Leave the Dark - Chapitre 3

Les bras de Tom lui faisaient mal, ainsi que sa côte pas encore totalement remise, mais pour rien au monde il ne se serait plaint. Il savait que s'il ne reprenait pas le boulot, ils n'auraient jamais de quoi finir le mois suivant. Et il savait que si cela arrivait, Lukas ferait ce qu'il faisait toujours dans cette situation : il se priverait pour que Tom puisse ne manquer de rien. Et ça, le blond ne le voulait pour rien au monde. Alors il sera les dents et continua de réparer cette voiture qui était arrivé la veille et qui leur donnait du fil à retordre, il y avait presque tout à refaire. Sa seule motivation était qu'il savait que ça risquait de rapporter gros, et que leur patron saurait se montrer généreux. C'était un bon ami, et il ne souhaitait pas que les deux frères se retrouvent en difficulté, alors souvent il leur filait un coup de main financier, dans la mesure du possible. Ça n'était facile pour personne, mais voir deux petits jeunes comme eux déjà dans la misère et écrasé sous le travail, c'était malheureux.

La fin de la journée arriva enfin, et Tom et Lukas s'accordèrent un détour au café habituel du gang pour boire un verre avec leurs amis. Ils retrouvèrent Georg, Fred, Raffael et Gustav. Les discussions dévièrent rapidement sur les Nordistes et la colère qu'avait déclenchée leur dernière altercation.

- Apparemment, commença Fred, le doyen du gang, Tom a bien amoché Matthias, il a été cloitré chez lui pendant deux semaines.

Le dreadeux ne put retenir un sourire remplit de fierté, s'attirant un coup de coude de la part de son frère qui secoua la tête en riant.

- Va falloir être très prudents les enfants, poursuivit-il. Je n'ai aucune envie de voir l'un de vous amoché. Ils n'ont aucun sens du loyal, ils l'ont prouvé en menant ces attaques à plusieurs contre un. Jamais, d'aussi loin que remontent mes souvenirs, de telles lâchetés n'avaient été faites. Les anciens connaissaient mieux la notion de respect et même s'ils se battaient, ils avaient certaines limites.

- Attention, papi va nous ressortir ses souvenirs de guerre,
s'amusa Raffael en poussant Fred à l'épaule.

- Laisse-le parler, le réprimanda Tom qui avait bien envie d'entendre cette histoire une énième fois. Raconte, Freddy !

- Et bien,
commença le plus âgé, qui adorait vraiment raconter la même chose des centaines de fois, il faut remonter en 1984, quand le nouveau maire est arrivé dans la ville. Un homme trop laxiste, et qui n'était à ce poste que pour couler des jours tranquilles. A cette époque, les choses allaient encore bien, et les gens vivaient correctement. Mais petit à petit, et par manque de travail de la part du maire, les choses ce sont dégradées. Et un jour, trois jeunes venant respectivement des parties Sud-Est, Sud-Ouest et Nord de la ville ont décidés de s'allier pour faire eux-mêmes bouger les choses. Mais très vite, ils ont réalisés que leurs façons d'agir n'étaient pas semblables. Alors la jalousie s'est installées, et les a rendus agressifs. Ils ont, chacun de leur coté, réunis quelques amis, formant pour la première fois les gangs que nous connaissons aujourd'hui. La ville est vite devenue un lieu infréquentable, où il ne faisait pas bon vivre, mais d'où on ne pouvait partir, du moins pas avant d'avoir une perspective d'avenir. J'ai intégré le gang du Sud-Ouest en 1992, à 14 ans, comme vous tous. Le combat a été rude pendant des années, si bien qu'au fil du temps nous avons oublié pourquoi nous nous haïssions tous, mais personne n'aurait osé émettre l'hypothèse de cesser le combat, on craignait trop la colère des meneurs. Et puis, il y a trois ans, les deux chefs des clans du Sud se sont provoqués en duel, à un contre un. Ils ont tous les deux perdu la vie, laissant aux clans la liberté de choisir d'abandonner la bataille. Beaucoup des anciens sont partis, épuisés par ces années de lutte. Mais le gang du Nord subsistait, et il fallait bien s'en défendre. C'est là que Lukas et Stefan ont été désignés pour mener les opérations. Ce furent encore deux longues années de combat acharné, et puis les deux gangs du Sud se sont mis d'accord pour une sorte d'armistice. Ils ont voulu proposer la même chose aux Nordistes, mais ceux-ci ont refusés, sans donner d'explication.

