Mr Fantasme - Partie 1

Voici notre premier enfant tout droit sorti d'un vieux délire concernant la vie d'Aurélie (Liliwood). Une grande partie est fictive même si pas mal de choses ont été gardées telles quel. En espérant qu'il vous plaira et que vous vous amuserez bien à le lire comme nous nous sommes amusées à l'écrire ^^
(C'était Unsy en direct de chez Lilie xD)

Mr Fantasme



Bill n'avait jamais eu de chance. Il ignorait si c'était à cause d'un mauvais karma, de son signe astrologique qui obtenait toujours les pires prédictions de l'horoscope, ou tout simplement une poisse délirante, mais quoi qu'il en soit, il n'avait jamais, jamais eu de chance.

Tout commença à sa naissance, le 28 juillet 1990 à 18h30. Dans un élan de précipitation et un horrible concours de circonstance, le service étant débordé, il avait été donné aux mauvais parents. L'erreur avait été réparée à peine quelques minutes plus tard, mais soit, c'était déjà beaucoup pour un enfant à peine né. S'en suivit un oublie dans la voiture, vers ses 2 ans, qui lui valut une déshydratation, mais légère. Une chute à 4 ans lui couta les deux dents de devant, qui mirent bien deux longues années à repousser, lui laissant un creux au sourire sur les photos de classe qu'il avait apprit à haïr très tôt. Il avait ensuite développé une forte allergie au pollen, qui lui déclencherai des quintes de toux encore des années plus tard, malgré le traitement inefficace qu'il suivait. Il eu trois hamsters en cinq mois, tous morts au bout de deux ou trois semaines, pour des raisons mystérieuses. Au début de son adolescence il fut attaqué par une acné infectée qui lui ravagea le visage, et le poursuivit jusqu'à son entrée au collège. Les moqueries quotidiennes en firent un enfant très réservé et introverti. Au niveau des cours rien ne s'améliora. A croire que la poisse le poursuivait à chaque instant de sa vie. A chaque fois qu'un devoir était à expliquer devant toute la classe, cela tombait toujours sur Bill et généralement le jour où il ne l'avait pas fait. Cela continuait jusqu'aux cours de sport, de piscine plus précisément. Cours de troisième obligatoire. Il avait eut horreur de ce cours le jour où il avait oublié ses affaires chez lui. Il se disait qu'il passerait ses deux heures à regarder les autres élèves tout en tenant compagnie aux filles soi-disant 'indisposées'. Sauf que le prof ne l'entendit pas comme ça et lui prêta tout simplement le plus horrible maillot que Bill n'avait jamais vu. Et pour couronner le tout, c'était un maillot de taille 10 ans. La même année, en cours de français il fut obligé de jouer dans une pièce de théâtre. Il avait bien essayé de protester quand le professeur avait attribué les rôles mais bien évidemment ce dernier avait refusé. Avec son look androgyne, Bill s'était vu attribuer l'un des rôles principaux mais c'était la 'princesse' de la pièce. Il avait fait sensation mais depuis ce rôle, le surnom de 'princesse' était resté et Bill n'était surtout connu que par ce nom-là. Le brun ne supportait pas l'oral non plus. A chaque fois qu'il devait passer devant sa classe c'était une vraie torture. Ses joues rosissaient pour finir rouges, il bafouillait, baissait le visage se cachant derrière ses cheveux noirs. Cela ne faisait qu'attiser les moqueries de ses camarades à son égard. Ses histoires amoureuses ou plutôt son histoire amoureuse n'avait pas été glorieuse. Bill avait enfin rencontré quelqu'un lorsqu'il était au lycée. Ce garçon - parce-que oui, Bill était gay- était dans une autre filière mais Bill avait cru en cette histoire. Sauf que le mec en question l'avait tout simplement trompé, Bill les avait surpris. Mais pour éviter d'avoir la honte d'avoir été largué, l'ex de Bill avait ébruité quelques rumeurs à son sujet des plus déplaisantes. Comme le fait qu'il était très mauvais au lit, qu'il criait comme une salope ou qu'il avait un mode de vie catastrophique et une hygiène déplorable. En bref, la vie de Bill n'était pas la vie rêvée.

Quand Bill croisa Tom, il sut immédiatement que son mauvais karma allait encore frapper. Pourtant l'androgyne avait bien évolué depuis ses désastreuses années lycée. Il avait tout d'abord changé de bahut pour poursuivre des études supérieures en BTS. Il était arrivé en tant que parfait inconnu et personne n'avait connaissance de son passé tumultueux. De plus, il avait beaucoup changé physiquement : plus de boutons, une peau parfaite, un maquillage parfait, des cheveux parfaits. Il avait également pris énormément d'assurance. Et pourtant, il était certain que la malchance n'en avait pas terminé avec lui. Il le croisait souvent au détour d'un couloir, entre deux cours, et chaque fois c'était la même chose : il lui jetait des coups d'½il plutôt insistant, en fait il le matait carrément. Et jamais il n'osait l'aborder. Peut être était-ce mieux, connaissant sa poisse, il aurait sûrement été capable de le faire fuir avec un simple « Bonjour ». Mais Bill ne vivait pas ce calvaire seul. Il le partageait ou plutôt l'imposait à son amie Maëva. En effet, ils étaient dans la même classe. Le brun, ayant remarqué que Tom fumait, se mit presque à supplier la jeune femme de pouvoir l'accompagner à chaque pause lorsqu'elle allait s'en griller une. Bien évidemment, tout ceci n'était que subterfuge pour réussir à mater le dreadeux discrètement. Très vite, l'idée d'un voyage à Paris fit le tour des classes. Ce voyage ne durerait que trois jours et avait un programme très chargé. Mais ce que Bill retint en priorité était le mélange des classes rien que pour le voyage en car. Il avait réussi à savoir que Tom était en deuxième année et qu'il y participerait également. Paradoxalement, Bill ignorait tout de Tom jusqu'à son prénom. Il lui avait donc judicieusement donné le surnom de « Fantasme ».

Octobre. 5h15 du matin. Bill venait d'arriver sur le parking du lycée en compagnie de Maëva. Ils se disaient être arrivés en avance mais très rapidement les élèves débarquèrent. Ils chargèrent leurs bagages dans le car et Bill espérait que la moitié de la classe qui devait être dans le même véhicule que lui serait la moitié contenant son fantasme. En relevant la tête de la soute, son c½ur fit un bond dans sa poitrine : devant lui, déposant ses bagages dans le même car que lui, son fantasme, en chair et en dreads. Il en perdit son latin. Puis fut ramené à la réalité par Maëva qui lui asséna un coup dans l'épaule en lui indiquant de monter à bord, après un clin d'½il entendu. Ils s'installèrent un peu vers l'avant tandis que « Mr Fantasme », comme l'avait renommé les amis de Bill, se dirigea vers l'arrière. Commença alors le périlleux voyage vers l'infini et l'au-delà nommé Paris. Le trajet ne fut que pionçage et discussions sans grand intérêt. Une fois arrivés sur place, le groupe se dirigea vers la Tour Eiffel, merveille d'édifice. Courageux élèves qu'ils étaient, ils décidèrent de gravir ce géant de ferraille. A pieds, bien évidemment. Une fois le ticket d'entrée déchiré, ils commencèrent donc à monter les marches les menant au premier étage. Sauf que Bill, étant un grand sportif, à peine arrivé au milieu de l'ascension, fut essoufflé et se stoppa à la limite de l'agonie.

