Leave the Dark - Chapitre 1

Les longues rues sombres s'étendaient tel de longs bras. Elles s'enroulaient et se déroulaient en un enchevêtrement sinistre, à peines éclairées par la pâle lueur de la lune, semblant vouloir se cacher, ou peut-être dissimuler un secret inavouable. Elles formaient à elles toutes la ville, petite certes, mais suffisante. On y trouvait tout ce dont on pourrait avoir besoin. Mais un défaut non négligeable en faisait une ville solitaire : l'hospitalité était loin d'être son fort. Son aspect fantomatique n'aidait en rien, et on avait l'horrible impression de parcourir un cimetière en la visitant. Pourtant, c'était une ville peuplée, chaque maison ici était habitée. Mais on y vivait plus par obligation que de son plein grès, après tout, il aurait fallut être vraiment étrange pour aimer y habiter. Seulement les loyers étaient vraiment médiocres, pour les mêmes raisons citées précédemment, on n'allait pas faire payer trop cher des gens qui acceptaient déjà l'aspect délabré de l'endroit. C'était donc une catégorie de personnes peu aisées qui remplissait allégrement les rues, et faisait fonctionner les petits commerces.

Néanmoins, si les rues donnaient cette impression étrange de renfermer quelques confidences, c'était effectivement parce que c'était le cas. Sauf qu'elles n'abritaient non pas un secret, mais une véritable guerre. La ville était divisée en trois parties, trois quartiers. Il y avait le quartier Nord, le plus grand, et les deux autres se partageaient le Sud de la ville, coupé allégrement en deux parts égales. Ces minis ghettos étaient représentés par trois gangs. La bataille livrée remontait à trop loin pour qu'on puisse vraiment dire qu'elle en était l'origine. On parlait vaguement d'une sombre histoire de jalousie qui aurait mal tournée. Depuis ce temps, le gang du Nord vouait une haine incontestée aux deux gangs du Sud, et inversement. Chaque gang était constitué d'une quinzaine de jeunes hommes, tous liés par un pacte encore plus puissant que celui du sang, et pour cause, ils se considéraient comme une famille. Ils avaient quelques règles, bien sûr, comme par exemple de toujours veiller les uns sur les autres, d'être capable de donner sa vie pour un des siens, mais principalement, de perpétuer le combat mené contre le gang adverse. Le reste de la population était épargnée par le conflit, se contentant de ne pas trop empiéter sur les territoires voisins. Il n'était pas rare s'assister à quelques violentes altercations entre plusieurs jeunes de deux gangs différents au coin d'une ruelle.

On n'en parlait pas, mais les esprits de tous étaient obnubilés par le même souhait, qu'on soit du Nord ou du Sud : partir. Quitter cet endroit dont on ne voulait pas, peuplé des fantômes de ceux qui avaient toujours vécu dans la misère et la pauvreté, dans la crainte de se faire attaquer pour la simple raison d'être du mauvais coté de la ligne, ceux qui n'avaient simplement pas vécu assez longtemps pour voir l'ailleurs. Alors on travaillait, on apprenait dans les quelques écoles et universités des alentours, toujours dans ce même espoir de pouvoir s'envoler vers une vie meilleure. C'était le seul point commun, la seule même cause pour laquelle tous se battaient.

