Be Again - Chapitre 3


Chapitre 3


L'heure s'étira presque trop lentement, ponctuée par des soupirs désespérés du blond qui n'en voyait plus la fin. Il se souvint pourquoi il n'avait jamais aimé cette matière. Lorsque la sonnerie retenti, il remarqua qu'un jeune homme le suivait. Il fit quelques pas, s'assura qu'il était bien collé, et fit volte-face d'un coup, faisant sursauter l'autre.

- Hey, euh... Bafouilla-t-il, mal à l'aise. Salut, je m'appelle Gabriel.

Tom haussa un sourcil, un peu pris au dépourvu. Le jeune était blond, des cheveux mis long en bataille, et deux yeux bleus absolument magnifiques. Il resta un instant la bouche entrouverte, cherchant quoi dire, avant de tenter :

- Euh... Salut, moi c'est Tom. Enfin, Tomas. Mais euh, Tom, c'est mieux, en fait.

Gabriel le toisa un instant, avant d'oser un sourire.

- J'ai vu que t'avais l'air un peu pommé, alors voilà, je me disais que je pourrai t'aider, enfin, si tu veux.

- Avec plaisir. Tu ne sais pas dans quelle salle on a cours après, par hasard ?

L'adolescent lui adressa un grand sourire.

- Heureusement que oui. Allez, viens par là.

Ils se dirigèrent donc vers le prochain cours, discutant joyeusement de Tom et de son soi-disant père Georg (que Gabriel connaissait de nom, après tout, c'était un homme riche). Le dreadé apprit également que le jeune blond habitait non loin de chez lui (son vrai chez lui, provisoirement chez Bill, le temps qu'il redevienne... Tom). La fin de la journée se déroula sans incident majeur, de l'histoire pendant deux longues heures où Tom n'écouta que d'une oreille, trop occupé à observer Bill. Celui-ci semblait vraiment en mauvais état, et en quittant le lycée, il posa une paire de lunettes noires sur son nez, avant de prendre son bus. La nausée ne quittait plus la gorge du dreadé. Il se sentait tellement coupable, tellement monstrueux d'imposer ça à son fils. Avant qu'il ne grimpe dans sa voiture, Gabriel vint lui donner un coup de coude dans les côtes.

- J'ai remarqué que tu ne quittais pas Bill des yeux aujourd'hui...

Tom grimaça en guise de réponse. Le plus jeune lui envoya un petit regard peiné.

- Laisse-tomber, si tu veux mon avis. T'as aucune chance. Et puis, ce mec là... Enfin, tu risques de souffrir en t'attachant à lui.


Et avant que Tom ait le temps de répondre quoi que ce soit, Gabriel avait disparu. Il resta un moment con, la bouche ouverte. Qu'avait-il voulu dire par là ? Il prit le volant, préoccupé, et regagna la villa de son meilleur ami, l'esprit ailleurs.

- Alors, cette première journée ?
 S'enquit Georg à son arrivée.
- Euh... Laisse-moi y réfléchir, je te répondrai plus tard.

Tom se débarrassa de ses affaires et partit s'allonger sur le canapé.

- A ce point ?
 S'étonna son ami en venant s'installer sur un des sièges à coté.
- Tu n'imagines même pas. Je ne suis plus certain que ça soit une bonne idée, finalement. J'ai l'impression d'être une espèce de... Voyeur.


Georg fronça les sourcils.

- Ce n'est pas comme si tu violais son intimité. Je veux dire, tu ne le vois qu'en cours, ce n'est pas si horrible que ça...

- Humm...


Tom resta à fixer le plafond, pas convaincu. Georg préféra le laisser tranquille, et partit leur faire à manger. Les paroles de Gabriel semblaient flotter dans l'air. Le dreadé les observaient tourner autour de lui, et tentait de leur donner un sens. Il finit par soupirer et rejoint son ami pour partager un repas et aller se coucher. La journée suivante risquait d'être longue.

