Leave the Dark - Chapitre 6

Le jeune homme fixa le fond de son verre avec intérêt, l'air d'y chercher quelque chose, peut-être s'attendait-il même à ce que le verre se mette à lui parler pour lui répondre. Mais il restait ce qu'il était, un verre remplit de bière. Lukas soupira. C'était d'un ridicule... Mais il n'y pouvait rien. Il s'inquiétait. Il ne cessait de pense à son petit frère, la seule famille qu'il lui restait, la personne la plus précieuse au monde à ses yeux. Tom l'inquiétait, les activités du gang Nord l'inquiétait, chaque membre du sien l'inquiétait, il ne dormait plus beaucoup, il se sentait vraiment à bout. Et ça ne semblait pas aller en s'arrangeant. Comment les choses pourraient-elles s'arranger, d'ailleurs ? Il savait très bien qu'il allait devoir prendre des mesures, et ce, très rapidement. Mais quelles mesures ? Un duel, encore ? Pour à nouveau voir les siens se faire frapper pour une cause dont ils ignoraient même l'origine ? Il secoua tristement la tête, et avala une gorgée. Il allait falloir qu'il voit Stefan, prochainement. A force, les deux chefs de clans devenaient peu à peu des amis, et Lukas savait que s'il avait besoin de conseils, du moins, pour ce genre de chose, il pouvait se tourner vers l'autre meneur. Il était sur le point de se lever pour aller rejoindre Tom chez eux et passer une soirée tranquille, quand quelqu'un s'assit en face de lui. Intrigué, il releva la tête.

- Salut, lui lança une voix douce.

Son regard resta bloqué sur la jeune femme qui venait de prendre place à sa table. Elle était jolie, vraiment. Son visage était fin, délicat, et sa peau légèrement hâlée. Ses longs cheveux châtains clair retombaient gracieusement sur ses épaules en de belles boucles anglaises. Ses yeux verts émeraude dévisageaient Lukas avec intérêt. Il mit un certain temps à réagir, mais répondit poliment :

- Bonsoir. Je peux...

- Oui, le coupa-t-elle, en fait, je voulais savoir si on pouvait éventuellement discuter un peu... Je sais que c'est un peu direct, mais j'hésite depuis un moment, alors si tu pouvais éviter de me dire d'aller me faire voir...

Le jeune homme haussa les sourcils, ne s'attendant pas à telle réponse, avant de se mettre à rire.

- Euh... D'accord. Je t'offre un verre ?

Elle hocha la tête, un petit sourire en coin adorable peint sur le visage. Il commanda, et ils se mirent à parler. Lentement, les soucis que l'alcool n'avait pas réussi à chasser s'éloignèrent de l'esprit de Lukas, et il en oublia même légèrement qu'un certain blond attendait son retour.

***

Tom se sentait nerveux. Bien entendu, il voulait vraiment connaître la vérité. Vraiment. Mais ça l'angoissait. Car, même s'il ne le voyait pas encore vraiment dans ce sens, il s'était beaucoup attaché à Bill, beaucoup trop peut-être, et le perdre lui briserait le c½ur. Il se leva et changea de pièce pour la cinquième fois depuis qu'il était descendu, c'est-à-dire en l'espace de moins de deux heures. Lukas était partit travailler. Il soupira à la pensée de son frère. Ce dernier était rentré assez tard la veille, légèrement bourré, et Tom s'était pas mal inquiété. Il s'était excusé et lui avait expliqué avoir rencontré une fille. A vrai dire, le dreadeux s'en fichait un peu, il avait juste été sur les nerfs jusqu'à ce que son aîné passe la porte. Et à présent, il l'était encore plus à l'idée que Bill puisse débarquer. Ce qu'il allait faire, assurément, puisqu'il le lui avait dit par texto. Mais il avait omit de préciser quand exactement. Tom lâcha un rire nerveux. Il essayait de se visualiser sa conversation avec lui, mais ça relevait de l'impossible, ils ne se connaissaient pas assez pour qu'il puisse se faire le dialogue en anticipant les réactions du brun. Alors, et pour éviter de penser, Tom passa du salon à la cuisine. Pour la cinquième fois de la journée. C'était un manège assez comique mais également étourdissant.

Lorsqu'on frappa à la porte, il sursauta violemment et se précipita presque sur la porte. Son c½ur battait la chamade lorsqu'il l'ouvrit. Pour tomber nez à nez avec... Une femme ? Ses yeux s'agrandirent.

- Euh...

Elle semblait aussi surprise que lui, et il du secouer la tête pour retrouver un peu de contenance.

- Je peux vous aider ?

- En fait,
dit-il elle jetant de petits regards par-dessus l'épaule de Tom, je cherche Lukas. Il m'a dit qu'il habitait là et...

- Il travaille,
coupa le blond sans une once d'amabilité. Il a du oublier de vous le préciser.

Il trouvait les regards de cette fille trop insistants, et il se sentait gêné. Son sixième sens était alarmé.

- Il avait un peu bu, lui dit-elle en continuant de fixer le bout d'intérieur qu'elle pouvait apercevoir.

- Et bien, vous n'avez qu'à repasser une autre fois, il n'est pas là.