Tom n'avait jamais rien connu d'autre que cette vie, que cette ville où le soleil ne brillait jamais. Il y était né, trois ans après son frère, enfanté par une mère alcoolique et un père violent, des parents que la vie en ces lieux avaient rendu complètement fous. Ils étaient morts dans un accident de la route alors que Tom avait seize ans. Depuis, il vivait avec son frère aîné Lukas, la seule famille qu'il lui restait. Mais loin de s'en plaindre, il trouvait au contraire que le quotidien était bien meilleur depuis ce drame. Même s'ils galéraient à subvenir à leurs besoins, et que souvent ils se voyaient forcés de sauter quelques repas, ils s'aimaient incontestablement, et s'apportaient mutuellement le soutient nécessaire pour ne pas lâcher. Et puis, ils n'étaient pas totalement seuls. Car Tom et Lukas appartenaient bel et bien à un gang. Tom n'avait pas vraiment eu le choix, mais son frère avait été nommé à la tête de la bande des années auparavant, entrainant obligatoirement avec lui son benjamin, tout ça derrière le dos de leurs parents indignes. Il avait grandit avec les autres jeunes, et les considéraient comme sa deuxième famille, une sur laquelle lui et Lukas pouvaient réellement compter. Leur gang était l'un des deux situé au Sud de la ville, et il se composait de douze membres. A présent âgé de dix-neuf ans, Tom ne se voyait pas de réel avenir, à vrai dire il ne connaissait pas l'ambition. Tout ce qu'il savait était qu'il suivrait Lukas, quoi qu'il arrive. Il avait arrêté les études après son bac, la plupart de son temps étant à présent consacré à travailler avec Lukas dans un garage. Il n'était pas spécialement intéressé par la mécanique, mais ça leur rapportait de quoi payer le loyer et manger à leur faim. Sa véritable passion était la guitare, et son rêve de décrocher un diplôme pour pouvoir enseigner dans une école d'arts de la scène. Mais c'était extrêmement cher, et il ne pouvait pas se permettre de payer les cours. Alors il n'avançait pas, et la réussite lui semblait bien lointaine.

Le réveil sonna ce matin là, comme il le faisait chaque jour plus ou moins tôt. La main de Tom se faufila d'en dessous sa couette et frappa d'un coup sec et précis pile à l'endroit qui permettait au calme de reprendre possession de la pièce. Il entreprit d'étirer un à un chacun de ses membres, d'abord les jambes, les bras, le dos, la nuque, et un peu tout à la fois. C'était une technique infaillible qui lui évitait la douche froide, pourtant très efficace pour les personnes qui, comme lui, avaient l'impression de mourir à chaque fois qu'ils ouvraient les yeux, et avaient un mal fou à être opérationnel. Et puis c'était beaucoup moins brutal. Il repoussa la couverture de son corps et se mit en position assise, les yeux bien ouverts qu'il s'efforçait d'écarquiller pour ne pas être tenté de les refermer. Il joua un instant de ses mains, et fit craquer ses doigts de pieds. Il jeta un coup d'½il au calendrier où il barrait chaque jour qui passait d'une croix rouge, et constata avec un sourire qu'on était dimanche, seul jour de la semaine qu'il s'accordait à ne rien faire. Mais avant ça, il avait quelques détails à régler, ce qui le fit légèrement grimacer. En général, ça n'était pas vraiment risqué, il était un habitué. Malgré tout, il conservait cette once d'appréhension au creux de l'estomac, qui ne s'envolerait qu'une fois sa petite affaire terminée. Il se dirigea vers la chambre de son frère et eut un sourire en le voyant assis sur son lit, vêtu comme lui d'un short, un bras derrière la tête et l'autre en hauteur, lui permettant de s'étirer comme il le fallait. Ils échangèrent un sourire et un petit bonjour ensommeillé.

- Tu vas chez Javier ? Lui demanda Lukas.

Tom hocha la tête. Son aîné eut un sourire triste et fouilla un instant dans le tiroir de sa commode. Il envoya un petit paquet au plus jeune qui le réceptionna sans mal. Ils ne parlèrent pas plus, ils n'en avaient pas besoin, ils avaient appris il y a bien longtemps à se comprendre sans ça. Tom rangea le paquet dans une poche de sa veste qui pendait dans l'entrée, et alla directement à la salle de bain. Il s'observa dans le miroir, comme chaque matin, avec attention. Ses cernes marqués lui semblèrent moins visibles que d'habitude, et il se permit un petit sourire. Il bailla et passa une ses mains dans ses longues dreads blondes. Il les manipula un instant avant de se décider à les attacher. Il se nettoya sommairement avec un gant, se rinça le visage avec de l'eau fraiche et se brossa les dents avec énergie, la dernière chose qu'il souhaitait étant d'avoir des carries. Il imbiba un coton de désinfectant et le passa sur sa lèvre inférieure, là où apparaissaient encore quelques coupures, et autour de son piercing. Il espérait que ça suffirait à éviter quelques mauvaises complications. Il s'habilla d'un bermuda et d'un large teeshirt, passa un bandeau sur son front, et sortit de la pièce. Il enfila ses baskets et sa veste, lança un rapide « A tout à l'heure » à Lukas, et quitta la maison sans oublier de bien claquer la porte (elle avait tendance à se rouvrir toute seule sinon).