« Maëva j'en peux vraiment plus ! C'est vraiment une horreur toutes ces marches ! Je vais jamais pouvoir arriver jusqu'en haut et... »

A cet instant, son regard se posa plus bas et il aperçut son fantasme gravissant les marches et qui se rapprochait peu à peu de lui.

« Non ben je crois que c'est bon, on va pouvoir continuer. »

Et le brun se remit en marche tandis que son amie ne fit qu'un sourire amusé devant sa réaction et le suivit en silence. Une fois qu'ils furent arrivés au premier étage -380 marches quand même !- ils se mirent à admirer la vue. Sauf que Bill admirait plutôt une autre vue. En effet, il était tourné vers les marches d'où son fantasme arriva. Il se retourna en vitesse vers son amie.

« Hey tu crois que si je le prends en photo il le verra ? »
« Ben fais-le discrètement et t'auras pas de souci »


Le brun se retourna vers son autre amie Aurélie. Il haussa un sourcil d'un air interrogateur et elle lui répondit par un haussement d'épaules très concernée. Bill se dépêcha donc de prendre son appareil photo et feignit de prendre un bout de la Tour Eiffel devant lui en photo. Il regarda automatiquementle résultat
et fut tout de même un peu déçu de voir qu'il ne l'avait que de dos ou plutôt qu'il ne voyait que ses dreads. Maëva regarda par-dessus son épaule.

« Tu l'auras mieux la prochaine fois. »

Elle gratifia Bill d'un sourire et ils reprirent leur marche triomphante.

Après être redescendu - au plus grand soulagement d'Aurélie qui avait le vertige et qui ne faisait que s'accrocher à Bill pour descendre -, ils partirent en direction des studios de Canal . Une fois la visite de contrôle terminée, ils arrivèrent dans une salle pour les faire patienter. Alors que Bill était en grande conversation en compagnie de ses deux amies, un professeur passa entre les élèves.

« Bon si vous voulez aller aux toilettes, c'est maintenant. Après vous n'aurez pas le temps pendant l'émission. »

Bill regarda alors ses amies partir en direction des toilettes et en grand indécis qu'il était, il resta sur place durant quelques secondes à se demander s'il allait y aller ou pas. Et alors que l'illumination arriva, il partit vers les toilettes sans oublier de prévenir ses amies.

« Attendez-moi les filles j'arrive ! »

Et là blocage. Il venait de s'arrêter dans sa course pour se retrouver face à son dreadeux de fantasme. Incapable de dire un seul mot, Bill ne fit qu'admirer le jeune homme face à lui d'un air hébété avant de se rendre compte qu'il lui bloquait le passage. L'androgyne atterrit sur Terre et s'écarta du chemin pour le laisser passer. Il resta sur place avant de se décider à rejoindre les toilettes. Il fit une entrée en trombe, s'attendant à y trouver ses deux amies.

« Les filles, vous croirez jamais qui j'ai croisé y'a 2 minutes ! C'était... »

Il s'arrêta net en tombant nez à nez avec la prof principale de son fantasme. Cette dernière le toisa de haut avant de lui faire remarquer :

« Et bien, il y en a qui sont excités par ici ! »
« Mais... C'est à cause de euh... L'émission »
bredouilla Bill en se passionnant pour ses chaussures. La femme, après une dernière ½illade blasée, sortit des WC, laissant Aurélie et Maëva se foutre ouvertement de la gueule du pauvre brun.

Une fois installé sur le plateau de l'émission, Bill put constater avec joie que Mr Fantasme était pile face à lui. Finalement, la chance allait peut être enfin tourner. Il le fixa avec intensité et détourna le regard dès qu'il croisa les yeux chocolat tellement profonds qu'il s'y serait perdu. Une voix l'interpella.

« Hey la jeune fille là haut, on m'écoute au lieu de regarder les jolis garçons d'en face ? »

Bill ne fit pas vraiment attention à cette phrase car il avait surtout entendu les mots 'jeune fille' mais quand il se rendit compte que pas mal de regards étaient tournés en sa direction il redescendit de son petit nuage.

« Qui ça ? Moi ? »
« Ben qui d'autre en même temps ? Je me demande juste qui tu fixais comme ça. »


Bill se renfrogna et n'eut même pas idée de dire qu'il n'était pas une fille comme le mec le pensait. Il baissa automatiquement le visage, rougissant, alors qu'il entendait quelques rires de la part des autres élèves. Il ne pipa mot jusqu'à ce que les directives soient données et que l'émission commence enfin. Le brun ne faisait que fixer son fantasme qui se trouvait juste face à lui. Il ne voyait que lui. Alors bien sûr, lorsqu'il fallut se lever pour accueillir les invités –un célèbre réalisateur américain et l'acteur du film-, il en oublia de se lever et visiblement on ne verrait que ça à l'écran. Tout au long de l'émission, il tenta de rester assez attentif de tout ce qu'il se passait. De toute façon, ses deux amies, qui se trouvaient à ses côtés, étaient là pour le rappeler à l'ordre. De temps en temps, elles lui chuchotaient des « arrêtes de baver » ou des « attention il te regarde ». Ce qui avait juste tendance à accélérer le c½ur de l'androgyne qui croyait vraiment ces paroles avant de se rendre compte qu'au final, Mr Fantasme ne faisait que regarder l'écran géant dans le dos de Bill.

L'émission se termina enfin et tous les étudiants sortirent des studios de la chaîne. Ils étaient donc devant les bâtiments et un problème se posait, les cartes d'identité. En effet, rendre les cartes aux élèves alors qu'on ne les connaît pas tous s'avérait une tâche délicate. Bill se plaça donc derrière la prof qui tenait ces précieux petits bouts de plastique, qui n'était autre que la prof principale de la classe de son fantasme. A ce moment-là il vit un espoir. Peut-être qu'il allait enfin connaître le nom de celui qui le faisait buger dès qu'il le voyait. Il attendit donc patiemment et son regard se posa sur le dreadeux, juste en face de lui. Il croisa son regard quelques secondes et finit par détourner le regard, beaucoup trop timide. Quelques cartes furent rendues et la prof décréta qu'elle donnerait le reste directement dans les cars. Ils allèrent pour partir et tout en descendant les marches, cela ne rata pas. Bill, bien trop occupé à mater l'arrière-train de son fantasme juste devant lui, loupa une marche et se cassa magnifiquement bien la figure sur le trottoir, s'étalent de tout son long et salissant sa superbe chemise qu'il avait sortie pour l'occasion. Il resta un instant sans bouger, ne sachant pas vraiment comment réagir. Bien évidemment, tout le monde avait vu et tout le monde se foutait de lui. Ses amies également. En même temps, qui n'avait jamais rigolé en voyant quelqu'un tomber devant lui ? Bill se releva en vitesse, rouge de honte alors que quelques rires continuaient de fuser autour de lui.