- Et voilà un an que le Sud vit dans la paix, alors que le Nord redouble de hargne,
acheva Lukas en souriant. On ne sait même pas ce qu'il en est du chef ennemi, s'il est toujours vivant, s'il a été remplacé... Il ne s'est plus montré depuis bien longtemps.

- A mon avis,
intervint Raffael, qui était dans le gang depuis presque aussi longtemps que Fred, c'est toujours l'ancien, il a toujours été le moins respectueux des règles et de la morale. Il n'est plus à une attaque déloyale près.

- On n'est pas prêt de le savoir, s'il continue à se cloîtrer,
dit Tom en buvant une gorgée de son verre. On pourrait croire qu'il a peur de quelque chose.

- Peut-être que c'est ça,
répondit Lukas de manière évasive. Quoi qu'il en soit, il va falloir redoubler de prudence. Les vieilles histoires ne sont jamais bonnes pour personne. La rancune est un truc coriace.

La discussion s'arrêta là, et les deux frères saluèrent tout le monde avant de reprendre le chemin de leur domicile. Il faisait déjà nuit noir, et la température était descendue particulièrement bas.

- Tu crois que ça s'arrêtera un jour ? Demanda finalement Tom à son frère, brisant le silence jusque là seulement entrecoupé par le bruit de leurs pas.

Lukas leva les yeux au ciel et observa la lune. Elle était pleine, et sa lumière éclairait un peu mieux les ténèbres de la ville fantomatique. Il soupira, formant devant lui une fumée blanche, témoin de la fraicheur ambiante.

- Je n'en sais rien. Peut-être oui, mais alors j'ai peur que ce jour arrive parce qu'un drame se sera produit. C'est la seule issue qui me semble capable de stopper tout ça.

Un frisson remonta le long de la colonne de Tom, et il enfonça un peu plus ses mains dans ses poches.

- Je voudrais pouvoir l'arrêter. Sans le coté dramatique.

Lukas eut un petit rire.

- C'est tout à ton honneur, frangin. Allez, pense pas à des choses pareilles. On n'est pas bien, là, tous les deux, à se les geler en pensant à la longue journée qui nous attend demain ?

Il avait passé un bras autour des épaules du dreadeux tout en parlant, et ils éclatèrent de rire en même temps. Après tout, il avait raison. Tant qu'ils étaient ensemble.

***

Voilà plus d'un mois que Tom avait rencontré Bill pour la première fois, mais depuis sa dernière visite de courtoisie, il ne l'avait plus vu. Il décida de profiter du weekend (il ne travaillait pas le samedi, contrairement à Lukas, mais ce dernier refusait de voir Tom au garage en fin de semaine depuis l'épisode de la côte cassée, il avait décidé de le soulager un peu de son temps de travail) pour aller se promener un peu plus vers l'Est... Il flâna à travers les rues, croisant quelques têtes connues qu'il salua sans s'attarder. Même si leurs relations avec ce coté de la ville étaient de plus en plus amicales, il ne se sentait pas à l'aise en dehors de son quartier. Il se trouva ridicule de trainer ici, sachant qu'il ne connaissait absolument pas l'endroit où pouvait vivre Bill, et savait encore moins s'il travaillait aujourd'hui, ce qui était sûrement le cas. Néanmoins, il ne fit pas demi-tour. Il entra dans plusieurs bars, sans jamais trouver celui qu'il cherchait. Il commença à sérieusement perdre patience, et faillit laisser tomber, avant de repérer un dernier café. Il se promit que c'était sa dernière tentative, et pénétra dans l'endroit avec un espoir presque nul de tomber sur Bill. Quelle ne fut pas sa surprise en reconnaissant le brun, derrière le comptoir, en train d'essuyer un verre. Il hésita pendant un instant, restant misérablement planté dans l'entrée, avant de prendre son courage à trente mains et s'avancer vers celui qui occupait toutes ses pensées depuis plusieurs jours.