Le ciel était de son habituelle grisaille, mais on pouvait voir les premiers rayons timides du soleil au loin. La fraicheur matinale fit du bien à Tom, et il inspira à pleins poumons en empruntant les petites rues. Il y avait peu de monde à une heure aussi matinale, c'était d'ailleurs pour cette raison que le jeune blond préférait sacrifier son sommeil, il était tranquille. Il ne tarda pas à arriver dans un coin isolé de la ville, une rue jonchée de cartons et parsemée d'odeurs suspectes. Il s'y engagea, croisant quelques mecs sur son passage à qui il n'accorda aucun regard, et poussa la porte en bois. Il descendit l'escalier, tourna à droite dans le couloir, et reconnu enfin le fameux Javier.

- Tom ! S'exclama-t-il de son accent grave. Ça faisait un moment que tu n'étais pas venu me voir. Comment vont les affaires ?

L'homme aux cheveux grisonnant abordait un large sourire, que le dreadeux lui rendit.

- On fait aller. Lukas bosse comme un malade, et je l'aide dès que je peux.

- C'est bien, c'est bien. Tu veux comme d'habitude ?


Tom acquiesça et attendit que Javier revienne avec les paquets de poudre brune. Il sortit ce que son frère lui avait confié de sa poche, et le tendit au vieil homme. Celui-ci ouvrit l'enveloppe marron et compta les billets. Il eut un sourire satisfait et donna à Tom ce qu'il attendait en échange.

- C'est toujours un plaisir de commercer avec vous, déclara-t-il. Jamais d'embrouille. Je te dis à bientôt, Tom, passe le bonjour à ton frère.

- A la prochaine,
lui lança le blond avant de quitter les lieux.

Il ne préférait pas s'attarder. Il gardait une main dans sa poche, serrée sur ce qui leur coûtait un tiers de leurs revenus mensuels. D'habitude, c'était Lukas qui venait, ou un autre membre du gang, mais les circonstances avaient fait qu'il avait dû le faire lui-même cette fois-ci, bien qu'il n'aimait pas ça. Il rentra sans plus d'encombres, et trouva son frère habillé dans la cuisine, en train de faire du café. Il posa les sachets sur la table et défit sa veste pour aller se prendre une tasse. Il se mit à table et laissa Lukas lui servir de ce breuvage magique qui l'aidait tellement à rester en forme les jours où il ne dormait pas beaucoup. Ce qui arrivait plutôt souvent.

- Tu travailles toute la journée ? Demanda-t-il en aspirant un peu de café.

- Non, juste ce matin. M'attends pas pour manger ce midi, mais on pourra sortir faire quelque chose après, si tu n'as rien de prévu.

Tom secoua négativement la tête, un sourire aux lèvres. La perspective de passer un peu de temps avec son frère lui mettait du baume au c½ur, ils en avaient tellement peu l'occasion. Il l'observa se mouvoir, toujours autant fasciné par cet être qu'il considérait comme son modèle, son point de repère. Il était plus grand que lui, environ 1m87, les cheveux châtains assez longs pour lui couvrir la nuque, et des yeux en amande de la même couleur que les siens, chocolat-noisettes, ayant tendance à devenir noirs lorsqu'il se mettait en colère. Il abordait une carrure impressionnante, et ses muscles, sans êtres proéminant, étaient bien visibles. Lui et Tom se ressemblaient beaucoup de visage, si on oubliait leurs yeux absolument identiques. Ils avaient le même nez droit, le même sourire, et surtout, des mimiques similaires. Les seules réelles différences étaient que Tom avait quelques centimètres en moins, et une musculature moins développé, même s'il y travaillait encore. Et les cheveux. Mais ça, c'était quelque chose qui ne changerait surement jamais, Lukas aimait trop les siens pour oser leur faire subir le même traitement que Tom aux siens (c'étaient ses propres mots, et Tom s'était empressé de lui répliquer qu'il portait un soin extrême à ses dreads).