***

Tom se gara sur le parking de l'établissement scolaire, les yeux collés, le cerveau encore endormi. Il avait passé une salle nuit, à se retourner toutes les heures à la recherche d'une réponse, de quelque chose qui lui indiquerait pourquoi Gabriel semblait tellement se méfier de Bill. Bien entendu, ça n'avait servit à rien, si ce n'est à le faire se lever du pied gauche. Il coupa le contact et posa son front contre le volant en expirant. Un coup sur la vitre le fit sursauter et jurer. Il aperçut Gabriel qui lui faisait signe avec un grand sourire. Il secoua la tête et se motiva pour quitter le véhicule et affronter la réalité - qui n'était pas vraiment la sienne.

Il s'extirpa de la voiture et remarqua le regard de Gabriel se bloquer sur lui. Il eu un sourire en coin. C'est vrai qu'aujourd'hui il avait un peu joué la provocation. Il portait un débardeur noir très près du corps qui laissait apparaître une musculature plus que satisfaisante, ainsi qu'un jean blanc et des baskets de la même couleur. Un bandana noir tenaient ses dreads qu'il avait laissé détachées, et une paire de Ray-Ban étaient remontée sur sa tête. Il avait même retrouvé un collier qu'il adorait dans un carton, une chaine en argent avec deux plaques semblables à celles que les militaires portaient. Il enfila une veste blanche et n'oublia pas de fermer les portières de sa voiture. Il sourit à Gabriel qui continuait de le fixer.

- Quoi ? Allez, ferme la bouche au moins !

- Tu m'avais pas dis que t'étais aussi bien foutu !

- Désolé, ce n'est pas vraiment la première chose que je dis quand je rencontre quelqu'un... « Hey oh fait, je suis un canon, je te le précise au cas où hein ».

Il ponctua sa phrase d'un regard vers le ciel, ce qui fit rire le jeune blond.

- Disons que je vais devoir me méfier maintenant, tu risques de...


Il n'acheva pas sa phrase, et resta bloqué sur quelqu'un derrière Tom. Celui-ci, intrigué, fit volte-face et se retrouva con. Bill était près de l'entrée, mais son regard était fixé sur lui. Ses amis étaient derrière lui et semblèrent remarquer qu'il ne bougeait plus, puisqu'ils se mirent également à fixer Tom. Le dreadé se mit à rougir, outre les yeux de tous ces jeunes, c'était ceux de son fils qui lui donnaient de grosses bouffées de chaleur. Il vit l'androgyne porter une longue cigarette à ses lèvres - bon Dieu, depuis quand Bill fumait-il ? - et inspirer longuement la fumée avant de la recracher, sans jamais le lâcher du regard. Puis il suivit ses amis pour sortir du champ de vision de Tom qui restait complètement bloqué sur la scène qui venait de se dérouler devant lui. La voix de Gabriel derrière lui le ramena sur terre.

- Bon sang, je retire ce que j'ai dit hier. T'as largement tes chances avec lui !

- Hein ?
 Le dreadé fit à nouveau demi-tour et envoya un regard surpris à son nouvel ami. Non, mais je ne... Qui te te dis que... Moi je... Avec lui ?

- Tu le bouffe des yeux, Tom ! Faut pas être très sorcier pour deviner ce à quoi tu penses en le regardant.

L'intéressé poussa un soupire en secouant la tête. Il ne pouvait pas lui dire que c'était simplement parce qu'il s'agissait de son fils, bien entendu. Mais une pensée lui donna un frisson dans le dos. Était-ce vraiment la raison de cette véritable fascination qu'exerçait Bill sur lui ? Il suivit l'adolescent blond et ils furent bientôt dans l'enceinte du lycée, au milieu de toute l'agitation. La sonnerie n'avait pas encore retentie, et tous les jeunes discutaient avec animation du weekend qui approchait. Tom aperçut Bill et ses amis dans un coin, et fourra ses mains dans ses poches en baissant les yeux.

- En tout cas, méfies-toi.

Il fronça les sourcils. Cette fois, il ne laissa pas la phrase de Gabriel passer inaperçu.

- Pourquoi est-ce que tu dis ça ?