Ça en devenait presque de l'impolitesse, et le blond avait d'autre chats à fouetter. Il sentit ses poings se crisper, et devina sans mal son regard devenu noir en croisant l'air légèrement affolé de l'inconnue. Il savait parfaitement qu'il pouvait être effrayant lorsqu'il s'énervait.

- D'accord... Je reviendrai. Euh, dis-lui que je suis passée.

La familiarité avec laquelle elle s'adressait à lui l'énerva, et il lui claqua presque la porte au nez sans répondre. Non mais pour qui elle se prenait ? Il soupira et se laissa aller dos à la porte. Il ignorait pourquoi, mais cette fille ne lui inspirait pas confiance. Elle semblait trop... Intéressée. Sa propre pensée le fit lever les yeux au ciel. Normal, puisqu'elle avait visiblement mis le grappin sur son frère. Un coup fut frappé contre la porte, et Tom se retourna pour ouvrir, prêt à riposter si c'était encore elle qui revenait à la charge. Les mots se coincèrent dans sa gorge lorsqu'il reconnu Bill.

- Oh, euh, salut, dit-il après avoir longuement fixé son visiteur.

- Je dérange ? T'étais avec la fille que j'ai vu sortir de chez toi ?

Quelque chose en Tom s'éveilla, et il se prit à sourire à la simple idée que le brun puisse ressentir une pointe de jalousie. Avant de se trouver complètement ridicule. Il secoua la tête en guise de réponse et s'écarta pour le laisser entrer. L'androgyne monta directement à l'étage, visiblement très à l'aise ici. Il jeta son sac par terre et alla s'allonger sur le lit de Tom, se relevant sur ses coudes pour pouvoir le regarder. Le blond referma la porte de sa chambre et, au lieu de venir s'installer à coté de Bill comme il l'aurait habituellement fait, il prit une chaise qu'il posa en face du lit. Il distingua parfaitement les sourcils du brun se froncer.

- Tom... ?

- Il faut que je te parle,
annonça directement l'interpellé en prenant un air grave. C'est important.

Bill ne répondit rien, se contentant d'acquiescer, mal à l'aise. Le plus jeune se lança.

- J'ai bien compris que tu n'aimais pas parler de toi, et je peux le comprendre, je veux dire, tu ne me dois absolument rien, mais voilà. Je voudrais savoir comment est-ce que tu connaissais les mecs qui nous sont tombés dessus l'autre jour... Et de quoi tu parlais... Bill, j'ai essayé de comprendre, mais j'y trouve aucun sens... Est-ce que tu es ami avec ces connards ?

Le brun n'avait pas cillé en écoutant Tom, mais en l'observant bien, on pouvait remarquer qu'il s'était crispé. Il ne répondit pas immédiatement, baissant les yeux sur ses mains, dont le pouce grattait l'un de ses doigts pour en écailler le vernis. Il paraissait hésiter, puis soupira.

- Ce ne sont pas mes amis. Comment veux-tu qu'ils le soient ? Ils ont fait du mal à des gens que j'aime. Je ne trahirais jamais mon gang.

Il fit une pause, laissant Tom perplexe. Il savait qu'il ne lui mentait pas, il pouvait le lire dans ses yeux, entendre la détermination et le serment dans ses paroles. Sa seule famille était son clan, ça paraissait complètement fou qu'il puisse vouloir leur nuire. Mais alors, qu'est-ce qui clochait ? Qu'est-ce qu'il ne lui disait pas ?

- Tom... Murmura Bill d'une petite voix. Ne m'oblige pas à te parler de ça. Je peux juste te dire qu'ils ont une bonne raison de m'en vouloir. Je suis avec vous, contre eux.

Le dreadeux ouvrit la bouche pour protester, mais le regard de Bill le stoppa. Il ne se souvenait pas avoir lu un tel sentiment de détresse sur son visage, une telle déchirure, jamais. Sa gorge se serra et il ne préféra pas insister, conscient qu'il s'agissait visiblement de quelque chose qui touchait profondément le brun. Le silence se fit, pour la première fois entre eux, pesant.