- Tom ! S'exclama-t-il en le reconnaissant. Qu'est-ce que tu fais là ? Comment tu as su que je bossais ici ?

- Un simple coup de chance, je venais dans le coin par hasard et je...

Il croisa les yeux rieurs de Bill, ce dernier ayant relevé un sourcil de manière expressive. Il poussa un petit soupire vaincu.

- Okay, ça fait au moins une heure que je tourne dans les rues pour essayer de te trouver. J'avais envie de te revoir.

- Je vois.


Tom eut un instant peur d'avoir mal fait, mais le sourire sincère de Bill chassa immédiatement ce doute de son esprit. Il s'accouda au bar et jeta un coup d'½il aux alentours.

- Sympa cet endroit. Tu as bientôt fini ?

Il ignorait d'où cette assurance lui venait, mais cela plaisait visiblement au brun qui jeta un coup d'½il à l'horloge dans son dos.

- Dans une heure. Je ne travaille pas ce soir.

- Ça tombe bien, je n'avais pas l'intention de te laisser repartir. Je m'en serais voulu de priver ta clientèle de ta chaleureuse présence, mais puisque tu n'es pas attendu...

- J'ai dis que je ne travaillais pas, pas que j'étais libre.


Il avait dit assurance ? Tout s'écroula en une seconde, et il piqua un fard en baissant les yeux.

- Ah, je... Pardon, alors, je vais... Je vais y aller, ouais.

Le rire de Bill lui parvint aux oreilles, et il releva le regard pour le toiser, légèrement déstabilisé.

- T'es adorable, lui lança l'androgyne. Qu'est-ce que je te sers ?

Tom resta sans bouger un instant, puis secoua la tête avant de répondre. Il s'installa sur un tabouret, et observa Bill manier avec assurance les bouteilles. Ses yeux dévièrent malgré lui sur les fesses joliment moulées dans un jean noir qui faisaient des allés-retours devant lui. Il ne s'attarda pas, trop effrayé à l'idée de se faire voir, mais il ne pouvait ignorer la chaleur qui se concentrait doucement dans son bas ventre. Trop d'abstinence ne lui réussissait pas, s'il était excité par si peu, il n'osait même pas imaginer avec plus... Il déglutit bruyamment, et pria pour ne pas être rouge.

- Tu as l'air d'aller mieux, éluda Bill en le fixant.

- C'est le fait d'avoir repris le boulot, ça remettrait en forme n'importe qui !

- Et ça fait longtemps que tu travailles avec ton frère ?


La discussion était lancée, et Tom parla de lui pendant de longues minutes, captant toute l'attention de Bill qui semblait réellement intéressé. D'autres clients arrivèrent, l'androgyne les servit, si bien que l'heure passa très vite.

- Alors, interrogea Bill en récupérant ses affaires dans la pièce arrière, où est-ce qu'on va ?

- Euh...
Le dreadeux se gratta la nuque, soudain embêté. En fait... J'y ai pas vraiment réfléchis.

Le brun se mit à rire, et le poussa à l'épaule, l'entrainant dans son hilarité. Ils reprirent doucement leur sérieux, et le plus âgé demanda :

- Dis-moi Tom, depuis combien de temps est-ce que tu n'es pas sortis, je veux dire, faire la fête, t'éclater un peu ?

- Tu me poses une colle là, j'en n'ai aucune foutue idée, ça fait tellement longtemps...

- C'est bien ce que je me disais,
soupira Bill d'un air attristé. On va remédier à ça. Je sais où on va aller.