Tom fut tiré de sa contemplation par le pain qui lui envoyait des signaux rouges, et il se rua sur la nourriture sous le regard amusé de son frère. Il mangea avec appétit, et ses yeux se posèrent sur le poignet de Lukas. Il reconnu le tatouage que lui-même abordait au même endroit. C'était le signe de leur appartenance au gang, un simple anneau, sans couleur, sans fantaisie. Heureusement quelque part, Tom se souvenait parfaitement du jour où Lukas l'avait emmené se le faire tatouer, et comme il avait eu mal alors que le motif n'était pas très long à réaliser. Ce bijou représentait l'unité, l'indissociabilité de leur gang. Les souvenirs de Tom s'éloignèrent légèrement, et il se revit des années plus tôt, alors que ses parents venaient de se disputer, comme trop souvent. Lukas l'avait entrainé dans sa chambre, et ils s'étaient réfugiés derrière le lit, de peur que leur malade de père ne vienne se défouler une fois encore sur eux. Ils avaient à cette époque environ 11 et 14 ans. C'est ce jour que l'aîné avait annoncé à son petit frère qu'il avait décidé d'entrer dans une sorte de bande. Tom avait été intrigué, mais lorsque Lukas lui avait promis que lui aussi y entrerait quand il aurait le même âge, il avait été enthousiasmé. Il ignorait tout de leur fonctionnement, leur but ou leurs règles. Mais il n'avait jamais rien connu d'autre, alors il n'était pas apte à dire si c'était bien ou mal. Tout ce dont il était sûr, c'était que le gang lui avait maintes fois sauvé la vie, et qu'il leur rendait dès que possible. Il les connaissait et les appréciait tous individuellement. C'était une grande famille, celle que leurs parents n'avaient jamais su leur offrir.

- Reviens sur Terre, Tom, ton pain est en train de se noyer dans ton café.

Le blond sursauta et retira immédiatement sa tartine de sa tasse en jurant, ce qui fit beaucoup rire Lukas.

- Je ne sais pas à quoi tu pensais, mais t'étais parti loin.

- T'as pas idée,
grommela le plus jeune en essuyant ses bêtises. Tu devrais y aller non ?

- Tu cherches à me foutre à la porte ?


Tom eut un sourire carnassier. Les rires de son frère redoublèrent.

- T'es effrayant parfois, p'tit frère. Allez, sois sage. A tout à l'heure.

- Bon taf.


Lukas quitta la pièce, et bientôt la porte d'entrée fut claquée, laissant Tom seul avec son café à moitié renversé. Il le termina d'une traite et décida d'aller faire un tour, après tout, il avait le temps. Il rangea les paquets de poudre dans le placard assigné à ce rôle, et vérifia que tout était fermé avant de quitter l'endroit pour la deuxième fois de la journée, qui commençait pourtant à peine.

***

Les mains habiles versèrent avec précaution le mélange dans la petite coupe, y ajoutèrent de l'eau, et se saisirent du briquet. Le jeune homme laissa la flamme réchauffer le mélange, jusqu'à ébullition et que le mélange soit parfaitement homogène. Il observa bien pour s'assurer qu'il ne restait aucune particule non dissoute, et jeta un coup d'½il à son frère. Il vit que celui-ci effectuait les mêmes préparations. Tom soupira. Il savait qu'ils allaient planer loin, ce soir, ils atteignaient toujours des sommets avec l'héro de Javier. Il aspira la substance dans la seringue, et se saisit du garrot qu'il serra bien autour de son bras. Il tâta un instant avant de trouver la veine, et planta l'aiguille dans son bras d'un geste assuré. Il desserra le lien et injecta doucement la drogue dans son organisme. A peine eut-il retiré la pointe de son bras et pressé le coton sur sa petite plaie que les effets se firent sentir. Quelques battements de c½ur et plus rien, le bonheur, l'extase totale. Il laissa sa tête partir en arrière et se poser sur le matelas du lit de son frère. Lukas était adossé à son armoire, en face de Tom, et abordait la même expression euphorique que lui. Ils apprécièrent d'abord, en silence, puis se toisèrent, les pupilles dilatées.