Finalement, ce fut Bill qui fit un geste. Il fouilla dans son sac et en ressortit une seringue. Le message était clair, et de toute façon, Tom en avait également besoin. Il ouvrit un tiroir de son bureau où il s'était préparé une dose le matin même, en prévision. Ils nouèrent les garrots autour de leurs bras, et s'injectèrent le poison, sans un regard pour l'autre. En revanche, dès que leurs pupilles se dilatèrent et que leur être fut submergé par la vague d'extase, ils se toisèrent pour s'observer. Dehors, le ciel était menaçant, la journée s'annonçait noire. Tom repoussa sa chaise et s'allongea à même le sol, planant complètement. Il sentit Bill venir à ses cotés, et la tête du brun se posa sur son ventre. Il faillit le repousser, mais finalement, se laissa faire, envahit par une chaleur qui ajouta une pointe sucrée à son voyage. Il se sentait à la fois triste et heureux, ses lèvres souriaient, mais son c½ur souffrait. Il aurait aimé connaître tout sur Bill, pouvoir l'aider, il aurait aimé vivre ailleurs, ne pas l'avoir rencontré dans de telles circonstances. Il aurait aimé ne jamais commencer à se droguer, pour survivre au rythme effréné et épuisant de sa vie. Il aurait aimé être étudiant et vivre de sa passion. Mais il était là. A sourire alors qu'il n'était pas heureux, mais parce qu'il était bel et bien complètement ailleurs, envahit par l'héroïne qui cheminait tranquillement à travers tout son corps. Il se mit même à rire. Suivit par Bill, dont la tête tressautait sur le ventre du dreadeux. Les doigts de ce dernier s'emmêlèrent dans la chevelure ébène, et il se redressa pour plaquer Bill au sol. Il resserra sa prise sur les cheveux, et plongea sur la bouche qui ne cessait de l'appeler. Sa langue glissa sur les lèvres closes, taquine, et il goûta encore leur saveur délicieuse. Puis elle fut aspirée par l'androgyne pour venir à la rencontre de sa semblable. Ils s'embrassèrent brutalement, guidés par leurs sens les plus primaires. Puis Tom se détacha de lui et glissa au sol, allongé sur le dos. Il attrapa la seringue usagée et la fixa longuement. Le visage de Bill apparût dans son champ de vision, au dessus de lui, et il le vit s'approcher de l'objet qu'il tenait, jusqu'à venir poser ses lèvres sur ses doigts, puis sur la seringue. Quelques mots lui parvinrent, et il se rendit compte que Bill chantait.

(Musique)

« Never thought you'd make me perspire, never thought I'd do you the same... Never thought I'd fill with desire, Never thought I'd feel so ashamed... »
« Jamais je n'aurais imaginé que tu me fasses transpirer, jamais je n'aurais imaginé te faire la même chose, jamais je n'aurais imaginé me remplir de désir, jamais je n'aurais imaginé me sentir si honteux »

Ses yeux brillaient, de cette lueur inexplicable. Tom, lui, ne pouvait plus penser. Il entendait. Il comprenait. Il écoutait les mots qui lui étaient adressés.

« Me and the dragon can chase all the pain away... So before I end my day... Remember... My sweet Prince, you are the one »
« Moi et le dragon avons le pouvoir de chasser la douleur... Alors avant que je ne m'éteigne... Souviens-toi... Mon doux Prince, je n'ai que toi »

Tout autour était flou, noir, disparu. Sa chanson l'était encore plus. Chanson de désespoir, chanson de résignation... Mais pour le blond, le sens était plus profond...

« Never thought I'd have to retire, never thought I'd have to abstain... Never thought all this could back fire... Close up the hole in my vein... »
« Jamais je n'aurais imaginé devoir me retirer, jamais je n'aurais imaginé devoir m'abstenir... Jamais je n'aurais pensé que ce retour de flamme... Refermerait le trou de ma veine »

Les yeux noisette se fixèrent dans ceux troubles de Tom, et les mots l'atteignirent en pleine figure.

« Never thought I'd get any higher, never thought you'd fuck with my brain... Never thought all this could expire, never thought you'd go break the chain... Me and you baby still flush all the pain away, so before I end my day... Remember »
« Jamais je n'aurais imaginé planer si haut, jamais je n'aurais imaginé que tu bousillerais mon esprit... Jamais je n'aurais imaginé que tout ça finirait, jamais je n'aurais imaginé que tu irais briser ce lien... Toi et moi bébé pouvons encore refouler la douleur, alors avant que je ne m'éteigne... Souviens-toi »

La fin de la chanson ne fut plus qu'un murmure, et Bill ne quittait plus les yeux de son blond.

« My sweet Prince... You are the one... »

C'était à la fois effrayant et beau. Il semblait complètement prit, totalement défoncé. Plus rien n'avait de sens, plus rien n'avait d'importance, juste l'instant et l'absolu bien-être. Bill se tenait toujours en suspension au dessus de Tom, et ils recommencèrent à s'embrasser. Sans qu'il puisse les contrôler, les mains du blond se glissèrent sous le tee-shirt du brun, elles touchaient la peau brûlante, elles s'approchaient du jean jusqu'à venir en dessous. Leurs respirations s'accélérèrent, et ils ne furent bientôt plus que gémissements et tremblements. Leurs vêtements furent un souvenir, et alors que l'androgyne se glissait au plus profond de son amant, il lui murmura à l'oreille un « pardon » suppliant, avant de l'embrasser. Et Tom lui pardonna. Avec son corps, et avec son c½ur.

***

Les visages étaient souriants, et c'était vraiment agréable de sentir cette chaleur humaine tellement rare et rassurante. Le gang était au complet pour passer une soirée tranquille, c'était une sorte de rituel qu'ils avaient organisé pour pouvoir rester tous unis, quoi qu'il arrive. Ils se retrouvaient après le travail de chacun dans leur bar, pour boire un verre et parler des récents événements. Même si personne n'oubliait l'agression d'Andréas, les temps semblaient plus calmes depuis quelques jours. Pas une seule attaque, pas de nouvelle des ennemis. C'était même presque inquiétant, un tel néant, les habitants étant plutôt habitués au conflit quotidien. Mais ça ne faisait de mal à personne.