Tom se laissa donc conduire à travers les rues, discutant et riant à propos de tout et de rien avec son beau brun, se sentant simplement bien, à l'aise, comme s'il l'avait toujours connu. Bill l'entraina dans un pub se situant non loin de chez lui. Ils s'installèrent dans un coin légèrement isolé de la salle, une table avec une banquette, et commandèrent à boire. Petit à petit, Tom se détendit, l'alcool aidant, et il se rapprocha de plus en plus de Bill, jusqu'à venir le coller. Leur discussion se faisait à voix basse, l'un et l'autre se baissant à tour de rôle pour venir se murmurer au creux de l'oreille. La main du dreadeux vint même se poser sur l'avant bras de l'androgyne. Les heures glissèrent, les deux jeunes hommes s'enfermant dans une bulle de douceur dont ils n'avaient plus l'habitude. L'ivresse les poussa bientôt sur la piste de danse. Leurs corps se collèrent, les mains du brun agrippèrent les hanches de Tom, et il vint se fondre contre son dos. Ils ondulèrent l'un contre l'autre, la tête de Tom reposant contre l'épaule de Bill, ses doigts emmêlés dans la chevelure ébène. La chaleur qui semblait pourtant déjà très haute ne s'arrêtait plus de grimper, et le flirt les excitait encore plus, ce jeu de séduction par les gestes et les regards échangés.

Au bout d'un certain moment, ils furent forcés de s'arrêter, fatigués et couverts de sueur. Ils prirent leurs affaires et quittèrent l'endroit en rigolant. La fraicheur extérieure leur fit un bien fou, et ils s'autorisèrent à trainer un peu dans les rues, après tout ils étaient tous les deux, les risques étaient minimes. Leurs deux mains restaient enlacées tandis que Tom le tirait d'un endroit à l'autre, sans réellement savoir lui-même où il allait. Ils rigolaient comme des enfants, oubliant pour une soirée les problèmes de la vie quotidienne. Soudain, Bill se stoppa, attirant contre lui le dreadeux. Ils restèrent ainsi longtemps, collé l'un contre l'autre, les yeux dans les yeux, avant que Tom ne chuchote doucement à l'oreille du brun, sans oublier de la frôler de ses lèvres :

- J'ai un truc à te proposer...

Bill haussa les sourcils mais se laissa à nouveau tirer par la main à travers la ville endormie. Il constata rapidement que Tom l'emmenait vers sa maison, mais ne dit rien. Il le suivit à l'intérieur, et vit que Lukas ne semblait pas là. Le dreadeux lui fit signe de monter à l'étage, tandis qu'il fouillait dans un placard. Bill ne se fit pas prier et gagna directement la chambre dont il connaissait maintenant l'emplacement. Il s'installa sur le lit du blond, un sourire aux lèvres.

Bientôt, Tom arriva avec ce qu'il fallait et s'assit en face du brun. Il prépara le mélange avec soin, et remplit deux seringues stériles. Il en tendit une à Bill, ainsi qu'un garrot, et s'occupa de sa propre injection. Ils cherchèrent une veine sur leur bras, puis, après avoir planté l'aiguille à l'endroit voulu, leurs regards s'accrochèrent, et ils s'injectèrent au même moment l'héroïne. Tom vit avec fascination le visage de Bill déformé par le plaisir, et entendit un gémissement sensuel franchir la barrière de ses lèvres. La drogue ne tarda pas à lui faire le même effet, et il laissa sa tête partir en arrière. Le monde autour d'eux s'effondra pour ne plus laisser place qu'à l'extase la plus totale, mais aussi à l'autre.