Ils avaient passé une après-midi tranquille à flâner dans les rues avec quelques mecs du gang, puis ils avaient partagé un verre juste tous les deux, dans un café, pour discuter de tout et de rien. A présent, la nuit s'apprêtait à recouvrir la ville, et le lendemain il faudrait recommencer une nouvelle semaine. Affronter à nouveau le quotidien, supporter la fatigue. Alors ce soir, comme il y en aurait d'autres dans les jours à venir, les deux frères s'offraient un exutoire. Ils avaient commencé trois ans plus tôt, après la mort de leurs parents. Pas qu'ils en aient été tristes, non, il n'avait jamais été question d'amour entre eux et leurs géniteurs de toute façon. Mais la liberté qu'avait entrainé l'accident avait également apporté les tentations. Rares étaient les membres du gang à ne jamais toucher à la drogue. Alors c'était arrivé naturellement, et aujourd'hui c'était presque banal.

Un long moment plus tard, alors que l'extase des premiers instants fut passée, ils ramassèrent le matériel utilisé et le jetèrent à la poubelle. Ils étaient très pointilleux sur l'hygiène, ni l'un ni l'autre ne souhaitant des complications. C'était déjà difficile, quelque part, d'accepter qu'ils s'administrent un tel poison, car autant que Lukas protégeait Tom, Tom protégeait Lukas. Et ils savaient que c'était loin d'être la meilleure façon d'oublier leur quotidien, mais c'était la seule qui leur était apparu efficace. Alors ils minimisaient au maximum la chose, prenant toutes les précautions possibles. Tom s'étira, puis se décida à parler.

- Je vais chez Andy ce soir, on a quelques morceaux à bosser ensemble. Il y aura surement Gé et Gus aussi. Tu sors ?

Lukas hocha la tête.

- J'ai quelques détails à régler avec Stef, mais j'ai l'intention de rentrer tôt. Grosse journée, demain. Sois prudent, j'aime pas te voir trainer par là bas...

Le plus jeune lui offrit un sourire rassurant, lui promis de faire attention, et attrapa sa veste et sa guitare avant de sortir. L'héroïne faisait fonctionner son cerveau à pleine vitesse et marcher ses jambes tout aussi rapidement. Il n'aimait pas non plus aller aussi loin à une heure aussi tardive. Andréas, un ami de son âge membre du gang mais également un très bon guitariste, habitait près de la délimitation entre le Nord et le Sud de la ville, zone assez crainte car elle présentait de nombreux risques de croiser un groupe du gang ennemie. Surtout lorsque, comme maintenant, l'obscurité de faisait plus épaisse de minute en minute. Le dreadeux tenta de ne pas y penser et pressa le pas. Il aurait pu faire le trajet les yeux fermés tellement il le connaissait par c½ur. Il tourna au coin d'une rue et repéra le pavillon de son ami. Il frappa et s'engouffra rapidement à l'intérieur lorsque la porte s'ouvrit sur un jeune homme aux cheveux blond très clair, presque blancs.

- Salut Tom, le gratifia Andréas en le serrant brièvement dans ses bras. Pas d'ennuis en chemin ?

Le blond secoua négativement la tête et ajouta avec un léger rire :

- Je crois qu'ils ont tous décidés de se coucher tôt, ce soir.

- J'en doute, mais on peut toujours rêver.


Ils échangèrent un sourire, puis traversèrent le salon pour aller dans la chambre. Tom salua la mère d'Andréas au passage, puis ils se retrouvèrent dans un univers qui n'appartenait qu'à eux. Après celle que lui procurait la drogue, c'était la sensation favorite du dreadeux : se fondre dans la musique. Il posa son instrument sur le lit de son ami et s'y installa.

- Les gars viennent aussi ?

- Georg passera, mais Gus ne préfère pas sortir. Il a un peu de mal à se remettre de sa dernière rencontre avec Jeff et Mathias.


Tom grimaça. Il se souvenait parfaitement de ce jour. Gustav était tombé sur deux lascars du Nord, deux des plus coriaces, alors qu'il était seul. Les brutes ne l'avaient pas loupé, et il abordait de grandes ouvertures au niveau du front. Les représailles risquaient d'être sérieuses, Lukas avait été scandalisé qu'ils osent s'attaquer à un membre du gang seul. C'était un acte lâche et susceptible d'être puni. En attendant, il paraissait normal que Gustav n'ose pas se montrer. Tom lâcha un soupire.

