien aidé, le seul truc inutile que j'ai fait c'est débarqué dans ta vie lors de cette fic ! Et moi j'te remercie pour ça... Je t'aime mon Ange, bien plus que de raison <3

  • Giffolies

    24/11/2009

    J'adore le debut en plus Bill qui fait tout un mystère de son métier sa m'intrigue

  • x-g3n3r4ti0n-x

    21/09/2009

    Ca commence bien :)

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    24/06/2009

    Bouh =D

    Avoue je t'ai manquée moi & mes fabuleux com's XD
    Alors, j'suis de retour pour commenter cette superbe mini fic !
    En plus, j'suis une fan de F1 alors forcément j'ai aimé la lire et je pense la relire là tu vois ^^

  • tom-th-tom

    23/03/2009

    Bill conduit les formules 1 ? xD

Report abuse