- Quoi, t'es pas au courant ? Ouhouh, Tom, on parle de Bill Kaulitz là !

- Et alors ?


Gabriel haussa les épaules.

- Il a une sacrée réputation. Je veux dire, ce mec est une bombe, il réunit les sept péchés capitaux à lui tout seul. Et il en joue. C'est un profiteur, et pour tout, si tu vois ce que je veux dire...


Tom recula d'un pas, horrifié. C'était impossible. Ce garçon devait se tromper, son enfant, son Bill n'était pas comme ça. Il déglutit.

- Fais pas cette tête, peut-être que tu l'intéresseras pour plus qu'un plan cul, avec de la chance. Mais ne te fais pas trop d'idées, surtout qu'il a déjà son pote de baise.

Les couleurs devaient avoir désertées le visage de Tom, puisque Gabriel passa une main devant celui-ci, l'air inquiet.

- Hey, tu vas bien ?
- Son pote de baise ?
 Articula lentement le dreadé.
- Ouais, le blond décoloré là, lui répondit le jeune en effectuant un mouvement de menton vers le petit groupe de Bill. 

Tom plissa les yeux et repéra rapidement le garçon dont parlait Gabriel. Il se tenait assez près de Bill et semblait boire toutes ses paroles.

- Andréas, qu'il s'appelle. Ils sont amis depuis des années, mais c'est ce qu'on appelle une amitié améliorée. En gros, dès que l'un des deux n'a pas de quoi se satisfaire, hop, ils se font une partie de jambe en l'air. En tout cas, c'est ce qu'on dit.


Tom ne se sentait pas bien, et il avait l'impression qu'il allait tomber dans les pommes d'une seconde à l'autre. Bill fumait ? Bill avait une réputation de Dom Juan ? Bill était homosexuel ? Et il s'envoyait en l'air ? C'était trop d'un coup. Il entraina Gabriel vers un banc et s'y laissa tomber en prenant de longues inspirations.

- Tom, on peut aller à l'infirmerie si ça va vraiment pas tu sais ?
- Non, je... Ça va aller. Laisse-moi cinq minutes...


Il posa ses coudes sur ses genoux et enfoui sa tête dans ses mains. Il sentait la migraine poindre. Son c½ur battait trop vite, et il dû se concentrer encore longtemps pour reprendre une respiration normale. Il sentit du mouvement autour de lui, mais il avait trop envie de vomir pour redresser la tête. Mais bientôt, une voix attira son attention.

- Il va bien ?

Il releva doucement le visage pour rencontrer celui de Bill à quelques centimètres du sien, l'air inquiet. Il sursauta. Le brun posa une main prudente sur son épaule.

- Ça va aller ? Tu veux qu'on aille chercher quelqu'un ?


Tom secoua vivement la tête et se redressa d'un coup pour s'éloigner de Bill. Ce dernier continuait de le fixer, cet air préoccupé toujours présent. Il fit un pas en avant, et le blond eut un violent mouvement de recul, ce qui renforça la perplexité de l'adolescent.

- Euh...
 Gabriel poussa le groupe d'amis de l'androgyne qui avait formé un cercle autour du banc. Je vais m'en sortir, s'il a besoin de quelque chose, je m'en occuperai. Mais euh, merci les gars. C'est ok.

Tom ne bougeait pas d'un poil, totalement focalisé sur son fils qui ne démordait pas non plus. Gabriel dû claquer des doigts devant la tête du brun pour qu'il réagisse.

- J'ai dis : ça va aller, merci, Bill. Tu peux y aller.


L'interpellé sembla un instant choqué de la façon dont il se faisait dégager, mais néanmoins, après un dernier coup d'½il à celui qui était en fait son père, il s'éloigna en compagnie de ses acolytes. La sonnerie retentie dans la cour.

- On devrait y aller,
 lui dit doucement Gabriel en le prenant par le bras.

- Ouais,
 souffla Tom. Je... Merci, pour ce que tu as fais.

- De rien, t'avais l'air effrayé par Bill... J'aurai été dégueulasse de te laisser te démerder tout seul.


