Leave the Dark - Chapitre 8

(petite dédicace à mon Double pour l'image <3)

Bill avait couru aussi vite qu'il le pouvait et ne s'était pas étonné de voir autant de monde agglutiné dans le petit bar. Tout le gang de Lukas devait être là, ainsi qu'une grande partie de celui de Stefan. Le brun secoua la tête et se dépêcha d'entrer, se faisant une place au milieu des autres. Mais on le remarqua à peine, tous étaient bien trop occupés à crier les uns sur les autres, dans une veine tentative de communication. Il repéra bientôt Tom, prostré derrière son frère, le visage blafard, avec des cernes assez impressionnantes imprimées sous les yeux. Il voulu aller le voir pour lui parler, mais à cet instant Lukas se mit debout et émit un sifflement qui calma toutes les conversations et installa un silence religieux.

- Je suppose que vous savez tous pourquoi nous sommes ici, annonça-t-il d'un ton grave. Hier soir, deux des notre ont été violemment agressés. Ils sont en ce moment même à l'hôpital dans un sale état.

Un murmure parcouru l'assistance, et Bill frissonna. Il venait seulement de recevoir le message de la part de Tom qui lui expliquait que deux de ses amis s'étaient fait agresser et que tout le monde se réunissait au bar habituel. Après, il avait fait aussi vite qu'il pouvait. Il envoya un regard au dreadeux, dans l'espoir de croiser ses pupilles, en vain.

- Sauf que cette agression n'est pas une de celle qu'on a pu avoir ces derniers temps, continua Lukas, l'air de plus en plus furieux. Il s'agit d'un piège. Un coup monté. Reste à savoir par qui.

Bill pu nettement voir Tom s'enfoncer un peu plus dans sa chaise et resserrer ses bras croisés. Il fronça les sourcils. Quelque chose dans tout ça clochait sérieusement. Son c½ur se stoppa alors qu'il faisait lentement le rapprochement. Oh non. Pas ça. Il se força à ne pas bondir de sa chaise.

- Tu veux dire qu'il y a une sorte de... Taupe ? Éluda Stefan d'un air inquiet.

- Ça paraît évident, répondit Lukas. Ils ne se sont pas retrouvés par hasard au même endroit, au même moment. Et vu qu'ils ne sont pas idiots, je suppose que c'est quelqu'un en qui ils avaient confiance. Reste à savoir qui.

Il poussa un long soupire, accueilli à nouveau par le silence. Tout le monde semblait tendu, et Lukas apparût extrêmement marqué par l'épuisement aux yeux de Bill. Mais il avait tout autre chose en tête, et alors que tout le monde s'agitait à nouveau, recommençant à parler entre eux, il se leva, ignorant les protestations alors qu'il se frayait un chemin à travers la petite foule. Il vit que Tom le fixait à présent, et qu'il s'était lui aussi levé. Il s'approcha de lui, et alors qu'il ne s'y attendait pas, le dreadeux le pris dans ses bras et le serra si fort qu'il sentit son dos craquer. Il entoura la taille de son protégé et lui rendit son étreinte avec presque autant de force.

- Il ne veut pas m'écouter, lui murmura Tom à l'oreille. J'essaye de le raisonner... Mais il ne veut pas le croire.

Bill savait parfaitement de quoi il parlait. Il se détacha doucement du blond et lui caressa la joue.

- Je vais lui parler.

Tom secoua la tête, la peur lisible dans ses yeux fatigués.

- Il s'est mis dans une colère noire quand j'ai essayé, avoua-t-il, la voix tremblante. Bill, ils s'en sont pris à Georg et Fred, ils comptent tellement pour Luke...

- Ne t'inquiète pas. Je vais essayer d'y aller subtilement. Au pire, ajouta-t-il avec un petit sourire, il me repoussera, mais je devrais m'en remettre.