Tom rouvrit les yeux, de peur de louper ne serait-ce qu'une seconde du spectacle que lui offrait Bill. Celui-ci avait aussi reprit un peu pied et fixait à présent avec intensité le jeune dreadé. Il se mordit la lèvre inférieure, avant de se la lécher. Le regard de Tom n'avait pas quitté sa bouche, et il savait qu'il lui faisait envie, autant que lui en avait envie. Les jambes du blond se déplièrent, alors que Bill s'avançait à quatre pattes vers lui. L'intensité de son regard déstabilisait Tom, mais il ne se décida pas à quitter l'océan noisette qui s'offrait à lui. Les pupilles dilatées de l'androgyne le rendaient encore plus beau, plus attirant. Bientôt, leurs visages se retrouvèrent à quelques centimètres à peine l'un de l'autre. Bill inclina légèrement la tête et vint lécher du bout de la langue le cou exposé de Tom. Ce dernier poussa un long soupire, sentant la chaleur humide remonter le long de sa mâchoire, les lèvres si tentantes effleurer sa peau incandescente. Tous ses sens étaient en éveil, sûrement à cause de son bonheur artificiel, mais peu lui importait, il ressentait, par chaque cellule de son être. Et, sans qu'il s'en rende réellement compte, la bouche de Bill se plaqua sur la sienne.

Meilleure encore que la drogue qu'il venait de s'administrer, la sensation qui descendit de son visage pour venir éclater dans son estomac lui procura un sentiment incomparable. Il ouvrit la bouche et pénétra immédiatement celle du brun de sa langue. Le baiser se fit immédiatement violent, bestial, envieux. Ils se laissaient complètement guider par l'envie, le désir contenu pendant ce qui leur semblait trop longtemps. Tom se recula légèrement, se retrouvant presque allongé, en appui sur ses coudes, et le corps de Bill vint écraser le sien avec impatience. Leurs langues léchaient tout ce qu'elles pouvaient, lèvres, oreille, cou, et leurs baisers ardents les laissaient à bout de souffle. Une des mains du dreadeux se faufila sous le teeshirt du brun, et il caressa longuement la peau, gémissant sans retenue, rendant Bill complètement fou. Il adorait entendre ces délicieux sons, et encore plus, il adorait se dire qu'il provoquait cette réaction au simple contact de sa peau contre la main de Tom. Lentement, les doigts glissèrent du ventre à l'entrejambe de l'androgyne, et il étouffa un cri en mordant l'épaule du blond. Celui-ci appuya un peu plus sa main contre le sexe gonflé de son partenaire, et l'embrassa avec encore plus de ferveur, si c'était encore possible. Il l'embrassa, attrapa sa lèvre inférieure entre ses dents et la tira lentement, avant de passer sa main directement dans le boxer de Bill, lui arrachant un nouveau cri de plaisir. Ses doigts s'enroulèrent autour de sa verge chaude et il entama de lents mouvements frustrants. La respiration du brun était saccadé, il haletait littéralement, en redemandait toujours plus, donnant de lui-même de puissants coups de reins dans la main experte qui lui procurait tellement de bien. Tom s'amusa à passer son pouce sur le haut de son pénis, étalant ainsi le liquide qui en sortait, et accéléra ses mouvements, laissant parfois ses ongles griffer légèrement la chair sensible. Il sentait le sexe pulser dans sa main, et c'était une sensation parfaite. Leurs fronts étaient à présent collés, et ils se fixaient de leur regard trouble, l'un ayant plus de mal que l'autre à garder les yeux ouverts. Bill jouit quelques instants plus tard, gémissant longuement près des lèvres de Tom qui sentit le souffle chaud de l'orgasme envahir sa bouche entre-ouverte. Sa propre érection lui faisait affreusement mal, il se sentait bien trop excité par le simple fait d'avoir vu le plus âgé atteindre le summum du plaisir grâce à lui. L'androgyne mit quelques instants à se remettre, se rhabilla légèrement, avant d'embrasser profondément Tom.

- Assied toi contre la tête du lit, ordonna-t-il en poussant le torse du dreadeux d'un doigt.

L'interpellé obéit docilement, et laissa Bill lui retirer chaussettes, pantalon, boxer. Il haussa un sourcil en le voyant remonter le long de son corps à moitié nu, les yeux brillants.