Tom était affalé sur le canapé du fond, entouré de ses amis, sa famille. Il avait préféré ne pas parler de l'agression qu'ils avaient, lui et Bill, subite une semaine auparavant. Il ne voulait pas inquiéter les autres, et surtout, il ne voulait pas gâcher cette ambiance détendue qui s'était installée. Ces moments étaient trop précieux pour être détruits. Il trinqua avec les autres en souriant, contaminé par la bonne humeur ambiante. De plus, Bill devait passer dans la soirée, lui et Stefan qui avaient été conviés à cette petite soirée improvisée. Et il fallait avouer qu'il avait vraiment hâte de revoir le brun. Il avait eu le temps de réfléchir un peu à tout ça, et il avait conclu qu'il avait déjà de la chance d'en savoir un peu sur lui, alors s'il ne se sentait pas prêt à tout lui dévoiler tout de suite, alors il attendrait, jusqu'à ce qu'il se livre complètement.

Et puis, leur relation était trop étrange pour être transparente, ça semblait normal que certaines choses restent inavouées, du moins tant qu'ils agiraient ainsi, c'est-à-dire se voir, passer un bon moment à rire, discuter, finir par coucher ensemble (avec ou sans drogue d'ailleurs), et surtout, ne jamais en parler. D'un coté, il y avait certains avantages : ils n'avaient aucun compte à se rendre. Mais Tom préférait oublier un détail, qui avait pourtant toute son importance : pour lui, les choses prenaient de l'ampleur, plus le temps passait, moins il réussissait à se passer de son brun. Il n'était certes pas prêt à se l'avouer, encore moins à le dire à Bill, mais c'était un fait.

Ses pensées furent stoppées quand la porte du bar s'ouvrit, laissant entrer Lukas, mais pas tout seul. Les poings de Tom se crispèrent lorsqu'il reconnu la fille de l'autre jour accrochée à son bras, un sourire collé au visage. Il s'enfonça dans le canapé et avalé une gorgée de sa bière. Toute sa bonne humeur venait de retomber. Il se trouvait stupide, d'un certain coté, peut-être était-elle vraiment sympa, peut-être avait-elle vraiment de bonnes intentions envers son frère. Mais quelque chose chez cette fille dérangeait le dreadeux, sans qu'il puisse mettre le doigt dessus. Il les observa saluer les autres, discuter, rire, sans bouger de sa place. Puis Lukas lui fit un signe de main et lui indiqua de venir. Il n'eut pas d'autre choix que de s'exécuter. Il s'avança vers eux et ne rendit pas son sourire à l'inconnue.

- Tomi, je te présente Lena, Lena, voici mon petit frère, Tom.

- On s'est déjà rencontrés,
annonça-t-elle en se collant un peu plus au châtain. Heureuse de te revoir dans un meilleur cadre.

- Pareil,
répondit-il en enfonçant ses mains dans ses poches et en pensant très fort le contraire. T'habites où ?

Elle sembla légèrement déstabilisée par la question, surtout par le ton que Tom avait employé, mais répondit en souriant toujours de cette façon horrible qui donnait des envies meurtrières au jeune blond.

- Un peu en dehors de la ville, j'étais un peu par hasard dans ce bar l'autre jour, et Lukas semblait tellement préoccupé que j'ai eu envie de venir l'aider...

- Comme c'est mignon,
railla Tom avec une voix légèrement suraiguë.

Il sentait une vague de colère incompréhensible monter en lui, et il eut envie d'arracher ce sourire faux de son visage pour l'écraser à terre et la forcer à lui rendre son frère. En effet, depuis que Lukas avait fait sa connaissance, il sortait chaque soir, malgré le fait qu'il était toujours aussi fatigué. Et ça inquiétait Tom autant que ça l'exaspérait. Bien sûr qu'il était content de le voir sortir et profiter un peu, mais pas elle. Il se demanda un instant s'il ne développait pas une forme malsaine de jalousie, ce qui expliquerait pourquoi il trouvait cette fille aussi louche. Il croisa les yeux de son frère, et il se sentit tout de suite mal. Il voyait bien que cette situation le dérangeait, et qu'il voulait vraiment que Lena et lui s'entendent bien, mais il ne pouvait pas s'empêcher de lui envoyer des regards noirs et d'avoir envie de s'enfuir. La porte s'ouvrit à nouveau, et cette fois, ce furent Bill et Stefan qui entrèrent dans le bar. Tom saisit l'opportunité, et se jeta immédiatement sur eux pour leur dire bonjour. Il entraîna rapidement l'androgyne plus loin.

- Hey, tu fuis quelqu'un ? S'amusa Bill en commandant un verre au barman.

- C'est tout sauf drôle, grogna Tom en s'affalant contre le comptoir.

- Je t'assure que ça l'est, rien qu'à voir ta tête...

- Mon frère a ramené une fille,
expliqua le dreadeux en passant une main nerveuse dans sa nuque. Mais... J'en sais rien, je la trouve... Bizarre.

Le brun fronça les sourcils.

- Comment ça ?

- Je n'arrive pas à me l'expliquer. Je la sens fausse, elle est trop démonstrative, et puis t'aurais vu comme elle regardait partout chez moi quand elle passé l'autre jour...

- Tom, peut-être que tu te fais des idées, sans vouloir te vexer... Tu es sûr de ne pas être juste perturbé de voir quelqu'un d'autre s'accaparer ton frangin ?