« Bien joué, Dom Juan », ricana Aurélie.
« Oh mais c'est bon hein ! J'ai pas fait exprès ! », répliqua Bill rouge de honte.
« En même temps, si tu arrêtais de le regarder constamment. », s'amusa Maëva alors qu'elle aida le brun à épousseter sa superbe chemise.

Ils n'échangèrent pas un mot jusqu'au retour aux cars. L'androgyne était assez honteux sur ce coup-là. Surtout que les chuchotements à son passage allaient bon train. Ses amis lui avait de toute façon assuré que d'ici le lendemain tout serait oublié. Alors il respira un grand coup, monta dans le car et se dépêcha d'aller s'asseoir à se place. Le voyage commença mais très rapidement, au bout de dix petites minutes à rouler, les cars se stoppèrent.

« Ceux qui veulent fumer une cigarette c'est maintenant ! Après on en a pour une heure avant d'arriver à l'hôtel ! », annonça un professeur.

Bill se tourna automatiquement vers son amie.

« Tu veux y aller ? », demande-t-il à Maëva.
« Non c'est bon, ça ira jusqu'à l'hôtel. », lui répondit-elle.
Bill se rassit donc tout bien sur son siège, attendant tranquillement que le car reprenne sa route. Alors qu'il regardait les profs parler à l'avant, il sentit un coup dans son épaule et fronça les sourcils. Gérald. Le beau gosse du lycée qui s'y croyait comme jamais. Bill ne se retint pas.

« Hey ! Pardon c'est pour les chiens ?! »

Et le Gérald en question ne répondit rien, continuant son chemin pour aller fumer sa cigarette dehors. Bill en soupira légèrement. Il détestait vraiment ce genre de mec, qui se croyait au-dessus des autres et qui pensait être le meilleur dans à peu près tous les domaines. Le brun croisa alors les bras puis sentit à nouveau un coup dans son épaule. Il allait pour dire quelque-chose mais en remarquant qui était la personne, les mots restèrent coincés dans sa gorge. Fantasme. Il venait de passer et de le bousculer. Et bien évidemment, à ce moment-là, Aurélie se retourna en souriant.

« Et là tu ne dis rien hein ?! »

Bill ouvrit grands les yeux parce-que tous ceux qui étaient autour de lui devaient avoir entendu, Fantasme y compris. Bill soupira et resta dans le fond de son siège à attendre que tout le monde remonte histoire d'arriver à l'hôtel. Il n'avait presque rien mangé de la journée mais il n'avait pas faim. En voyage il ne mangeait jamais de toute façon. Au bout de cinq bonnes minutes, tout le monde remonta et les cars partirent en direction des hôtels.

Une fois arrivés, ce fut la répartition des chambres. Bien sûr, les chambres ne pouvant être mixtes, Bill était donc dans une chambre en compagnie de deux autres mecs de sa classe. Mais avant d'y aller, Bill n'oublia pas la fameuse clope de Maëva.

Les trois amis sortirent donc sur la terrasse de l'hôtel, rendez vous suprême de tous les fumeurs. Ils s'installèrent sur des marches, place tactique bien évidemment puisque Bill avait repéré son Fantasme au premier coup d'½il. Maëva alluma sa clope, histoire de ne pas paraître trop suspecte (et qu'elle en avait, accessoirement, plutôt envie) et la fuma tranquillement. De son coté, Aurélie du supporter les remarques digne d'une groupie de leur brun d'ami.

« Han mais il est trop beau, c'est pas de bien de fumer, mais il est sublime avec une cigarette... T'as vu ? Il est trop craquant... Merde, je crois qu'il a regardé par ici ! »

Elle poussa un profond soupire et tourna la tête vers l'endroit où semblaient scotchés les yeux de Bill. Et, effectivement, après quelques instants d'observation, elle confirma :

« Ah ouais, je crois qu'il te matte... »
« Quoi ? Non tu déconnes, tu dis ça pour me faire plaisir... Tu crois que ? Nooon c'est pas possible hein ? »


Oui, Bill pouvait vraiment se montrer... Lourd. Un autre coup d'½il du beau dreadeux dans leur direction le coupa net dans ses bégaiements et le fit rougir jusqu'à la racine des cheveux, déclenchant une nouvelle fois l'hilarité de ses amies. Maëva termina sa cigarette, et ils rentrèrent à l'hôtel, les filles en envoyant quelques regards discrets vers Fantasme, Bill en fixant le tapis du hall d'entrée, le rouge toujours aux joues.

Il fut obligé de souhaiter bonne nuit à Maëva et Aurélie au premier étage, les garçons étant logés aux deuxième et troisième. Il s'apprêta à entrer dans sa chambre et à y retrouver les deux mecs de sa classe, quand une voix l'arrêta net. Il l'avait peu entendue, mais suffisamment de fois pour pouvoir la reconnaître. Là, dans la chambre à coté, devant la porte, son Fantasme, en chair et en os. Leurs yeux se croisèrent, et Bill se vit adresser un sourire avant que le blond ne disparaisse dans sa chambre. Il resta planté là, avant de se rendre compte qu'il avait la bouche grande ouverte. Et ce, sûrement à l'instant où le mec le plus canon que cette Terre ait porté daignait enfin lui adresser un sourire. Il cru qu'il allait se mettre à pleurer en se frappant la tête contre le mur. A la place, il rentra misérablement dans sa chambre.

Le lendemain matin, Bill arriva comme une furie dans la salle de restaurant où il devait prendre son petit déjeuner. Il avait hâte de raconter à ses amies qu'il se trouvait dans la chambre à coté de celle de son Fantasme. Il dévala les escaliers et s'apprêta à se jeter sur elles, mais Aurélie lui fit un signe qui le stoppa dans son élan. Elle lui mima de se retourner, ce qu'il fit doucement. Il put constater que son blond était là, en compagnie d'un de ses amis, et suivit de près par deux pouffiasses. Il vit rouge un instant, avant de tendre l'oreille à leur discussion (très peu discrète). L'une d'elles s'extasiait :

« Oh t'as vu, y'a Tom et Hugo ! Il paraît que... »

Il n'entendit pas la suite, trop occupé à se repasser les prénoms en tête. Tom, Hugo. Hugo, Tom. Restait à savoir lequel était son Fantasme. Il reçut un coup dans le crâne de la part de Maëva qui le ramena sur terre et lui indiqua la file qui attendait pour le petit déjeuner.