- Et ben cache ta joie surtout, je vois que la perspective d'être avec moi t'enchante !

Le dreadeux se mit à rire et poussa son ami à l'épaule.

- Tais-toi et montre-moi ce que tu as composé. On va essayer de rendre ça potable.

Andréas lui tira puérilement la langue, mais s'exécuta. Ils passèrent plus d'une heure à parler musique, à tester de nouveau morceau. Ils ne jouaient que pour leur plaisir, mais c'était déjà très important pour eux. Une sorte de moyen moins risqué que la poudre brune de s'évader, d'échapper à cette vie infernale de peur et de violence. Georg, un autre membre du gang (de toute façon, Tom n'avait pas d'amis en dehors du gang, question de pratique, il passait tout son temps libre avec eux, il aurait été difficile pour lui de se lier avec quelqu'un de l'extérieur), se joignit à eux et ils ne virent pas le temps passer. La nuit dehors s'épaississait, pour ne plus laisser place qu'à la faible lueur des quelques lampadaires explosés qui avaient survécus aux dégradations. Tom ne réalisa l'heure tardive que lorsque Georg annonça qu'il devait rentrer. Il fut pris d'un frisson en visualisant le trajet qu'il avait à refaire jusque chez lui. Il salua ses amis, et après avoir confié sa guitare à Andréas (il préférait la laisser chez son ami le plus souvent, question de pratique et de sécurité), il s'empressa de sortir et de prendre le chemin inverse.

La fraicheur le saisit et il pensa durant un court instant à faire demi-tour et à quémander l'hospitalité chez Andréas. Mais il devait être au garage le lendemain avec Lukas, il devait impérativement rentrer. Il accéléra, la tête baissée, les pensées engourdies, et quelques accords en tête. Ses muscles se détendirent peu à peu alors qu'il s'éloignait de la zone de danger, et il se permit de ralentir légèrement, et de se tenir un peu plus droit, sa position voutée commençant à sérieusement lui faire mal au dos. Il se mit même à siffloter les airs qui lui trottaient en tête. Il n'entendit pas les pas précipité dans son dos, mais son souffle se coupa alors qu'il y recevait un violent coup et qu'il se retrouvait à terre, la face écrasé contre le goudron par un genou appuyé sur son crâne. Il laissa échapper un gémissement de douleur, et releva les yeux comme il put pour reconnaître ses adversaires (il connaissait tous les membres du gang ennemie, et c'était réciproque). Son sang se glaça alors qu'il vit Matthias, un de ceux qui avait agressé Gustav, et David, un brun aux allures fragiles mais extrêmement violent lui aussi. Il était dans la merde, et il n'avait rien vu venir. Son c½ur se mit à cogner tellement fort qu'il lui fit mal. Il allait morfler, il le savait.

- Alors, on se promène tout seul ? Ironisa Matthias en appuyant un peu plus son genou contre la tempe du dreadeux. Ce n'est pas très prudent ça, Tomi. Ton grand frère ne serait pas très content.

Le sang de Tom bouillonnait, et pire que la douleur, la colère lui écrasait les poumons. Il cria comme il pouvait :

- Va te faire foutre, connard ! Il risque de ne pas être très content lorsqu'il saura ce que vous êtes en train de faire ! Bande de lâches ! Même pas capable d'attaquer plusieurs personnes, et toujours de nuit hein !

- La ferme, t'es pas en position de protester.


La pression sur sa tête s'envola, et Tom se sentit tiré en avant. Il eu à peine le temps de réagir qu'il se prenait le poing de David en pleine mâchoire. Ses dents s'entrechoquèrent, entaillant sa langue au passage, et il fut à nouveau projeté à terre. Il plaqua ses mains au sol et cracha le sang qui envahissait sa bouche. Il voulu anticiper la prochaine attaque, il savait qu'ils allaient utiliser leurs pieds. Il s'écarta juste à temps pour ne pas recevoir le coup que Matthias avait voulu lui porter, et se remit debout pour foncer la tête en avant dans le ventre de son agresseur. Matthias se retrouva plaqué au sol, et Tom frappa de toutes ses forces dans le visage qu'il avait appris à haïr.