Le blond mordilla son piercing, en proie aux doutes.

- C'est peut-être ça...

Bill eut un sourire attendrit et envoya une pichenette dans le nez du plus jeune, ce qui eut le don de lui arracher à lui aussi un sourire. Lukas apparût à coté d'eux.

- Salut Bill, lança-t-il en lui serrant la main et en souriant.

Tom lui avait un peu parlé de ce qu'il savait sur le compte du brun, et lui avait assuré qu'il pouvait lui faire confiance. Depuis, Lukas avait peu à peu commencé à discuter avec l'androgyne lorsqu'il rendait visite à Stefan, et il semblait bien s'entendre avec lui. Et puis, il avait lui aussi bien remarqué l'attachement particulier de portait son petit frère à l'autre jeune homme, alors il ne pouvait qu'essayer de rendre les choses le plus agréable possible.

- Je peux te parler, Tom ?

Le dreadeux sentit la culpabilité lui ronger l'estomac.

- En fait, je discute avec Bill, répondit-il en luttant contre l'envie de s'enfoncer dans le sol.

- Tu peux quand même...

- Plus tard,
coupa Tom, en employant un ton qui blessa visiblement Lukas.

Il s'en voulait. Mais il ne voulait pas expliquer à son frère quelque chose qu'il ne s'expliquait même pas à lui-même. Il se sentait honteux d'avoir réagit ainsi et d'avoir été si peu aimable, mais c'était plus fort que lui, son instinct se mettait en garde et il se braquait complètement face à cette fille.

- Très bien, tant pis pour toi, on va en parler maintenant, déclara Lukas en croisant les bras. Je peux savoir ce que tu as contre Lena, et pourquoi tu lui as parlé comme...

Il n'eut pas le loisir de terminer sa phrase que l'intéressée s'incrusta, la bouche en c½ur, et vint se coller au châtain.

- Je ne dérange pas j'espère ? Demanda-t-elle en souriant de plus belle.

Tom eut envie de lui répondre que si, mais son attention fut attirée par Bill qui s'était sensiblement crispé à coté de lui. Il le regarda et vit avec étonnement les traits fins du brun déformés par la peur. Il pouvait distinguer sa mâchoire se crisper, et ses yeux s'écarquiller alors qu'il ne quittait pas Lena du regard. Il reposa son verre et se précipita vers la sortie, sans un regard ni pour Tom, ni pour personne. Le dreadeux resta complètement ébahi pendant quelques instants, avant d'aller rattraper Bill. Il ne comprenait rien. Que venait-il de se passer au juste ? Il sortit du bar et repéra l'androgyne qui semblait complètement effaré et qui tremblait légèrement. Il s'approcha prudemment.

- Bill...

L'interpellé ne releva pas la tête, se contentant de prendre de longues inspirations. Il semblait au plus mal, et le c½ur de Tom se serra. Il s'approcha encore et posa une main prudente sur l'épaule du plus âgé.

- Il faut que ton frère s'éloigne de cette fille, annonça-t-il soudain en relevant le visage.

- Quoi ?

Leurs yeux se connectèrent, et Tom eut l'impression que le brun tentait désespérément de lui faire comprendre quelque chose qu'il ne pouvait pas dire. Mais il ne comprenait pas. Pourquoi ce revirement soudain, alors qu'un instant plus tôt, il insinuait que Tom était juste un peu jaloux ? Le dreadeux était complètement perdu et cherchait vraiment à deviner, mais en vain. Il ne pouvait pas dire un mot, trop surpris par la tournure des choses. Alors, Bill prit le visage du plus jeune entre ses mains, et lui débita sans le quitter des yeux, sans que cette lueur de détermination et de peur ne quitte ses pupilles dilatées :

- Tom, il faut que tu me fasses confiance, il faut que tu l'éloignes, s'il te plait... Je te dis ça pour te protéger, tu m'entends ? Toi et ton frère, il faut...

- Tom ?


Les deux jeunes hommes sursautèrent en même temps à l'entente de la voix de Lukas. Les mains de l'androgyne quittèrent les joues du blond, et il jeta un coup d'½il inquiet derrière le châtain pour s'assurer que Lena ne le suivait pas. Visiblement, le meneur était seul. Et il semblait légèrement énervé.

- Je peux savoir ce qu'il se passe ? Demanda-t-il en se postant face aux deux autres. Pourquoi vous vous barrez comme ça ?

Silence. Ni l'un ni l'autre ne voulait répondre. Lukas croisa les bras et poussa un soupir exaspéré.

- Je voudrais bien qu'on me réponde, et vite.

- Je mettais Tom en garde contre...


Le brun n'eut pas le courage de terminer sa phrase et détourna les yeux, les poings et les dents serrées.

- Contre ?

- Contre Lena,
acheva le dreadeux en mordillant son piercing.

- Pardon ? Et je peux savoir pourquoi ?

Nouveau silence. Tom ne pouvait simplement pas répondre, puisqu'il ne le savait pas lui-même. Il jeta un coup d'½il vers Bill qui semblait toujours sur le point d'exploser.

- Il faut me faire confiance, marmonna-t-il, crispé.