« Merde, je vais pas attendre autant... »
« T'as pas trop le choix mon vieux »,
soupira Aurélie.
« Hummm... Vous savez quoi ? Je vais prendre ma douche, je reviens desuite. »

Et il fila, sans plus de cérémonie. Il revint une bonne demi-heure plus tard, les cheveux ébouriffés et encore mouillés, maquillé discrètement et habillé simplement. La foule s'était dissipée, ne restait que quelques retardataires à prendre leur petit déjeuner. Il attrapa un plateau et se plaça dans la file. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il se retrouva nez à nez avec un paquet de dreads. Il fit de son mieux pour garder son calme, et attrapa quelques trucs à manger. Mais à un moment où Tom/Hugo fit volte face pour prendre du pain, Bill ne fit pas attention, et le verre de jus d'orange qui fut jadis dans ses mains atterrit sur le plateau de son fantasme, l'éclaboussant un peu au passage. Il voulut mourir sur le champ. A la place, voyant que la foudre ne lui tombait pas dessus, il saisit une serviette en papier et épongea les dégâts en répétant une litanie de « Désolé » implorants. Il releva la tête juste un instant pour plonger dans les yeux chocolats qui accrochèrent les siens, avant qu'il lui réponde un « C'est rien » des plus sexy, et s'éloigna pour aller se poser sur une table. Bill resta planté au milieu du restaurant, les yeux brillants, le c½ur battant la chamade. Il mangea sur un petit nuage, et fut pris d'un mouvement de panique en réalisant qu'il n'était pas du tout prêt pour la suite e la journée. C'est donc en courant qu'il remonta dans sa chambre.

Tous les élèves partirent donc en direction du salon professionnel qui était le but de leur voyage dans la capitale. Tout le monde avait sorti ses plus beaux fringues histoire d'être présentable et histoire de ne pas trop passé pour des provinciaux ou des élèves. Une fois qu'ils furent arrivés au Palais des Expositions, ils sortirent des cars. Mais Bill attendait de voir une seule personne. En effet, les garçons avaient eut obligation de porter un costume. Il voulait juste voir comment ça ferait, porté par un certain dreadeux. Il regardait partout autour de lui mais fut forcé d'avancer. Il en soupira légèrement. Ses amies le remarquèrent immédiatement.

« Allez, il est où ? », demanda Aurélie.
« Qui ça ? », répondit innocemment le brun.
« Oh c'est bon Bill. On te connaît maintenant. Il est où ton dreadeux ? », répliqua Maëva.
« Ben justement, je n'en sais rien et je veux... Oh mon dieu il est magnifique ! »

Le brun était juste intenable. En effet, Fantasme n'était pas très loin. Il était habillé d'un costume noir, chaussures de circonstance et une chemise-cravate d'une couleur prune. Il était tout simplement... Magnifique pour reprendre les mots de l'androgyne. Le brun n'arrivait pas à détacher son regard du dreadeux. Mais les filles le ramenèrent à la raison en lui donnant un coup dans les côtes. Ben oui, rester sur place n'aidait pas vraiment quand tout le monde vous fixait. Bill secoua légèrement la tête et avança donc pour prendre son badge. Autant le dire tout de suite, Bill était tout aussi magnifique. Il avait fait tourner pas mal de regards d'ailleurs. Le brun s'était lissé les cheveux en fin de matinée. Ce qui avait d'ailleurs fait râler ses compagnons de chambre qui s'étaient pris les pieds dans le fil de son lisseur. Il s'était maquillé et avait laissé sa chemise blanche légèrement ouverte. Il était tout simplement beau, et tout le monde le pensait. Il prit donc son badge qu'il enfila autour de son cou gracile et c'était parti pour quelques heures à glandouiller dans ce salon pour manger un peut tout ce qu'il y avait de présenté.

« Tu veux boire quoi toi ? »
« Euh je crois qu'une bouteille d'eau suffira vu le prix que ça coûte hein. »


Et il fût convenu que tout le monde achète une bouteille d'eau histoire de ne pas mourir de soif dans ce salon immense. Bill prit sa bouteille et commença à en boire légèrement quand il faillit s'étouffer devant la vision qui passa sous ses yeux.

« Oh putain vite mon appareil ! »

Il batailla un instant avec le bouchon de la bouteille et réussit à la foutre dans son sac avant de piocher et prendre son appareil photo. Mais le temps que ce dernier ne s'allume, Fantasme avait disparu. Bill soupira. Ses amies avaient un léger sourire aux lèvres et le réconfortèrent comme elles purent.

« Allez, on le retrouvera sûrement. »
« Ouais c'est ça. T'as vu la grandeur du salon toi ? On pourrait s'y perdre pendant trois jours ! »
« Arrêtes d'être tout le temps pessimiste Bill ! Tu n'as qu'à aller le voir dans ce cas ! »,
répliqua Maëva.

Bill n'ouvrit plus la bouche et se contenta de baisser le visage. Les filles savaient très bien qu'il ne ferait jamais le premier pas. Un fantasme restait un fantasme, rien de plus. Il ne fallait pas toucher du bout des doigts ce qui devait rester inaccessible.

Les quelques heures passèrent rapidement. Une nouvelle fois, Bill n'avait presque rien mangé mais il s'en foutait pas mal. Il mangerait dans la soirée, sur les Champs Elysées. Ben oui, il pouvait se payer un Mac Do à Paris quand même ! Bref, les trois amis en avaient eut rapidement marre et attendaient à l'entrée du salon. Ils n'osaient pas sortir pour le moment vu que quelques gouttes de pluie avaient pointé le bout de leur nez. Ils étaient donc en train de discuter quand Bill Le vit. Lui. Fantasme. Il arrivait dans leur direction avec ses amis et s'apprêtait à sortir. Mais il se stoppa pour chercher quelque-chose dans la poche de son pantalon. Aurélie décida alors que Bill devait se réveiller.

« Mais grouille-toi pour la photo ! Il ne va pas tarder à partir là ! »
« Oui mais il va trouver ça bizarre »,
lança le brun alors qu'il sortait son appareil photo.
« Ben tu n'as qu'à faire croire que c'est moi que tu prends ! », lui proposa Maëva.

Elle se posta alors devant un stand et prit une petite pose alors que Bill la prenait en photo. Enfin, en vérité, c'était plutôt une photo de Fantasme qu'il prenait. Il cadrait son amie mais il visait plutôt le dreadeux. Il prit donc deux photos avant que son fantasme vivant ne sorte du salon. Bill admira immédiatement après ses photos et en sautilla sur place.

« Han trop génial ! Enfin, je l'ai encore que de dos mais c'est juste... Trop bien ! Je l'ai en photo ! »
« Ça y est, il ne se sent plus. »,
rigola Aurélie tout en levant les yeux au ciel.

Les deux filles le taquinèrent encore quelques minutes et Bill sortit du salon les joues rosies. Il était content le brun. Ils arrivèrent donc devant les cars et devaient attendre un peu que tout le monde arrive. Finalement, ils montèrent à l'intérieur et Bill changea immédiatement de fringues. Enfin, surtout de chaussures car celles-ci lui massacraient les pieds. Il parlait de tout et de rien avec ses amies quand il entendit une chanson à la radio. Il s'adressa au chauffeur.