Tom acquiesça, pas vraiment rassuré. Le brun lui envoya un dernier regard emplit de tendresse, et s'éloigna pour trouver Lukas. Il le vit en train de parler avec Raffael, et se fit la réflexion qu'il semblait presque plus vieux. Il l'interpella.

- Je peux te parler, Lukas ?

Le châtain s'excusa auprès de son ami et suivit l'androgyne dehors, à l'écart du brouhaha ambiant. Il s'adossa contre un mur en soupirant à nouveau et en se frottant les yeux, alors que Bill se plantait devant lui, les bras croisés.

- Tu ne vas pas aimer ce que j'ai à te dire, annonça-t-il directement.

- Je sais, répondit Lukas d'un ton morne. Juste, fais-le.

Bill fut un peu surpris. Avant de comprendre. Le frère de Tom avait seulement besoin qu'on l'aide un peu. Alors, avec prudence, il dit :

- Je connais Lena, et je t'assure que c'est une très mauvaise personne. Je pense qu'elle est à l'origine de toute cette merde.

Il vit clairement les épaules du meneur se raidir alors que son visage se baissait. Il eut mal au c½ur. Lukas ne méritait pas ça. Ses poings se serrèrent alors qu'il pensait à frapper Lena pour ça.

- Je ne peux pas le croire, je ne peux pas, marmonna le châtain entre ses dents serrées. C'est... Putain, c'est vraiment... Pourquoi ?

Il avait soudainement redressé la tête et fixait Bill avec une intensité et une tristesse apparente presque insupportable. Le brun se mordit la langue et eut froid dans le dos.

- J'aimerai pouvoir te le dire... Mais je ne peux pas, il faut simplement me croire... Fais-le pour Tom, au moins. Il croit que tu lui en veux.

- Je ne lui en veux pas, je m'en veux à moi d'être un putain d'idiot qui...

- T'es pas un idiot, cette fille est une manipulatrice.


Les deux jeunes hommes se fixèrent pendant un moment.

- Elle a du vraiment te faire souffrir pour que tu la haïsses à ce point là, éluda Lukas avec une pointe de compassion dans la voix.

Bill ne répondit pas, se contentant de grimacer à l'évocation de souvenir qu'il préférait effacer de sa mémoire. A la place, il demanda :

- Où est-elle ?

- Disparue,
grogna Lukas.

- Je m'en serais douté... Écoute, ça va encore moins te plaire mais...

L'androgyne se mordilla la lèvre, pas certain de pouvoir dévoiler cette information. Mais c'était trop tard. Lukas l'implorait clairement du regard de lui révéler ce qu'il savait.

- Quand je te mettais en garde contre elle, j'avais une bonne raison. Elle habite dans la partie Nord de la ville. Et je sais qu'elle a de bonnes relations avec le gang de là-bas. Désolé...

Les mains de Lukas passèrent nerveusement dans ses cheveux.

- Putain, jura-t-il, l'air complètement déboussolé.

Bill hésita, puis finalement il posa une main rassurante sur son épaule.

- Qu'est-ce que tu veux faire ? Lui demanda-t-il avec douceur, conscient de la réalité qui devait se mettre en place en ce moment dans la tête du châtain.

- Putain, répéta-t-il, j'en sais rien. Qu'est-ce que je suis sensé faire ?

- Peut-être que tu devrais d'abord parler avec Tom,
proposa Bill en commençant à rentrer dans le bar. Il a besoin de voir que tu es là et que tu tiens le coup.

Lukas le suivit à l'intérieur, sans oublier de lui glisser un petit sourire et un merci sincère. Bill vit les deux frères se mettre à l'écart, et après un moment, il sourit en les voyant s'enlacer. Oui, ils avaient tellement de chance de s'avoir l'un l'autre, il ne voulait vraiment pas les voir se déchirer.
De son coté, Tom se détacha doucement de son aîné, soulagé et à la fois extrêmement peiné pour Lukas, qui affichait une mine dévastée.