- Je te veux nu, susurra le brun contre sa bouche, passant brièvement sa langue sur les lèvres sèches à forces de gémissements.

Tom soupira d'aise lorsque Bill lui enleva son teeshirt, son bandeau, laissant ses dreads retomber sur ses épaules. Il le laissa l'observer, l'effleurer du bout de son ongle, puis le griffer plus franchement, provoquant de violents frissons sur sa peau couverte de sueur.

- Tu es magnifique Tom... Tellement beau...

Le plus jeune se contenta de sourire, à vrai dire, il avait l'esprit embrumé, et une seule pensée en tête : son sexe douloureux qui ne souhaitait que d'être soulagé. Il échangea un baiser avec Bill, puis celui-ci lui embrassa le torse, s'attardant sur ses tétons durcis par le désir et marquant la peau en l'aspirant, passant dans son nombril pour le pénétrer de sa langue, puis il se recula pour se retrouver presque allongé, la tête entre les jambes de Tom. Il n'attendit pas longtemps avant de le prendre en bouche et le sucer avec force. La tête du blond heurta violemment le bois de son lit, et il ne se retint pas de crier, hurler le prénom de Bill en agrippant ses cheveux d'une main. Le rythme s'accéléra, la chaleur se concentra dans le bas ventre de Tom, et lorsqu'il sentit un doigt s'insinuer en lui, faire quelques lents vas-et-viens, puis s'enfoncer plus loin pour venir toucher sa prostate et la masser, il se cambra, jouissant puissamment dans la bouche de son amant, qui avala sans plus de cérémonie. Il ne bougea plus pendant de longues minutes, se laissant complètement envahir par tout ce plaisir, à la fois sexuel et dû à l'héroïne qui coulait dans ses veines. Il en aurait presque pleuré tellement c'était bon. En ouvrant un ½il, il vit Bill allongé sur le dos à coté de lui, la bouche légèrement ouverte, les yeux fermés, le visage détendu. Il le trouva simplement parfait. Tout comme le moment. Le temps passa, les effets de la drogue également, et finalement, Bill se releva, passa une main dans sa chevelure pour la remettre en place, et attendit que Tom enfile un boxer pour le raccompagner en bas.

- T'es sûr que tu veux rentrer, à cette heure là, tout seul ? S'inquiéta-t-il tout de même, voyant qu'il était plus de trois heures du matin.

- Certain. Je ne suis pas si loin, et puis je sais me défendre.

- Moi aussi, ça ne m'a pas empêché de me faire démolir l'autre jour.

- Je t'assure que ça ira,
rigola Bill. Aller, à plus, gueule d'ange.

Il accompagna sa phrase de son habituel clin d'½il et quitta la maison sous le regard gourmand du dreadeux. Il mit à la poubelle le mot de son frère lui indiquant qu'il passait la nuit chez Fred, puis remonta dans sa chambre. Il nettoya rapidement sa couverture encore tâchée du sperme de Bill, et se glissa dessous, soudain extrêmement fatigué. Ça avait vraiment été une bonne journée.

***

- Essaye de modifier un peu cette partie là... Tu situes ? Ou est-ce que c'est trop compliqué pour toi ?

- Connard,
répliqua l'intéressé en riant. Je pense que je peux faire ça.

Tom hocha la tête, et repris sa propre guitare.

- Bon, on essaye encore alors.

- Allons-y !


Andréas se plaça correctement, gardant bien en tête la partie à modifier, et l'air s'éleva doucement dans la pièce. Ça sonnait juste, et la mélodie les emporta bientôt très loin, plus haut que les toits de cette maudite ville, plus haut que tout ce qu'ils pouvaient imaginer au-delà des nuages. C'était un instant à eux, un instant magique où seule la musique importait. Le blond platine fronça les sourcils et tenta d'améliorer la partie défectueuse de leur partition. Il eut la satisfaction de voir le visage de son ami se fendre d'un sourire, signe qu'il devait avoir réussit. Le morceau poursuivit son chemin, avant de finalement atteindre son achèvement. S'en suivit un silence respectueux.
Néanmoins brisé par un bâillement peu élégant et discret.