- Crève ! Espèce d'ordure ! T'as faillis le tuer, ordure !

L'esprit du blond était envahi par l'image de son ami Gustav, le visage en sang, le crâne à moitié ouvert. C'était sa famille, c'était son clan, et il se devait de le défendre. Il frappa encore. Un crac sonore se fit entendre, et Tom vit blanc. David venait de lui envoyer un coup de pied dans la colonne, et sa respiration se coupa. Il roula sur le coté en cherchant de l'air. Quand enfin il envahit ses poumons, il poussa un hurlement d'agonie. Le sang perlait de ses lèvres, ses anciennes blessures s'y étaient ré-ouvertes. Il se replia sur lui-même, tentant d'évacuer toute la souffrance qui l'assaillait, mais rien, juste ce mal lancinant. Il sentit du mouvement autour, et ferma les paupières de toutes ses forces. Ils allaient le tuer. Il savait qu'il n'aurait jamais dû partir seul, il le savait, alors pourquoi l'avait-il fait ? Il pria pour qu'un miracle arrive, pour qu'Andréas l'ait suivit et qu'il lui vienne en aide, n'importe quoi, mais pas un autre coup, il ne pourrait pas l'encaisser. Les pas se rapprochèrent de lui, et il distingua une série d'insultes. Il allait mourir.

Et puis, un cri. Le corps de Tom sursauta violemment, envoyant au passage une décharge de douleur dans tous ses membres. Il se redressa comme il put et observa la scène insoupçonnable qui se déroulait sous ses yeux ébahis. David était à terre, le bras serré contre son ventre, et Matthias, un peu plus loin, se battait contre un autre mec que Tom n'avait jamais vu. Non, il s'en serait souvenu sinon. L'inconnu se mouvait avec une agilité à couper le souffle, et il assena quelques coups précis à Matthias qui s'écroula lui aussi, le visage déformé par la souffrance. Il rampa jusqu'à son acolyte et se mit debout comme il pouvait. L'inconnu, menaçant, s'approcha d'eux. Les traîtres s'aidèrent mutuellement à se relever et déguerpirent aussi vite qu'ils le pouvaient, c'est-à-dire pas tellement. Tom ne les quitta pas des yeux jusqu'à ce qu'ils disparaissent totalement au coin de la rue. Il se laissa retomber à terre en grognant. Il entendit les pas de son « sauveur » s'approcher, puis le vit s'accroupir à coté de lui.

- Ça va aller ? Lui demanda-t-il d'une voix douce, teinté d'inquiétude.

Tom hocha la tête et attrapa la main tendue pour se remettre debout. Une grimace déforma son visage et il étouffa un autre gémissement. Son regard se posa sur l'inconnu et il se mit à le détailler. Il était aussi grand que lui, plutôt fin, du moins il le devinait, il ne pouvait pas vraiment le voir, car il était vêtu d'un sweet à capuche et d'un jogging. Et puis il était tard, la lumière n'éclairait pas vraiment les environs. Il vit quelques longues mèches noires glisser sur le front du jeune homme, et ses yeux. Ses yeux. Marrons, comme ceux de Tom, mais tellement différent, plus clairs, avec des tas de variances de couleur, on pouvait le distinguer même de loin. Cernés de khôl, oui, maquillés, mais d'une façon telle que cela donnait une profondeur vertigineuse à l'expression de son regard. Expression qui fit frissonner le dreadeux. Non, il n'avait jamais vu ce garçon auparavant, on n'oubliait pas quelqu'un comme ça.

- Tu es Tom, c'est ça ?

L'interpellé sursauta encore à l'entente de son prénom. Il acquiesça, puis osa prendre la parole.

- Et toi ? Qui tu es ? Je ne t'ai jamais vu...

- C'est normal, s'amusa l'inconnu, j'habite dans l'autre partie Sud. Je suis avec Stef.

- Ah ouais ?


Les sourcils de Tom se froncèrent.

- C'est quoi ton nom ?

- Bill.