- Bill m'a parlé d'un truc aussi, lui dit le châtain. Apparemment, il dit que Lena connaît les nordistes.

Le blond eut une sensation désagréable au creux de l'estomac. Comment Bill savait-il ça ? Encore un de ces secrets qu'il ne voulait pas lui avouer... Il soupira.

- Je dois avoir un truc pour les reconnaître, elle ne m'a jamais inspiré confiance... On fait quoi, maintenant ?

Lukas parut encore plus défait.

- J'en ai aucune idée.

- Qu'est-ce que ton instinct te dit ?

- De foncer, et de tous les massacrer, pour tout ce qu'ils nous font subir. Quand je pense à ce qu'ils ont fait à Georg et Fred, à toi...


Il s'arrêta et serra le poing. Tom lui prit la main et la serra.

- Mais je ne veux pas, soupira finalement le plus âgé, laissant ses épaules retomber. C'est trop risqué. On a été amputé de nos meilleurs éléments, tout le monde est fatigué... Non, ce ne serait vraiment pas raisonnable. Je ne sais pas quoi faire. Vraiment pas.

- On devrait peut-être déjà attendre que Georg et Fred se rétablissent,
lui proposa doucement Tom lui lui caressant le dos de la main pour l'apaiser.

Lukas hocha la tête, vidé de toute émotion. Il avait du mal à tout encaisser. Et, pire que tout, il crevait d'envie de se faire un fix, de s'injecter une bonne dose bien puissante qui le ferait planer pendant plusieurs heures. Il voulait juste oublier. Oublier qu'il venait de se faire manipuler. Oublier cette vie. Mais plus fort que tout ces sentiments réunis, il ne voulait pas décevoir son petit frère. Alors il ravala toute sa colère, sa tristesse, sa frustration, ignora la brûlure qui ne le quittait plus depuis qu'il avait arrêté, et indiqua à tous qu'ils pouvaient rentrer se reposer, qu'il les tiendrait au courant dès que possible de l'état de ses deux amis. Puis, alors que le bar se vidait, il vit clairement Bill et Tom dans un coin échanger un de ces regards brûlant qu'il avait déjà surpris, tellement intense qu'on aurait presque eu envie de détourner les yeux, de peur de les déranger. Puis Bill embrassa le blond au coin des lèvres, et suivit Stefan et les autres pour rentrer. Lukas esquissa un sourire. Il espérait sincèrement que son frère avait bien choisit, et que Bill prendrait correctement soin de lui. Les doutes s'enfuirent de ses pensées alors qu'il croisait les yeux brillants de Tom, et son sourire béat. Oui, il semblait vraiment avoir fait le bon choix.

***

La nuit était déjà bien avancée, et la maison paisible. Lukas dormait enfin d'un sommeil profond, après quatre jours d'angoisse, au bout desquels ses deux amis s'étaient finalement trouvés hors de danger. Ils avaient donné la confirmation d'avoir bien reçut un texto venant du portable de Lukas - ce qui ne laissait plus aucun doute possible quant à l'implication de Lena. Elle n'était pas réapparue, et c'était sans doute mieux comme ça. Pour cette nuit, il préférait l'oublier.

Tom n'était pas à l'étage, à vrai dire il était partit passer la nuit chez Bill. Les deux jeunes hommes ne semblaient plus se quitter d'une semelle. Mais c'était quelque chose devenu vital, quelque chose dont ils ne pouvaient plus se passer. Même si tout restait inavoué entre eux, ils avaient une nouvelle façon d'agir l'un envers l'autre, de telle sorte que leurs gestes en disaient bien plus long que n'importe quel mot n'aurait pu le faire. Ce soir là, ils avaient couchés ensemble, puis après, sans avoir eu besoin de se parler, ils s'étaient allongés l'un en face de l'autre, étroitement enlacés, et le regard de Tom avait littéralement attrapé celui de Bill. Ils ne s'étaient pas quitté des yeux pendant un temps qui leur avait semblé interminable. Les mains du brun avaient trouvées leur place dans la nuque du dreadeux, sur son visage qu'il avait caressé avec une adoration presque effrayante. Ils s'étaient endormis ainsi, simplement bercé par la respiration de l'autre, complètement perdu dans un monde qui les effrayait autant qu'il les attirait.