Le dreadé lui fit un signe de tête reconnaissant, et ils partirent en cours. Qui se trouvait être un cours de maths. Tom eut un sourire satisfait en s'installant au fond, cette fois accompagné de Gabriel qui ne le lâchait plus d'une semelle - mais cela ne le dérangeait pas, au contraire, ce jeune lui était sympathique. Il se sentait dans son domaine. La prof ne tarda pas à arriver, et elle annonça le thème du jour : elle souhaitait leur faire pratiquer du calcul mental, pour entrainer leur logique, soutenant que c'était important, même à leur âge. Tom ne pu retenir un petit rire, ce qui n'échappa pas à Mme Bogen, l'enseignante.

- On peut savoir ce qui vous fait rire, monsieur...

- K...Braün,
 annonça Tom en se redressant. Rien du tout, madame... Euh...

- Bogen,
 s'indigna-t-elle en remontant ses lunettes. Et bien, je suppose que vous pouvez venir au tableau et répondre aux questions que je vous poserais, alors.

- Bien sûr.


Il se mit debout sous des yeux plutôt impressionnés - cette prof était un vrai dragon - par l'audace du nouveau. Il se planta face à elle, devant le tableau, un sourire en coin.

- Bien. 45 que multiplient 34 ?


Un murmure parcouru les élèves. Pour la plupart d'entre eux, c'était impossible à réaliser en calcul mental, et sûrement pas en peu de temps. Mme Bogen eut un sourire satisfait alors que Tom réfléchissait. Mais au bout d'une minute à peine, il répondit sans hésiter :

- 1530.


Toute trace de sourire disparut du visage de l'enseignante, et elle se racla la gorge.

- Pourrais-je savoir comment vous vous y êtes pris ?

- Avec plaisir. J'ai d'abord multiplié les unités, puis les dizaines, j'ai additionné les produits croisés, puis placé mon résultat sous les produits précédents. Ensuite, j'imagine des lignes verticales, et j'additionne les nombres entre les lignes. C'est aussi simple que ça.


Un silence accueillit la déclaration du blond, bientôt interrompu par le professeur qui semblait complètement déstabilisé.

- Allez-vous asseoir, et que je ne vous entende plus.


Tom s'exécuta après un dernier sourire. Gabriel lui envoya un coup de pied sous leurs tables et lui demanda, bluffé :

- Comment tu savais ça ?
- C'est ce qu'on nous apprend, à l'éc...


Il se stoppa. Il allait dire « à l'école d'ingénieur », avant de se souvenir qu'il n'était censé avoir que 17 ans. Il soupira.

- C'est mon père qui m'a appris ça. Il a tout un tas de technique de calcul mental qu'il a apprises pendant ses études d'ingénieur.

- Balaise...


Tom réprima un petit rire. Il passa le reste de l'heure à s'amuser ainsi, donnant les réponses les plus complètes et développé que la pauvre Mme Bogen avait jamais eu de la part d'un élève de terminale, sous les regards admirateurs de ses camarades. Il fut immédiatement classé comme une personne à connaître. Alors qu'il sortait de la salle en compagnie de Gabriel, un tas de personnes vinrent le féliciter, des filles lui glissèrent même leur numéro de téléphone dans la main avec un clin d'½il entendu. Tous, excepté Bill et ses amis, qui étaient déjà partis bien loin. Il n'en fut pas troublé, après tout, c'est lui qui avait rejeté le brun, et c'était mieux ainsi. Il espérait simplement qu'il redeviendrait rapidement adulte, et se promis de mettre au clair tout ce qu'il avait appris à propos de son fils avec lui, entre quatre yeux.

La journée passa plus rapidement que la veille, et Gabriel proposa à Tom d'aller prendre un verre avec lui après les cours, ce que le dreadé accepta avec plaisir. Ils se dirigèrent vers un bar non loin de l'arrête de bus, et commandèrent deux Monaco.

- Alors,
 interrogea Gabriel, tu comptes faire quoi de ton week-end ?
- Euh...
 Tom soupira en se massant la nuque. A vrai dire, j'ai rien prévu.