« Oh s'il-vous-plait mettez plus fort ! J'adore cette chanson. »

Pendant un instant, Bill oublia sa timidité et surtout, qui était dans le car en sa compagnie. Il se mit tout simplement à chanter la dernière chanson des Pussycat Dolls. Il se leva et commença à légèrement se déhancher dans le couloir du car tout en chantonnant en compagnie d'Aurélie et en rangeant ses affaires. Maëva lui fit alors un signe de tête vers l'arrière du car et là il le vit. Son fantasme regardait en leur direction, un air amusé se lisait sur son visage. Bill rougit instantanément et se rassit à sa place sans dire un mot de plus. Ses amies éclatèrent de rire mais lui préféra ne rien rajouter. Il resta juste assis, évitant de tourner la tête vers l'arrière et resta tout simplement parler à ses amies sans rien dire de plus. De toute façon, ils n'attendirent pas très longtemps avant que tout le monde ne revienne et pour qu'ils partent en direction des Champs Elysées.
Après une après-midi shopping –très éreintante pour les filles qui devaient tout simplement suivre Bill dans tous les magasins- et une soirée Mac Do en compagnie d'une amie rencontrée sur le net, tout le groupe fut réuni devant le car en attendant le départ vers l'hôtel. Océane, l'amie de Bill, s'apprêtait à repartir mais l'androgyne tenait absolument à lui montrer son Fantasme vivant dont il lui avait parlé depuis un bon moment. Le brun ne tenait plus en place et se figea en apercevant enfin Tom/Hugo au loin. Il fit volte-face vers Océane pour lui murmurer quelques mots.

« Il arrive ! Attends c'est lui là-bas ! Là avec la veste rayée ! Attends tu vas voir. »

Il se déplaça légèrement de façon à avoir une meilleure vue sur son Fantasme ambulant. Pas un mot ne fut échangé au passage du dreadeux. Une fois qu'il eut disparu à l'intérieur du car, Océane ne manqua pas à ses petites remarques habituelles.

« C'est vrai qu'il est mignon avec ses dreads ! »

Tout ceci d'une voix plutôt forte. Sauf que Bill ne réagit pas vraiment à sa phrase. En effet, l'objet de leur discussion était redescendu du car, son portable collé à son oreille. Bill se retourna vivement vers Océane.

« J'suis sûr qu'il nous a entendu ! », dit-il en pâlissant.
« Mais non ! On pouvait très bien parler d'un autre dreadeux. »

Bill lui lança alors un regard des plus blasé.

« Attends, t'as pas remarqué qu'il est le seul mec avec des dreads sur tous les BTS ? »

Océane ne put se retenir de rire en voyant la tête déconfite du brun, surtout que son fantasme n'était pas très loin d'eux à continuer sa conversation téléphonique.

Le jour suivant ne fut pas très fructueux côté 'fantasme' pour Bill. Les élèves ne firent que visiter Paris mais il n'eut jamais la vraie occasion de l'approcher excepté avant la balade en bateau mouche. Le brun avait eut la bonne idée d'immortaliser ses amies en photo jusqu'à remarquer que le dreadeux était posté derrière celles-ci. Forcément, utilisant au maximum son zoom, il réussit à prendre la meilleure photo de Fantasme qu'il n'eut jamais eut –toujours de dos bien évidemment-. Ils quittèrent la capitale le midi, des souvenirs plein la tête.
Une semaine s'était écoulée depuis ce fameux voyage et les choses n'évoluaient pas du tout. Bill ne voulait toujours pas aller adresser un seul mot à l'objet de ses fantasmes, même sous la pression de ses amies. L'androgyne se sentait plus seul que jamais mais il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même de ne pas bouger son p'tit cul. Ce midi-là, l'heure de la reprise des cours allait sonner. Bill et son petit groupe d'amis sortirent du foyer des étudiants pour se diriger vers leur classe. Alors qu'il passait la porte du foyer, son regard se focalisa immédiatement sur le dreadeux qui sortait des toilettes juste en face de lui. Le brun essaya de ne rien laisser paraître et suivit ses amies dans le couloir. Alors qu'il tenait la porte pour Magali, il ne put retenir une petite remarque à son encontre.

« Bon c'est quand tu veux Magali ! »

En effet, l'androgyne tenait la porte et il ne voulait pas rester là toute la journée. Il vit alors Magali passer par la porte sur sa gauche et entendit un simple...

« Merci »

Sur le coup Bill ne réagit pas, se demandant si Magali n'avait pas muée. Il fit un simple mouvement de tête en arrière et aperçut un paquet de dreads qu'il connaissait bien à présent. Il ouvrit grands les yeux et se décida enfin à bouger, essayant de ne pas être trop rouge pendant que ses amies se foutaient une nouvelle fois de lui.
S'en suivirent tout un tas d'évènements similaires tout au long de ces quelques semaines – comme ces deux fois où il lui rentra dedans, restant quelques secondes sans bouger à humer son parfum- jusqu'à ce fameux jour où Bill apprit enfin le prénom de son Fantasme. Le jour de la fête du lycée, la secrétaire avait prévenu qu'elle distribuerait les fameux palmarès où figuraient les photos de toutes les classes du lycée. Bill ne tenait plus en place, il allait enfin savoir son nom. Ils étaient donc en train d'attendre dans le couloir et parlaient de tout et de rien. L'androgyne entendit alors une musique venir d'il ne savait pas trop où.

« Hey les filles, vous l'entendez vous aussi ? Elle vient d'où cette musique ? »

Il vit alors Fantasme, face à lui, lever son portable et éteindre son MP3 en lui lançant un petit regard. Bill baissa automatiquement les yeux, se mordant l'intérieur des joues, comme un enfant pris en faute. Il leur suffit d'attendre quelques minutes de plus et la secrétaire arriva. Ils rentrèrent tous dans la classe et Bill eut tout le bonheur de remarquer que Fantasme s'était assis dans la même rangée que lui. La distribution commença alors et Maëva obtint le palmarès en première. Alors que Bill sautillait presque sur sa chaise, Aurélie et Maëva se tournèrent en même temps vers lui.

« Il s'appelle Tom ! »
« Mais chuteuh ! Il va tout entendre ! »


Surtout que c'était au tour de Bill d'aller prendre le sien. Il aurait pu parier que le dreadeux l'avait suivi du regard alors qu'il se dirigeait vers le bureau.

Une fois tous les palmarès distribués, les élèves purent donc repartir chez eux. Sur le chemin du retour, Bill et Maëva discutaient tranquillement.

« Alors ça y est ? Heureux ? Tu connais enfin son nom ? »
« Oui ! Tom ! Ça lui va quand même vachement mieux qu'Hugo non ? Nan mais Tom c'est juste parfait pour lui ! »


Et comme pris par une intuition, le brun se retourna et son visage blanchit aussitôt. Derrière eux, à peine à trois mètres, se trouvaient Tom en compagnie d'Hugo. Bill resta bloqué quelques secondes sur le visage du dreadeux et put y remarquer un léger sourire. Il se retourna vivement vers Maëva qui se retenait d'exploser de rire.

« Euh, ça ne t'embête pas si on avance un peu plus vite ? »

Son amie ne fit qu'acquiescer et suivit donc le brun sans réussir à s'empêcher de penser que l'androgyne n'avait vraiment pas de chance.