Lukas haussa un sourcil et répliqua :

- Si tu t'expliques, alors peut-être que je te croirais, mais je suis désolé, on ne porte pas d'accusation sans donner une bonne justification...

- Non,
railla Bill en enfonçant ses mains tremblantes dans ses poches. Si ma simple parole ne suffit pas...

- Effectivement.

- Oh, c'est bon !
S'énerva Tom. Luke, tu la connais à peine cette fille, si ça se trouve...

- Ça n'est pas votre putain de problème ! Je suis encore capable de gérer mes relations quand même ! C'est pas croyable, sérieux...


La tension était palpable, mais personne n'avait l'intention de donner raison à l'autre. Les deux frères s'affrontaient du regard, mais au fond, ils étaient profondément blessés d'en arriver à se disputer pour ça. Finalement, Bill reprit la parole.

- Pense à ce que je t'ai dis l'autre jour, Tom. Je suis avec vous. Je vais y aller, je crois que j'ai causé suffisamment de problème. Désolé pour ça, Lukas. A plus.

Et il partit avant d'avoir reçu la moindre réponse, laissant les deux autres à leur combat visuel. La gorge de Tom se noua, et il préféra détourner les yeux.

- Putain, désolé... Je ne voulais pas...

Il se sentait totalement ridicule, mais une furieuse envie de pleurer l'étrangla. Il se passa les mains sur le visage. Il n'y comprenait rien, tout allait trop vite. Et si tout ça n'était qu'une stupide histoire de possessivité fraternelle ? Il sentit les mains de son aîné baisser son bras de devant ses yeux, et fut écrasé contre son corps. Il entoura la taille de Lukas et le serra.

- Ça va,
le rassura le châtain en frottant son dos, c'est pas grave, d'accord ? C'est pas grave... On va rentrer à la maison, je crois qu'on a besoin de repos...

Le dreadeux renifla et hocha la tête. Il laissa son frère retourner à l'intérieur pour récupérer ses affaires, prévenir les autres de leur départ (et certainement Lena aussi, mais ça, Tom préféra ne pas y penser) et revenir pour qu'ils rentrent chez eux. Ils restèrent coller tout le long du trajet, sans parler, pour dire quoi ? Les questions tournaient en boucle dans leurs têtes. Lukas se demandait si tout ça n'avait pas un fond de vérité, s'il ne devait pas simplement se méfier. Tom, lui, n'avait que Bill en tête. Qu'avait-il voulu dire ? Il fit rapidement le rapprochement avec cette chose que l'androgyne ne voulait pas lui dire, et conclut que tout était lié. Mais qu'est-ce que ça pouvait bien être ?

***

Le réveil sonna, encore une fois. La main de Tom vint s'y abattre, et il grogna fortement. Il n'avait vraiment aucune envie de se lever, surtout en pensant à ce pourquoi il devait le faire. Mais il savait également que s'il restait flemmarder, il le regretterait. Rien qu'à voir son état de la veille, il sentait qu'il arrivait au bout de ses capacités à rester clean. Il fit son habituel étirement, et s'extirpa hors de la couette. Il pouvait déjà entendre Lukas s'affairer dans la cuisine. Son frère avait toujours été plus réactif que lui le matin. Il repensa vaguement à la veille, à la soirée, à Bill... Son c½ur s'accéléra un peu. Bill, sa réaction étrange, Lena... Il serra les dents. Il chassa tout ça de son esprit et alla prendre le petit déjeuner. Le châtain l'accueillit avec un sourire réconfortant, qui lui mit du baume au c½ur. Au moins, il ne lui en voulait pas. En vérité, Lukas s'était posé pas mal de questions, et s'accordait à dire qu'il ne connaissait vraiment pas Lena, contrairement à Bill qu'il commençait à fréquenter vraiment souvent. Alors, qui croire ? Pour le moment, il préférait ne pas y penser. Et surtout, il ne voulait pas que Tom et lui se disputent pour de telles futilités. L'expérience, et les épreuves trop difficiles qu'ils avaient dû affronter bien trop tôt leurs avaient appris à ne pas s'embarrasser des détails, et à profiter de chaque moment passé avec l'autre. Ils mangèrent en discutant un peu de la journée à venir. Lukas allait bosser, seulement ce matin, et Tom, lui, allait rendre une petite visite à Javier. Cela ne le réjouissait pas, loin de là, mais c'était vraiment urgent, à en juger par les légers tremblements qu'il avait distingué lorsque son frère lui avait versé le café. Ils occupèrent la salle de bain l'un après l'autre, et Lukas fit promettre à Tom de lui envoyer un texto dès qu'il rentrerait. Le dreadé ne prévoyait rien de spécial après sa petite course, peut-être dormir un peu, se reposer le plus possible pour être d'attaque pour la semaine suivante. Peut-être voir Bill...

Il sortit dans la fraîcheur du matin, emmitouflé dans un manteau, l'argent serré contre lui. La ville dormait encore, mais pas Tom, non, il n'aurait pas pu, pas avant d'être comblé. Il traversa les rues, presque mécaniquement, tout en gardant un ½il sur la moindre ombre - on ne savait jamais. Il arriva bien vite devant la rue délabré, entra dans la maison, descendit l'escalier, tourna à droite dans le couloir. Habitude. Mais un détail, pour une fois, ne colla pas. Il ne voyait pas Javier. Ses sourcils se froncèrent, et quelque chose de mauvais lui serra la gorge. C'était anormal. Il s'avança vers l'endroit où se trouvait habituellement le vieillard au sourire chaleureux, et y vit un homme métisse d'une trentaine d'année.