- Tom, le réprimanda Andréas en rigolant, t'as dormis cette nuit ? On est dimanche mon vieux, t'es sensé être en forme.

Le dreadeux grogna un vague « vas te faire foutre » en se ratatinant un peu plus contre le canapé. Il avait été obligé de se lever ce matin pour aller vérifier que Lukas était bien au garage. Ça l'avait préoccupé une partie de la nuit, n'ayant pas l'habitude que son frère découche. Il avait vite été rassurée, son aîné était bien à son poste, et il avait été étonné de voir Tom débarquer de si bon matin. Ils avaient partagés un café et le blond était repartit l'esprit tranquille. Mais fatigué. Sa nuit n'avait pas été accaparé uniquement par Lukas, mais aussi par un certain brun mystérieux. Tout ça mélangé avait fait qu'il n'avait pratiquement pas fermé l'½il et que, effectivement, il était extenué, même pour une simple séance de guitare avec un ami.

- Tom ? Le rappela l'ami en question, visiblement inquiet. Quelque chose te préoccupe ? Sérieusement mec, on peut en parler tu sais, je suis ton pote pas vrai ?

- T'en fais pas Andy, c'est juste... J'ai mal dormi, c'est tout.

- Hummm... T'as jamais su mentir, sans vouloir te vexer.


Le dreadeux haussa les épaules en souriant.

- T'as du café ? J'ai besoin de me réveiller un peu si on veut avancer.

Andréas lui lança un dernier regard suspicieux avant de se lever pour aller préparer la boisson à son invité. Il revint avec deux tasses bien chaudes, et ils reprirent leur activité en sirotant de temps à autre, et en discutant des notes à changer ou à simplement supprimer. Mais l'esprit de Tom se baladait quelque part ailleurs, tant et si bien qu'il finit par se renverser du café dessus.

- Oh merde ! Putain, désolé, j'en ai foutu partout ! Quel con, ah !

- C'est pas grave,
s'amusa Andréas en épongeant avec quelques mouchoirs. Attends, je vais te chercher un teeshirt, je dois bien avoir quelque chose de large à te proposer...

- Merci...


Le blond s'éclipsa un instant avant de revenir avec un haut taillé XXL qui allait sûrement convenir à son dreadé d'ami. A l'instant où il entra dans la pièce, il tomba sur Tom en train de se débarrasser de son teeshirt mouillé. Son regard s'accrocha à la peau halé, aux muscles bien dessinés, à quelques griffures, un suçon bien visible sur son torse, mais ce qui retint le plus son attention - bien que ces marques évidentes d'activités suspectes éveillaient grandement sa curiosité - fut la grande cicatrice blanche qui barrait le dos de Tom. Oh bien entendu, il l'avait déjà vue de nombreuses fois, mais pas aussi bien. Elle débutait juste en dessous de son omoplate droite et descendait jusqu'à sa hanche gauche. Ça n'était pas réellement frappant, mais avec la couleur naturellement bronzée de la peau de Tom, la pâleur de la marque ressortait plus qu'une cicatrice ordinaire. Et il fallait aussi avouer qu'elle était affreusement grande. Il se racla légèrement la gorge, faisant sursauter et se retourner le dreadeux, avant de lui tendre le teeshirt.

- J'espère qu'il t'ira...

- Je pense que oui. Merci.


Il s'empressa de l'enfiler, ayant bien remarqué le regard insistant de son ami sur son dos. Il détestait ça.

- Tom... Commença Andréas, peu sur de lui. Ça fait quoi, cinq ans qu'on se connaît ? Je sais que tu n'aimes pas qu'on te pose des questions, et encore moins là dessus, mais tu pourrais enfin me dire ce que c'est, ça ?