Et c'était vrai. Il avait eu l'intention de rester glander chez Georg, peut être regarder quelques DVD... Rien de très palpitant.

- Il faut que tu viennes avec nous, samedi soir.
- Samedi soir ?


Gabriel lui adressa un petit sourire.

- Un des mecs de la classe organise une fête, ses parents ne sont pas là du week-end. Il a invité toute la classe, et un tas d'autres personnes. Ça va être génial.


Tom réfléchit un instant. Après tout, c'était peut-être l'occasion de profiter un peu de sa seconde jeunesse. Il sourit et hocha positivement la tête.

- Ça peut être sympa. C'est ok.

- Génial. Je te filerai l'adresse. Par contre...

Il se mordilla la lèvre inférieure et lança un petit regard à Tom.

- Il y aura surement Bill et ses potes.


Le dreadé se raidit légèrement sur sa chaise, puis haussa les épaules.

- Tant pis. Je ne vais pas arrêter de vivre pour lui.

Gabriel eut un sourire radieux.

- Alors tout est parfait.

***

- Quoi ? Tom, tu veux que quoi ?

Le dreadé fit rouler ses yeux et montra son armoire d'un signe de tête.

- Que tu m'aides à me trouver un truc bien pour ce soir. Allez, Gé, sois cool !
- Humpf... Okay. C'est bien parce que t'es un ado sympa.


Tom rigola et ouvrit son placard, en quête de quelque chose de bien à mettre. Après tout, il voulait vraiment profiter de cette soirée. Il observa Georg pousser les cintres avec des petites expressions plus ou moins enthousiastes. Il finit par sortir un jean noir, une chemise blanche, et un boxer de la même couleur.

- Euh... Pour les sous-vêtements, je pouvais me démerder hein, mais, merci quand même...


Georg lui fit un sourire triomphant avant de quitter la chambre. Tom poussa un soupire, et se décida à se doucher. Il ignorait pourquoi il souhaitait tellement être parfait, ni en quoi cette fête le rendait aussi... Nerveux. Ou alors, il ne voulait pas y penser, tout simplement. Il sortit de la salle de bain en serviette, et s'épongea les dreads à l'aide d'une autre. Il eut un petit sourire en se faisant remarquer que ça lui avait beaucoup manqué. Il enfila le boxer blanc, et le jean noir, pas trop près du corps, juste comme il aimait. Puis il mit la chemise en boutonnant quelques boutons au milieu, et remonta les manches. Il s'observa un moment dans la glace, et soupira. Il attacha ses dreads avec un élastique blanc et plaça un bandeau de même couleur sur son front, histoire d'être tranquille. Un coup de parfum, son portable dans sa poche arrière, et c'était bon. Il indiqua à Georg qu'il y allait, et après que son ami lui ait souhaité une bonne soirée, il quitta la maison pour aller à l'adresse que Gabriel lui avait indiquée.

Il n'eut pas à chercher bien longtemps, la maison étant un peu isolé et surtout éclairée de partout, ainsi que bordée de voitures et de jeunes. Il pensa un instant qu'il allait lui falloir du courage pour rester en vie toute une soirée dans ce genre de fête. Et se sentit très vieux à cette pensée. C'est en riant qu'il trouva une place pour se garer et qu'il sortit de sa voiture. Il suivit les quelques personnes qui arrivaient en même temps que lui pour trouver l'entrée de la maison. C'était une propriété assez grande, avec une piscine derrière, et un jardin assez gigantesque. Il repéra quelques personnes de sa classe qui lui firent des signes de la main. Il trouva finalement Gabriel qui discutait avec des amis à lui, et le rejoignit avec un petit sourire.

- Oh, les mecs, je vous présente Tom. Il vient de débarquer dans notre classe.


Il fut salué par les adolescents, et présenté à un certain nombre de nouvelles têtes. Il décida, au bout de vingt minutes de conversations, d'aller se servir à boire. Gabriel le retint par le bras avec un petit sourire avant qu'il ne parte et lui glissa :

- Tu es très bien comme ça.