A peine une semaine plus tard, Bill ne rata pas une nouvelle occasion de se taire. Il était, comme à chaque pause, en compagnie de ses amis devant le lycée. Il vit alors Magali arriver avec sa capuche façon esquimau sur la tête. Le brun rit légèrement avant de sortir tout bêtement un...

« Comme il est meugnon ! »

Bien évidemment, cette gentille remarque s'adressait à la jeune femme mais qui passait juste derrière celle-ci au même moment ? Bill faillit s'étrangler en croisant le regard de Tom posé sur lui. Il ne dit rien et regarda son Fantasme continuer son chemin.

Retour de vacances de Noël. Midi. Bill et Maëva sont dans la voiture de cette dernière après avoir été manger une pizza. Ils étaient tranquillement en train de parler quand Bill le vit arriver. Tom était dans sa propre voiture et allait pour se garer plus loin. Il se trouvait donc sur la voie face aux deux amis. Une nouvelle fois, Bill ne put retenir une de ses fameuses remarques.

« Han comment il est trop beau avec ses lunettes de soleil ! »

Sauf que sur ce coup, il n'avait pas vraiment prévu que son Fantasme avait la vitre de sa voiture baissée. Il tourna donc le visage vers Bill durant quelques secondes, un rictus apparaissant sur ses lèvres. Bill se renfonça automatiquement dans son siège essayant de se faire le plus discret possible pendant que Maëva ne faisait que rire de ses nouvelles conneries.

Mercredi. 10h. Comme chaque mercredi à cette heure-ci, la classe de Bill n'avait pas cours. Et tout au long de l'année, le brun avait bien remarqué que c'était de même pour la classe de son Fantasme. Mais cette fois-ci il trouva quelque-chose étrange. Il ne vit pas Tom partir en direction de son café habituel. Il se dirigea en compagnie de ses deux amies, Aurélie et Maëva, en direction de la salle informatique. Il s'installa à son ordinateur. Mais alors qu'il l'allumait, il trouva une barre de rideau aux côtés de ce dernier. Automatiquement, il la prit et se mit à jouer avec devant ses amies.

« Hey qui veut tâter de ma barre ! Je vais te fouetter tu vas voir ! »

Sauf que quelque-chose clocha. Ses deux amies ne parlaient pas et ne disaient rien. Elles étaient surtout en train de fixer la personne qui venait de rentrer dans la salle, un léger sourire aux lèvres.

« Quoi ? », demanda Bill.

Ses amies lui faisaient juste un signe de tête en direction de l'entrée. Il se retourna et quelle ne fut pas sa surprise en tombant sur... Tom. Ben oui comme quoi la malchance le poursuivait vraiment partout. Malchance ? Pas vraiment pour tout. En effet, durant une heure complète il eut tout le loisir d'entendre Tom parler. Bon, bien sûr, Bill se tapait de temps en temps la honte mais bon, arrivé maintenant ce n'était plus qu'une habitude.

Un jour qu'ils étaient devant le lycée, lors de la pause matinale, Bill était encore en train de raconter ses frasques du week-end passé. Alors qu'il expliquait un épisode palpitant et rempli de suspense à propos d'un mur d'escalade (Ndr comprendra qui pourra), Aurélie le coupa.

« Regardes qui vient vers nous. »

Bill soupira. Il pensa tout d'abord que c'était le boulet qu'ils se trainaient depuis le début de l'année avant de se rappeler qu'en fait il se trouvait déjà avec eux. Il se retourna et refit volte face très rapidement.

« Non mais j'suis sûr qu'il vient parler à quelqu'un d'autre. Et puis le jour où il viendra vers moi je crois que ça sera pour se foutre de ma gueule après tout ce que j'ai fais devant lui. »
« N'empêche qu'il arrive »,
ajouta Maëva.

Bill resta donc totalement stoïque à rester fixer ses amis quand il entendit sa voix derrière lui.

« Hey toi ! »

Mais le brun ne bougeait toujours pas. Ses amis restèrent le fixer d'un air assez... Dépité.

« Mais non c'est pas à moi qu'il parle. Tiens regarde il y en a un de sa classe qui arrive. »

Les filles se retournèrent et virent en effet un mec de la classe de Tom arriver.

« Hey Bill ! », reprit Fantasme.

Et là, les filles restèrent fixer Bill, un sourire entendu sur les lèvres.

« Ouais et son pote s'appelle Bill hein ? », se moqua Aurélie.

Bill fronça les sourcils, légèrement vexé. Toujours était-il que Tom se rapprochait de plus en plus et finit par tapoter l'épaule du brun qui en sursauta. L'androgyne ouvrit grands les yeux et finit par se retourner lentement. Il cligna plusieurs fois des yeux comme pour s'assurer que tout ceci était vrai.

« Euh... Ouais ? »

Pauvre Bill, il n'arrivait même pas à aligner deux mots. Le dreadeux lui fit un léger sourire.

« On peut se parler deux minutes ? »

Bill ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit. Il regarda un instant ses amis comme totalement perdu. Ces dernières lui indiquèrent Tom des yeux comme pour l'encourager.

« Euh... Ouais. »

Maëva et Aurélie en levèrent les yeux au ciel tellement leur ami était désespérant. Bill ne savait pas trop quoi faire et Fantasme finit par lui montrer le chemin en marchant en direction d'un endroit plus tranquille, c'est-à-dire cinq mètres plus loin. Bill se mordillait les lèvres tellement il était stressé. Il était en face de son Fantasme et celui-ci lui parlait. Il lui parlait ! Le brun avait un réel attrait pour ses pieds. Il entendit alors la voix de Tom et ses yeux se posèrent automatiquement sur les lèvres de ce dernier. Il les observa remuer avec fascination sans pour autant comprendre un traitre mot de ce qu'il pouvait bien raconter.

« Bill ? »

Le brun secoua la tête, redescendant sur Terre.

« Euh... Ouais ? Tu disais quelque-chose ? »
« Je te demandais juste si tu pouvais me filer le double des photos que t'as prises de moi à Paris. »


Là Bill hallucina. Il crut se prendre une gifle énorme ou tout simplement une douche froide. Et la seule question qui sortit fut...

« Co-co-co-co-comment tu sais ça ? »

Le dreadeux ne fit que sourire d'avantage, content de son coup.

« Je t'ai vu l'autre jour dans la salle informatique. Tu montrais ton blog à tes copines et surtout les liens vers mes photos. J'suis pas resté, je suis sorti. »

Les joues de Bill virèrent au cramoisi. Il n'eut qu'une envie, s'enterrer sous terre. Cela tombait plutôt bien, il y avait un cimetière juste à côté du lycée. Le visage de Bill était baissé le plus possible. Il vit alors le visage de Tom apparaître tout près du sien. Fantasme venait juste de se pencher pour réussir à capter l'attention de l'androgyne.

« Alors, j'peux les avoir ? »

Bill ne savait pas quoi répondre. Il ne s'attendait pas du tout à un tel retournement de situation. C'était tellement inattendu ! Il réfléchissait à toute vitesse. Oui pour une fois son cerveau fonctionnait.