Mais bientôt, la cruelle réalité chassa toute la douceur de l'instant. Le dreadeux dormait profondément lorsque la chaleur du corps de son amant le quitta, lui laissant un froid qui le fit se réveiller. Il se redressa dans le grand lit, clignant plusieurs fois des yeux pour essayer de distinguer quelque chose.

- Bill ?

Il eut un instant peur que le brun soit partit quelque part, qu'il l'ait simplement laissé. Mais il pu sentir du mouvement à coté de lui, et plissa un peu plus les yeux - bien que ça soit définitivement inutile dans le noir. Il put enfin voir, au bout de quelques instants, le corps de Bill recroquevillé dans un coin du lit, secoué de spasmes. Le c½ur de Tom se stoppa, et il eut l'impression de prendre une douche glacée. Il savait parfaitement ce qui était en train d'arriver, et il ne se sentait absolument pas prêt à affronter une telle situation. Il resta figé, avant d'entendre un sanglot étranglé s'échapper de la gorge de l'androgyne. Il eut l'impression d'être déchiré de l'intérieur, et l'image de lui-même faisant une crise quelques jours plus tôt le frappa. Il revit Bill à genoux face à lui, prêt à se faire frapper s'il fallait, prêt à rester là des heures, juste pour l'aider. Cette constatation lui donna du courage, et il s'approcha doucement de son brun. Il voulu pose une main sur son épaule.

- Bill...

- Non !


Sa voix transperça Tom. Il se stoppa dans son geste, à nouveau bloqué. Les mains de Bill serraient ses cheveux, et il était pris de spasmes. Le ventre du blond lui fit mal au souvenir de la douleur qu'il avait ressentie à ce moment là. Un élan de courage le traversa, et il força Bill à bouger, il le retourna pour pouvoir voir son visage. Il eut envie de s'enfuir en voyant les traits du plus âgé déformés par la douleur, et les larmes sur son visage. Bill tenta de le repousser, mais Tom s'accrocha plus fort à ses poignets et s'assit complètement sur son bassin pour bloquer ses mouvements.

- Lâches-moi !

- Rêve,
lui cracha Tom en resserrant sa prise. Putain, rêve, je ne te lâcherai pas Bill, jamais.

Il avait conscience de donner un poids particuliers à ses paroles, mais peu importe, il voulait simplement aider celui qui avait pris tellement de place dans sa vie à présent.

- Laisse-moi crever, cria Bill en se débattant plus fort. C'est trop dur, merde, ça fait trop mal, laisse-moi !

Les larmes de Tom roulèrent sur ses joues et s'écrasèrent sur celles du brun sans qu'il ait conscience d'avoir commencé à pleurer. Il avait mal à force de garder Bill plaqué sous lui, mais il ne voulait pas arrêter, il ne devait pas céder, il devait être là pour lui comme lui l'avait été pour lui.

- Bill, murmura-t-il à travers ses pleurs, Bill, je suis là, s'il te plait, restes avec moi, restes sinon je... Je ne peux plus sans toi... Accroche-toi...