- Où est Javier ?

Il ne souhaitait vraiment pas s'attarder, alors autant être direct et précis. Et puis, il avait appris à se méfier de tous ici, et surtout, à ne pas parler. L'homme le toisa et lui offrit un sourire.

- Il ne pouvait pas venir aujourd'hui, alors je le remplace.

Son accent était beaucoup plus prononcé que celui de Javier, et Tom serra les poings. Il passa tout de même sa commande, et attendit que l'inconnu le lui apporte. Il prit bien soin d'examiner la marchandise avant de lui tendre l'argent. Les yeux de l'homme brillèrent d'une façon qui ne plût pas au blond, et il se dépêcha de ranger l'héroïne dans sa poche pour quitter au plus vite cet endroit.

- Tu es un régulier ? Lui demanda l'autre.

Tom hocha simplement la tête, mal à l'aise. Il ne voulait pas faire la discussion, il voulait juste s'en aller. L'homme sourit, dévoilant une rangée de dents pourries.

- Je pourrais te faire des prix sur autre chose, si ça t'intéresse...

- Merci, mais ça ira. Au revoir.


Et il déguerpit sans plus attendre. Il en avait froid dans le dos. Ce mec avait quelque chose d'effrayant. Il marcha vite, pressé de rentrer, tout en tapant un SMS à l'adresse de son frère, précisant que Javier avait un remplaçant bizarre, pour qu'il se renseigne. Il claqua la porte derrière lui, se débarrassa de son manteau, et rangea la poudre dans le placard, sans oublier d'en prendre une dose. Il grimpa à l'étage, puis chercha à la hâte sa seringue. Il tremblait. Son corps réclamait. Il prépara l'injection, serra le garrot, et infiltra la drogue à l'intérieur de lui. Une, deux, trois secondes. Et puis enfin, le paradis. Il se laissa aller, allongé sur son lit, à la douceur, le sentiment d'être complet, l'effet surpuissant du poison. Le temps sembla ralentir, et s'écoula. Mais cette fois, l'extase fit place à quelque chose de beaucoup moins bon, une sorte d'envie de dormir soudaine. Tom se redressa comme il put sur ses coudes, étonné d'avoir une telle réaction, ça ne lui était jamais arrivé. Et puis, un éclair de douleur. Son corps tomba lourdement au sol alors qu'il poussait un hurlement d'agonie. Il eut comme l'impression que son ventre brûlait, que son corps était écartelé, coupé en deux, éclaté, détruit. Ses muscles se crispèrent, et il se recroquevilla sur lui-même, s'étouffant presque. Il ne contrôlait plus rien, il ne voyait plus rien, il ne pouvait même plus penser. Il ne pouvait que sentir la douleur, la douleur si intense qu'elle le plaquait par terre, et le rendait complètement amorphe. Il tentait de crier, mais ne pouvait qu'émettre de faibles grondements. La salive glissait de ses lèvres jusque sur son menton, tachant le parquet. Ses yeux étaient grands ouverts, mais il ne voyait rien. Ses spasmes faisaient se cogner ses membres contre le sol. Puis il perdit connaissance, laissant enfin son corps mou, sans réaction, simplement rongé de l'intérieur.

***

- Y'a quelqu'un ?

Bill avait hésité, avant d'essayer d'ouvrir la porte. Tom lui avait pourtant précisé qu'il pouvait passer le dimanche, qu'il ne quittait pas la maison. Elle s'était ouverte (ce qui ne l'étonnait pas, il savait que lorsque l'un des deux frères était ici, ils ne verrouillaient pas) et il avait trouvé l'endroit silencieux, mais pas d'un silence apaisé, non, un silence lourd, trop lourd. Son sixième sens s'était mis en alerte, et il ne réfléchit pas plus longtemps, n'obtenant aucune réponse, aucun signe de vie. Il grimpa quatre à quatre les escaliers, et fonça jusque dans la chambre de Tom.

- Tomi ?

Il poussa la porte, et se figea. Le corps du dreadeux était étalé à terre, à moitié face contre le sol, une seringue utilisée traînant non loin de là. Et de son bras, où il s'injectait l'héroïne, s'écoulait un mince filet de sang.

- TOM !