« Euh... Ouais. »
« T'as pas d'autres mots parce-que j'avoue que là, c'est pas très éloquent. »
« Euh... Ouais... Enfin j'veux dire que... Non mais... Enfin si ! Enfin je sais pas. »


Tom le regarda assez surpris.

« Tu ne sais pas ? Et je dois comprendre quoi ? »
« Ben... Tu m'en veux pas pour ça ? »


Le dreadeux haussa les épaules, l'air de rien.

« J'vois pas en quoi. Du moment que ce ne sont pas des photos compromettantes. Alors je peux les avoir oui ou non ? »
« Ben oui. Enfin... »
« Par contre, le coupa le blond, je préfèrerai qu'on se voit en dehors des cours. Enfin j'ai pas très envie que mes potes me voient en train de limite acheter des photos de moi. »
« Ben nan mais... j'te les donne hein y a pas de souci ! »


Fantasme ne fit que sourire d'avantage en voyant la naïveté du brun ou tout simplement en voyant qu'il lui faisait pas mal d'effet. Tom sortit alors son portable de son baggy et commença à pianoter dessus.

« Tu m'files ton numéro ? »
« Euh... Ouais... Enfin oui oui oui ! »


Bill resta le fixer alors qu'il pianotait toujours mais Tom releva le visage vers lui. Quelques secondes passèrent sans qu'un mot ne fut échangé.

« Euh Bill... »
« Ouais ? »
« Ton numéro, c'est quoi ? »
« Ah pardon c'est le 06... »


Tom prit donc le numéro en note et n'oublia pas de faire vibrer le portable du brun qui sursauta en criant comme une fille, tellement il fut surpris. Le dreadeux en rigola légèrement.

« Comme ça t'as le mien. Bon ben, on se tient au courant alors. A plus ! »

Bill resta sans bouger à regarder son Fantasme se diriger vers le bahut pour reprendre ses cours. Le brun hallucinait. Il se pinça pour être sûr que tout ceci était vrai. Il poussa un cri suraigüe ayant oublié ses ongles longs qui laissèrent plusieurs marques. Mais son cerveau refusait d'accepter cette scène incroyable comme réelle. Il fut tiré de sa léthargie par les voix de ses amies qui lui crièrent :

« Bon Bill bouge ton cul ! On va être en retard en cours là ! Tu l'as eut ton numéro ! Allez grouille-toi ! »

Mais Bill ne bougeait pas vraiment, toujours plongé dans ses pensées. Maëva arriva vers lui et le chopa par le poignet pour qu'il se décide à aller en cours.

Fin de semaine. Samedi. Toujours pas de nouvelles. Enfin, peut-être était-ce à Bill de faire le premier pas cette fois-ci, mais il se sentait totalement incapable de faire quoi que ce soit. Il avait une réelle peur de se faire une nouvelle fois avoir. Depuis sa précédente histoire, il avait un mal de chien à faire confiance à une possible nouvelle conquête. Il était allongé sur son lit, fixant les photos de Tom qu'il avait tirées. Combien de fois n'avait-il pas regardé le nom 'Fantasme' inscrit dans son répertoire sans jamais réussir à appuyer sur la touche verte d'appel. Totalement perdu dans ses pensées, il sursauta violemment quand son portable vibra dans la poche de son jean. Il essaya de toutes les manières possibles d'extirper l'engin de sa poche, commençant même à déchirer les coutures de celle-ci, en insultant le portable.

« Putain de portable de merde ! Mais pourquoi je fous des jeans comme ça quoi ! Mais putain sors de là espèce de crétin ! »

Il se tortillait comme un ver sur son lit et réussit enfin à récupérer son portable. Il regarda alors l'émetteur du message. Fantasme. Le rythme de son c½ur doubla en un instant. Il tremblait même à l'idée d'ouvrir le message et d'en lire son contenu. Il prit une grande inspiration et appuya sur la touche.

« Salut. Dis-moi, je pourrai avoir mes photos aujourd'hui ? =) »

Bill restait fixer son portable sans réagir. A croire que Tom lui faisait oublier jusqu'à son propre nom dès qu'il faisait quelque-chose. Il se décida tout de même à répondre.

« Euh... Ouais. »

Il se demandait quoi rajouter quand son doigt ripa sur la touche 'envoyer'. Bill cria contre lui-même un 'non' assez significatif et se tapa le front avec son portable ce qui lui valut une magnifique marque rouge au milieu de ce dernier. Le téléphone ne tarda pas à revibrer. Il se mit directement à lire le message.

« T'as toujours autant de vocabulaire à ce que je vois xD Bon, RDV au 'Pourquoi pas ?' à 20h ce soir ? Si t'es d'accord réponds 'ok'. »

Bill relut plusieurs fois ce qui était écrit sur l'écran de son téléphone puis se mit à répondre brièvement et simplement.

« Ok. »

Et il l'envoya. Une fois qu'il eut reçu l'accusé de réception, il fila immédiatement sous la douche. Il fallait qu'il fasse vite, il était 17h et il n'avait que deux heures et de mit pour se préparer (à cause de sa demi-heure de trajet).

19h58. Bill attendait impatiemment dans sa voiture. Il n'avait pas idée de rentrer dans le bar. Il n'osait vraiment pas s'avancer ou se montrer seul. Il avait les yeux rivés sur l'entrée du bar en question. Il espérait qu'il allait plaire un minimum à Tom. Pour cela, il avait sorti une de ses tenues préférées. Il avait revêtu une chemise blanche –qui laissait entrapercevoir son tatouage en forme d'étoile sur sa hanche ainsi que son torse imberbe-, un jean noir et ses fameuses santiags aux motifs dorés. Ses cheveux étaient légèrement ébouriffés et son maquillage était plus que parfait. Il était en train de tapoter son volant de ses ongles french manucurés avec soin. Il entendit alors frapper à la vitre de sa portière. Il fit un bond, sa tête heurtant le plafond de la voiture, et il se mit tout simplement à hurler de peur.

« Aaaaaaaah ! Au secours ! Un violeur ! On m'agresse ! Aidez-moi ! »
« Bill ! Calme-toi ! Ce n'est que moi ! »


Bill se calma instantanément et tourna le visage vers son 'agresseur'. Il reconnut alors le dreadeux de ses rêves. Il soupira de soulagement en fermant les yeux durant quelques secondes et se décida enfin à sortir de la voiture. Il essaya de ne pas faire attention au regard insistant de Tom sur lui même si ses joues rougissaient déjà. Ils se dirigèrent donc vers le bars sans échanger un mot et allèrent s'installer dans un coin tranquille, sans oublier d'avoir commandé leurs bières.

« Alors ces photos ? »

Bill réagit au quart de tour et plongea ses mains dans son sac. Mais là, horreur et consternation, il avait oublié les fameuses photos. Il fouilla et refouilla, il commença même à vider son sac sur la table basse devant lui mais rien. Il osait à peine regarder son Fantasme dans les yeux. Il était plus qu'affolé.