Non, il n'avait jamais entendu parler de lui. Pourtant, Stefan, le chez du gang voisin du leur, était souvent amené à s'entretenir avec Lukas, ils connaissaient donc bien ceux du Sud-Est. Mais ce Bill...

- C'est drôle, mon frère connaît bien ton clan pourtant.

Le brun haussa les épaules, toujours avec ce même sourire mystérieux.

- Je suis quelqu'un de discret.

Tom ne chercha pas à en savoir plus, il avait mal partout, le sang avait tâché ses vêtements et continuait de couler dans son cou, il voulait juste rentrer. Mais ce mec venait très certainement de lui sauver la vie. Il lui adressa le sourire le plus reconnaissant qu'il pouvait donner avec son visage estropié.

- Merci pour ton aide, Bill. Je crois bien qu'ils allaient me faire la peau.

- J'n'en doute pas. Et de rien. A un de ces jours peut-être, Tom.


Et avant que le dreadeux ait pu protester, l'androgyne lui envoya un clin d'½il, puis disparu. Leur court échange flotta un instant dans l'air, avant que Tom ne se décide enfin à bouger. Il se hâta comme il put pour rentrer, le prénom de son ét onnante rencontre résonnant encore en écho à ses oreilles. Bill.

Bill.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.78.121) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Amuna28-fic

    19/08/2011

    Heureusement que Bill est venu aidé Tom, sinon je crois qu'il n'aurait pas tenus longtemps.
    Super l'idée. :D

  • chaos87th

    05/02/2011

    Heureusement que Bill était là pour aider Tom, car je suis sûre qu'il n'aurait pas fait long feu.
    J'ai hâte de voir leur prochaine rencontre.

  • zyngao

    13/06/2010

    trop belle la rencontre il li sauve la vie celui qui deviendra son Bill lui sauve la vie c'est trop mignon enfin juste sa lol a+

  • ConfeSsiOn-Of-Tom

    17/02/2010

    Oh' c'est biien !!!

  • L--e--b

    23/12/2009

    Coucou ^^

    La ville me fou la trouille lOl.
    Tom et Bill dans un gang c'est marrant je trouve =D !
    Enfin meme si j'suis pas sur que Bill soit vraiment dans un gang...

    Bon je reviendrais ce soir ou demain je sais pas ^^...
    Bonne journée Bisous.

  • Giffolies

    29/11/2009

    Ah je le savait que sa serait un peu dark des histoire de gang et tout je sent que je vais aimer

  • Imthepassenger

    31/08/2009

    Wow *_*
    Je pensais pas du tout avoir cette place dans ton coeur... je suis touchée et vraiment très, très flattée ! <3
    Et merci pour le compliment *glousse*

    En espérant te voir un peu plus sur BTL ... (yn) gros bisous Sysy &continue comme ça \o/ *ronronne*
    Ye t'aime &je resterai toujours une de tes plus fidèles lectrices *encore flattée* (L).

  • bountyaoi

    30/08/2009

    Diiiiiiiih gouziiii *o* *_____________* :'DDDD niiaaaahahhaha

  • Imthepassenger

    29/08/2009

    Hey Sysy c'est Little Dine! :D
    Roah, je suis contente que tu fasses une nouvelle histoire *_*
    J'avais adoré Be Again, et je sens que je vais encore aimer, comme d'habitude \o/.
    J'aime le fait que Bill ne soit pas du gang Nord, parce que je sais pas... je trouve que ça change du scénario habituel dans ce cas : Bill&Tom dans des camps ennemis xD.
    Bill est super mystérieux &c'est bizarre que Tom ne l'est jamais vu ou entendu parler avant ... ^o).
    J'ai hâte d'avoir la suuuuuite! :D

    (J'ai vu les photos avec Althéa &Bounty, si je me rappelles bien, et t'es trooop jolie &t'as de ces yeux mama *-*).
    Gros bisous Sysy <3

  • Binoouh

    28/08/2009

    J'adore.!
    Tu as ce talent de préciser chaque détails!
    Du plus insignifiant au plus important!
    Sans pour autant, rendre l'histoire ennuyante!

    Le contexte de cette nouvelle fiction est super!

    J'aime la premiere rencontre de Tom et Bill!
    C'est si mystérieux! J'ai hate de lire la suite!

Report abuse