Il avait retracé dans l'air la cicatrice à présent dissimulé sous un vêtement. Tom soupira et se massa l'arrête du nez.

- C'est pas si important. C'est une vieille histoire.

- Même. Raconte-moi... Aller, on est amis quand même, on est frères...


Il montra son poignet qui portait la marque du gang en guise de justification, implorant Tom du regard de lui parler. Celui-ci laissa retomber ses épaules, vaincu.

- Ok. Mais je t'aurais prévenu, ce n'est pas super joyeux.

Et à l'instant où il commença son récit, il se replongea corps et âme dans son souvenir.


Désolé pour l'attente, j'ai des gros soucis avec internet, mais ça devrait se régler. J'espère que la fiction vous plaît toujours, malgré le coté sombre qu'on m'a pas mal fait remarquer. J'espère que cela ne vous empêchera pas de continuer à me suivre. Le prochain chapitre ainsi que le 5 sont déjà écris, so je ne devrai pas mettre trop de temps à vous les poster ^^ Merci pour vos commentaires <3

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.247.42) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Amuna28-fic

    19/08/2011

    Super le lemon ^_^
    Je me demande ce qui est arrivé à Tom ...

  • chaos87th

    05/02/2011

    Bill et Tom se donnent du plaisir comme ça, mais Bill ne l'embrasse même pas avant de partir comme un voleur. lol
    C'est clair qu'une aussi grande cicatrice comme ça dans le dos intrigue beaucoup. Je me demande aussi ce qui lui est arrivé.

  • zyngao

    13/06/2010

    et ben dit donc que d'émotion dans ce chapitre enfin plutot d'exitation lol j'ai adorer on va en apprendre plus sur Tom se qu'est cette fameuse cicatrice xd
    a+

  • ConfeSsiOn-Of-Tom

    21/02/2010

    Rah j'aiime aussi ce chapitre !

  • L--e--b

    25/12/2009

    C'est vraie que c'est plutot sombre...Mais j'aime bien sa change ^^ !

    Le lemon ♥ =D !

  • Giffolies

    29/11/2009

    Je pensait pas que Tom avait de secret moi bein sa fait rien comme sa je saurait c'est koi.
    Et le raprochement avec Bill hum hum

  • Billnamimoureuse

    14/09/2009

    J'aime beaucoup le début de cette histoire ! xD
    J'ai hâte de connaitre la suite ...

    Xoxo
    @ ++ !!!

  • just-you-and-me483

    10/09/2009

    Splendide*-*
    Que dire de plus franchement...
    Ce petit avant goût de lemon me laisse toute chose *-*
    J'ai aimé leur "rendez-vous" qui n'en était en fait pas un mais bon :)
    Enfin tu vois le Tom qui perd toute son assurence quand il croit Bill prit....
    ça c'était trognon *-*
    Et puis ces petits geste sensuels, cette danse d'aprivoisement de l'autre....
    Petits moments de tendresse *-*
    Niaaaaaahhhh *_________* j'aime ...
    Et puis ben j'ai hate de comprendre le pourquoi de cette cicatrice...
    C'est quand même étrange qu'Andy , ami plus que proche, ne soit même pas au courrant...

    Enfin bref j'adore j'adore j'adore *-*
    Et je t'aime d'écrire des trucs si magnifiques *-*
    Et tu viens de me rendre gaga pour la soirée*-*

    Bisouuuuuuuuus <3

  • Binoouh

    10/09/2009

    J'adore le coté sombre l'histoire!
    L'ambiance mystérieuse que sa dégage, c'est génial je trouve!

    C'est quoi l'histoire de cette cicatrice!?
    Et Bill... il est toujours en vie? ou il c'est fait attrapé?!

    *J'me trompe peut etre!...
    Mais je suis convaincue que c'est Bill le chef des nordistes! xD*

  • laura67

    09/09/2009

    Qu'est-il arrivé à Tom ? Quand va-t-il revoir Bill ? Vivement la suite.

Report abuse