« Oh euh... je suis désolé je les ai oubliées ! Enfin... Pardon mais j'étais tellement occupé à me préparer pour toi que je... Je les ai oubliées pardon ! »
« Tu t'es préparé pour moi ? »


Bill se rendit alors compte de ce qu'il venait de dire. Il se pinça fortement les lèvres et se mit à rapidement ramasser toutes ses affaires.

« Bon ben je... Je euh... J'vais y aller ! Désolé de t'avoir dérangé pour rien. »

Le brun se leva mais fut retenu par le poignet par un dreadeux souriant.

« Hey mais calme-toi. C'est pas grave ça. Et puis reste. De toute façon, ces photos n'étaient qu'une excuse. »

Bill se figea et se laissa retomber sur la banquette. Cette fois-ci, il réussit à plonger ses yeux dans ceux chocolat de Tom.

« Pardon ? »
« Tu crois vraiment que je t'aurai fait venir jusqu'ici alors que tu aurais pu me donner ces photos au bahut ? En plus, je suis mieux de face. »


Bill ne put s'empêcher de baisser le visage, les joues rouges mais un très léger sourire amusé sur les lèvres. Tom avait le chic pour le faire réagir par la moindre de ses paroles ou le moindre de ses gestes.

« Euh... C'est vrai ? »
« Sinon je ne te le dirai pas. »


Bill en fut vraiment flatté. Voyant que le brun n'oserait vraiment pas engager la conversation, le dreadeux lança un sujet des plus banals : le lycée. Rapidement, la conversation dévia sur eux, leurs passions, leurs goûts. Bill eut le plaisir d'apprendre que Tom jouait de la guitare et pratiquait le surf. Mais l'androgyne fut étonné de voir à quel point il pouvait se dévoiler facilement devant Tom.

Les heures passèrent et il fut bientôt minuit. Mais plus ça allait, moins ils avaient envie de se quitter. Bill s'attendait à quelques remarques sur son comportement plus que stupide à chaque fois qu'il se trouvait en présence de Tom mais aucuns mots ne furent échangés sur ce sujet. Fantasme fut obligé d'abréger ce rendez-vous ayant des obligations familiales le lendemain. Ils quittèrent donc le bar après avoir payé leurs consommations et le dreadeux raccompagna Bill jusqu'à sa voiture. Le brun ouvrit celle-ci et y déposa son sac et se retourna pour se retrouver face à Tom. Il ne savait pas trop quoi dire.

« Bon ben... Euh merci pour cette soirée et euh... Enfin... »
« Non, merci à toi... »


Bill avança sa main pour serrer celle de Tom. Le dreadeux s'en empara et attira l'androgyne contre lui pour déposer ses lèvres avec douceur sur les siennes. Bill fut beaucoup trop surpris pour réagir et garda les yeux ouverts. Alors que Tom s'écartait, gardant un léger sourire sur ses lèvres, le brun cligna plusieurs fois des yeux. C'était vrai ce qu'il venait de se passer ? Il n'en savait rien. Mais pris une pulsion soudaine, il saisit Tom par la nuque et plaqua sa bouche sur la sienne. Le baiser demeura en surface avant d'être lentement approfondi par Tom. Bill émit quelques gémissements de contentement dans l'échange. Ils se séparèrent et le blond l'enlaça tendrement. Bill enfouit son visage dans le cou de son Fantasme, déposant un baiser sur la peau de celui-ci. Malgré un début plutôt chaotique, ils venaient ensemble de commencer à écrire leur histoire...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.91.58) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Binoouh

    26/07/2009

    J'aime vraiment l'idée xD
    Surtout le début du Ts !
    Avec tout les malheurs qu'il a accumulé, je le trouve courage
    De sortir de chez lui XD

  • nirvana-angelTH83

    16/07/2009

    c'est trop mignon, ton bill est adorable tout maladroit qu'il est
    il m'as bien fais rire
    le mr fantasme ausssi
    vite la suite ^^

  • Calou

    29/06/2009

    Aww J'adore !! =D J'ai trop rigolé, Bill est adorable en groupie maladroite =)

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    24/06/2009

    Bon et bien voilà, j'ai tout commenté j'suis fière de moi ! Bon c'est pas mes vrai com's ça tu verra à ton prochain poste, tu me supplira de faire de petits coms XD

    Contente d'avoir fini, j'espère bientôt voir la suite de Mr Fantasme *-*

    Küsss !

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    22/06/2009

    Oui je suis déjà là la fin ! Mais j'ai la flemme de commenter les autres chapitre ! Je le ferais t'inquiète pas !
    Cet os je me marre depuis le début ! Bill fait que des boulettes et c'est tellement mignon. Puis roh j'adore comment il l'as rénommé dans son téléphone ! C'est superbe. Je trouve ça mignon le côté enfantin et gamin de Bill. En plus, avec sa bouille d'amour tu laisse tout passer. Tu craque forcément. Après, l'excuse de Tomi pour voir Bill j'y avais pas pensé =D

    En bref j'adore et il me tarde de lire la suite de celui-ci =)

  • chocolat-mure

    22/06/2009

    Comment c'est trop bien !!!! Morte de rire du début à la fin il a vraiment pas de pot ce mec !
    Et Tom qui finalement viens le voir de lui même et tout. J'arrête pas d'avoir dans la tête l'image du sourire de Tom quand Bill danse dans le car. Ça me rappelle des souvenirs en plus =)
    Bref j'ai vraiment hâte de lire la suite !!!!!!

  • no-shame-x

    21/06/2009

    Cette première partie est géniale, j'ai juste envie de lire la suite... =) j'espère qu'elle arrivera rapidement...
    Bonne continuation
    Lika A Virgin

  • Zerstorerische-Ferien

    15/06/2009

    Mon dieu ! C'est plus que parfait ma parole !!
    J'ai beaucoup aimer et limite je m'en veux d'avoir vu aujourd'hui que t'avais posté un autre écrit parce que maintenant j'dois attendre la suite XD
    Mais vraiment bravo ! Je me suis trop vu dans Bill !! J'ai un fantasme aussi dans mon lycée et je me tape de ses hontes devant !! Vous avez vraiment trop bien imaginer ou raconter tout ça !! Je m'y voyais trop et je me suis prise a avoir aussi honte que Bill parce que certains passages je les ais carrément vécu xD !
    Ralalala je sens que je vais l'aimer ce TS mais a un point ! Vous pouvez même pas imaginer !!!

    Bon j'ai hâte de la suite en tout cas *_*

    BzouxXxX <3
    Ceriiize_#

  • just-you-and-me483

    12/06/2009

    Mortel les filles, absolument démentiel...
    J'ai trop rigolé...nan mais ce tapage de honte répété...
    xD ha on connait tous ça...mais alors là ça dépasse vraiment tout quoi ...
    Rien d'autre à dire j'en aurais pleuré =p
    Merde je veux la suite ...
    ça commençait à devenir sérieusement super intéressant là...x)

    Fin soit désolée pour ce com pourri mais j'ai trop ri et dans ces cas là ça me ramoli un peu le cerveau...xD
    Bisous ^^

Report abuse