Il se rua sur lui, le mettant su le dos. Son tee-shirt était taché de ce qu'il devinait être du vomit, sa peau était bleutée, et son souffle imperceptible. Le froid envahit l'être de Bill, et il approcha une main tremblant des yeux de son blond. Il souleva l'une des paupières, et étouffa un cri horrifié. L'½il était injecté de sang. Il attrapa son portable, et appela le SAMU en serrant le corps inanimé contre lui, le berçant comme un enfant. Sa voix tremblait tellement qu'il dû ré indiquer trois fois l'adresse pour qu'on le comprenne correctement. Puis il appela Lukas. Ce dernier s'était crispé en voyant le numéro du brun s'afficher sur son mobile, et aussitôt, un affreux pressentiment l'avait tétanisé, le texto de Tom l'ayant déjà bien inquiété. Lorsqu'il décrocha, un sanglot en guise de réponse lui confirma cette atroce impression. Il n'eut pas besoin de plus, prévint son patron qu'il avait une urgence, et courut jusqu'à chez lui. Les pleurs envahissaient sa paisible maison, et il manqua de tomber en montant les marches. Il ne vit d'abord que le dos du brun qui se balançait d'avant en arrière, les jambes de son petit frère, puis la seringue. Son c½ur se stoppa. Il tomba à genoux près de Bill, le visage inondé de larmes, qui semblait vouloir fusionner avec Tom tellement il le serrait, mourir avec lui s'il devait le quitter. Car il ne pouvait pas le quitter. Il ne pouvait pas.

Au loin, l'ambulance fit chanter sa morbide sirène.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.179.247) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Amuna28-fic

    19/08/2011

    Y'a plein de questions à ce poser dans ce chapitre.
    Qui est réellement Lena ? Et pourquoi Bill cache un lourd secret ?
    Je savais que le gars qui remplacé Janvier était très louche.
    Je parie qu'il n'a pas donnait de la " Bonne " drogue à Tom, mais un autre produit et c'est pour ça que ce dernier a fait cette réaction.

  • chaos87th

    06/02/2011

    Je me demande si Bill n'a pas été dans le gang du nord ou qu'il y ai un lien avec son passé.
    Par contre cette Lena je ne la sens pas du tout du tout.
    Tom aurait du se douter que la drogue que le black lui avait donné était mauvaise vu qu'il n'avait pas l'air sûr de lui.
    Vu la réaction de Bill en voyant Tom dans cet état, on voit bien qu'il l'aime vraiment beaucoup.

  • zyngao

    13/06/2010

    putain heureusement qu'il y a la suiet sinon je t'aurais poser des tonnes de questions que serais bien sur rester sans reponse et j'aurais criser lol

    non vraiment j'ai adorer mais bon Tom qui fais une overdose sa fais flipper enfin je sais pas si c'est une overdose ou un produit que l'autre a rajouter dans l'ero mais bon sa fais flipper serieux ils sont vraiment pas la vie facile tchao

  • L--e--b

    26/12/2009

    Encore un sale coup de l'autre gang sans doute ralala pauvre Tomi y s'en prend plein la tête --' !!

    J'aiiiime cette fiction ♥.

  • Giffolies

    29/11/2009

    Moi non plus je la sent pas cette fille.
    Merde soit la drogue était vraiment de la merde soit Tom fait une overdose la.

  • bill-luv-tom-trads

    04/10/2009

    Merci de m'avoir prévenue <3
    C'est troooop triste, j'en ai les larmes aux yeux :(
    J'espère qu'il s'en sortira... j'ai trop hâte de lire la suite!
    Et je me demande aussi d'ou sort cette Lena, et ce que cache Bill.. encore plein de choses intéressantes à venir, j'adore <333
    Bonne continuation! :D

  • just-you-and-me483

    04/10/2009

    Putain de chapitre ....
    Déjà cette Lena...elle est pas net ça c'est certain...
    Il y a un énorme problème avec Bill...
    D'ailleurs ça me fait chier, il y a un truc énorme qu'il cache...
    Et je capte rien, et je veux savoir, et je dois attendre ...
    Frustraaaaant xD
    Et puis là le remplaçant louche...
    Mais alors là je m'attendais pas à un truc pareil...
    Bon dieu mais qu'est-ce qu'il y avait d'encore plus merdique dans cette drogue...
    Merde ça tourne au cauchemar là....
    C'est le bordel général, je stress pour Tom...
    Et puis Bill, il vient d'avouer un truc là...il ne peut pas quitter Tom...
    Il y a une chose dans la façon de le dire qui présage quelque chose...
    Enfin soit c'est comme d'ahb du coupage en pleine action....--'
    Que dire sinon que c'était fabuleux et que j'attends la suite bien entendu *-*

    Bisouuuuuuuuuus <3

  • laura67

    03/10/2009

    Il y avait quelque chose dans la drogue ? C'était un piège ?
    Qui est Lena ? Pourquoi Bill est-il effrayé par elle ? Et pourquoi ne semble-t-elle pas s'être inquiétée de la présence de Bill ? Le connait-elle ?
    Vivement la suite.

  • bountyaoi

    03/10/2009

    Oh mon dieu Unsy comment tu peux me faire ca é___________è
    C'est horribleeeee é_è. Ce chapitre était tellement beau, argh, cest vraiment indescriptible ce qu'il y a entre eux, c'est trop puissant, trop fort, trop argh <3.
    Mais huuu é_è bu é_è nooooooooon ;_;

  • Mmh-ouiii-aaaah-encore

    03/10/2009

    Par contre, je suis désolée mais je ne suis pas sur mon ordi [ il m'as lâché hier soir ] et du coup je galère pour envoyer les com's donc je vais arrêter là ...

    Juste, je confirme que Bill est un ancien nordiste ... Léna en ait une aussi et elle drague Lukas pour les raisons que je t'ai donné. Et putain c'est Tom qui trinque ><

Report abuse