Il rougit légèrement et le remercia avant de se diriger vers la table où se trouvaient des rafraichissements et des apéritifs. Il jeta son dévolu sur quelques canapés qui avaient l'air délicieux et se prit un verre de punch. Il avait prévu de dormir dans sa voiture de toute façon, alors il pouvait bien s'alcooliser un peu ce soir. Quelqu'un lança la musique, et bientôt une tripoté de jeunes débordants d'hormones se mirent à danser sur la piste aménagée. Tom observa avec une pointe d'inquiétudes les personnes présentes : certains fumaient quelques substances suspectes dans un coin, d'autres étaient les uns sur les autres à s'embrasser, d'autres encore buvaient sans interruption. Il pouvait aisément deviner la suite de la soirée.

Il pensa aux parents de ces jeunes, à ce qu'ils avaient pensé quand ils avaient donné l'autorisation à leur progéniture de venir assister à cette soirée... S'ils étaient au courant de tout ce que leurs enfants faisaient derrière leur dos... Et il pensa à Bill. Il pensa que lui n'avait aucune idée de tout ça, parce qu'il ne donnait pas d'autorisation à son fils, et pour cause, celui-ci se la donnait lui-même, étant donné que Tom n'était presque jamais là. Il sentit qu'il avait complètement raté son rôle d'éducateur, de protecteur. Poussé par ses idées noires, il termina son verre d'une traite et en reprit un autre. Ses yeux parcouraient la salle distraitement, et son pied marquait le rythme. Il sentit peu à peu l'alcool faire son effet, et se détendit nettement. Il se mit à parler avec des gens qu'il ne connaissait pas, et s'enfila encore quelques verres - il arrêta de compter au quatrième. Il dansa, s'amusa beaucoup, se fit draguer par pas mal de gens...

Une douce torpeur l'envahissait, jusqu'à ce qu'une grande agitation attire son attention. Il suivit - comme toutes les personnes qui avaient remarqué ce brusque changement - le bruit et se retrouva dans une grande pièce, une sorte de salon, où se trouvaient des tables et des sièges un peu partout. Mais un groupe s'était formé autour d'une table, sur laquelle avait été posé un allogène débranché, qui faisait office de barre, ainsi qu'un poste de radio d'où s'échappait une musique rythmé mais très sensuelle. Tom se fraya un passage pour voir ce qui semblait captiver les gens, et resta bloqué devant une vision absolument inattendue.

Debout sur la table, une bouteille à la main, et uniquement vêtu de ses santiags, un boxer noir et une chemise blanche fermé seulement par un unique bouton, Bill n'en finissait plus de se déhancher. Il agrippa la barre et effectua un mouvement de bassin en avant accueillit par des sifflements admirateurs. Il avala une gorgée d'alcool directement au goulot et en laissa quelques gouttes glisser le long de son cou, descendre le long de son torse dénudé et finir leur course dans son boxer. La musique s'accéléra, et il cala ses mouvements lents et sexuels dessus. Tom était trop bourré pour réagir, alors il restait là, ébahit. Bill remarqua enfin les yeux du dreadé posés sur lui, et eut un sourire aguicheur. Il lui adressa un clin d'½il et se mit un doigt dans la bouche sans détacher son regard du sien. Lentement, il le retira d'entre ses lèvres, et le fit glisse sur son torse en griffant légèrement avec son ongle parfaitement french-manucuré, puis son ventre, avant de s'amuser à le passer sous l'élastique de son boxer, laissant bien voir son tatouage.

Il rejeta la tête en arrière, ses cheveux noirs et lisses suivant le mouvement, et, s'accrochant d'une main à l'allogène, il passa l'autre dans sa crinière en fermant les yeux et en entrouvrant la bouche. Son corps ondulait à présent, et il fit claquer ses bottes contre la table, faisant sursauter son public complètement envouté par sa danse sensuelle. Il s'abaissa doucement en bougeant ses hanches de droite à gauche et vit avec amusement les têtes suivre son amorce. Mais à vrai dire, un seul regard l'intéressait, et il voulait à tout prix le capter pour ne plus le lâcher. Il s'avança légèrement sur la table pour se retrouver en face de Tom et, s'accroupissant, il lui saisit le menton, planta ses yeux dans les siens, avala une grande goulée d'alcool et connecta ses lèvres à celles du dreadé avant que ce dernier ait pu réagir.

Il sentit sa bouche s'ouvrir en même temps que celle de Bill et il but le liquide qu'on lui insufflait. Mais même une fois que la dernière goutte de la boisson fut passée du brun au blond, le contact ne se rompit pas. L'androgyne, les doigts toujours agrippés au menton de Tom pour l'empêcher de s'échapper - bien que l'intéressé soit beaucoup trop alcoolisé pour ça - inclina la tête sur la droite avant d'aspirer la langue du dreadé dans sa bouche pour la sucer avec avidité.

Et soudain, un éclair de lucidité frappa Tom qui avait jusque-là été dans un brouillard complet, simplement guidé par ses sens et un irrésistible désir pour cet être mystique. Il réalisa avec horreur qu'il était littéralement en train de se faire violer la bouche par son fils. Son fils ! Il repoussa violemment le brun, et partit en courant comme il pouvait - c'est-à-dire en manquant de se casser la figure tous les deux mètres. Il se laissa glisser dans un coin, le c½ur battant à tout rompre, et prit son visage entre ses mains. Qu'est-ce qu'il venait de faire putain ?

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.247.42) if someone makes a complaint.

Comments :

  • NovaeOrchis

    26/12/2016

    J'adore ce chapitre : le père qui découvre d'autre facette s de son fils, le baiser... ah! Surtout le baiser.

  • Amuna28-fic

    19/08/2011

    C'était évident qu'il allait ce passé quelque choses à la fête entre Bill et Tom.
    Je me demande ce que va donné la suite après ce baisé.

  • chaos87th

    31/01/2011

    Wouah, Tom est complètement choqué là.
    C'est vrai que s'il s'intéressait un peu plus à son fils, il en saurait plus sur lui.
    Par contre je le sens mal sur ce qui va se passer maintenant que Tom a prit conscience qu'il se faisait embrasser par Bill.

  • Photo-Album-xx

    13/01/2011

    O_O han la la la je ne m'en remet pas de se chapitre c'étais trop bien surtout la fin ;)
    je te laisse j'ai le chapitre 4 a lire =)
    bisoux
    Elody' <3

  • zyngao

    11/06/2010

    juste absolument tentant xd enfin apres je ne sai spas ou sa va les mené mais bon a+

  • Lass-mich-vergessen

    03/06/2010

    C'est comique.
    Enfin, je veux dire ce père découvrant les multiples facéties de son fils unique, se rendant compte que l'Ange est en fait un Démon et manquant de s'évanouir face à ces révélations...
    Hilarant. J'imagine la tête du pauvre Tom.
    N'empêche, je ne peux que songer que l'attirance de Bill pour Tom n'est pas anodine.
    Comme si, inconsciemment, il retrouvait les traits de son père sous ceux ed cet ado.
    Et il le provoque, joue avec ses nerfs comme tout gosse aime le faire avec son paternel.
    Même si derrière tout ça peut se cacher une certaine attirance physique...

  • UnleashedTom

    31/12/2009

    Le passage de la danse m'a scotché.
    J'AIME CETTE SENSUALITE, quasi sexuelle.

  • L--e--b

    22/12/2009

    Wow j'adore ce chapitres =D !

    J'suis sur que Bill est une petite chaudasse xD !!

    "Meme si c'est pas vraie et que sa peut pas ce passer" Sa doit etre bizarre de découvrir ton fils au lycée en dehors de la maison et tout...J'part dans un autres délires là lOl =)

  • Giffolies

    28/11/2009

    Han moi aussi j'ai dut fermer la bouche.
    Tom tu serat privée de sortit si c'est pour faire sa.

  • ConfeSsiOn-Of-Tom

    11/11/2009

    Bon je contiinue !!

Report abuse