Ses mots étaient complètement noyés dans ses violents sanglots, mais ils eurent visiblement un impact sur le brun puisqu'il cessa peu à peu de bouger pour fixer le visage juste au dessus du sien. Il tremblait toujours, et les rides de son front montraient à quel point il pouvait avoir mal, à quel point il pouvait être déchiré de l'intérieur par cette envie, ce besoin, ce manque qu'il ne pouvait pas combler. Mais quelque chose tout au fond de ses yeux montrait qu'il entendait, qu'une partie de lui comprenait ce que Tom lui disait. L'autre était complètement obnubilé par la dose réclamée par son corps meurtri. Le dreadeux tremblait presque autant que lui, et les larmes glissaient en silence depuis ses yeux profondément ancrés dans ceux du brun. Il put sentir ce dernier se calmer peu à peu, et entreprit de se pencher vers la table de nuit, priant pour que ce qu'il cherchait s'y trouve. Il soupira de soulagement en apercevant l'une des petites boîtes dont lui et Lukas avaient également tellement besoin ces derniers temps. Il prit un comprimé, la bouteille d'eau qui trainait par là, et avec douceur, il tira Bill pour qu'il se retrouve en position assise et lui fit avaler le substitut. L'androgyne se laissa faire, malgré les quelques soubresauts qui le traversaient encore sans qu'il puisse les contrôler. La drogue de remplacement fit rapidement son effet, et la crise se stoppa, ne laissant d'elle qu'un souvenir monstrueux. Le silence retomba dans la pièce, pesant, honteux. Bill s'était rallongé, la tête tournée vers le mur, et Tom ne savait plus vraiment quoi faire, toujours assis sur son bassin. Il reposa la bouteille, et resta à fixer son brun.

- Bill, chuchota-t-il finalement, de façon presque inaudible.

- Je suis désolé, articula l'interpellé, la gorge visiblement serrée, sans relever les yeux. J'ai cru que j'étais assez fort. J'ai vraiment cru qu'on y arriverait. Mais j'y arrive pas. J'y arrive pas, Tom...

- Dis pas ça,
lui répondit le blond en caressant d'une main tremblante sa joue humide de larmes. Tu te souviens, pour moi, t'as été là, tu m'as pas laissé replonger... Je ne te laisserai pas...

Il laissa ses doigts effleurer le coin d'un ½il de Bill, puis sa lèvre, et remonta jusqu'à sa tempe.

- Regarde-moi, susurra-t-il.

Bill ferma les yeux et secoua la tête en signe de négation. Le c½ur du dreadeux se serra et il attrapa le menton de son amant pour lui tourner la tête. Il ne rencontra aucune résistance, et quand son regard et celui de Bill furent enfin connectés, il laissa à nouveau quelques larmes dévaler ses joues. Il se pencha très lentement en avant, jusqu'à avoir son visage à quelques millimètres de celui du brun. Ils respirèrent l'un pour l'autre durant de longues minutes, avant de joindre leurs bouches avides de ces délicieux baisers qu'ils partageaient de plus en plus souvent, sans plus avoir besoin d'une raison particulière de le faire. Tom se laissa peu à peu retomber contre Bill, et ce dernier inversa leurs positions de façon à se retrouver sur le dreadeux. Ils rompirent le baiser un long moment plus tard, et les bras du blond vinrent entourer la taille du brun. Son c½ur battait à tout rompre, Bill pouvait le sentir. Il se redressa légèrement pour se décoller un peu de Tom et le regarder dans les yeux.

- Ça va aller ?

- C'est plutôt à toi de me le dire,
répondit le plus jeune en esquissant un sourire.

- T'aurais jamais dû me voir comme ça, dit Bill, l'air soudain en colère. Je suis censé t'aider, pas t'enfoncer, je suis vraiment...

Tom l'empêcha de continuer en l'embrassant, les deux mains agrippés à ses cheveux noirs. Bill en sursauta, mais bien vite, il glissa ses doigts dans la nuque de son dreadeux et chercha encore plus de contact. Quand ils se séparèrent, ils avaient tous les deux le souffle court.

- Wahou, murmura l'androgyne contre les lèvres de Tom, c'était quoi ça ?

- J'en sais rien,
haleta l'autre, un moyen de te faire taire... Ou de te dire que t'as le droit d'avoir des faiblesses...

Bill déposa un nouveau baiser avec douceur sur les lèvres du blond, puis se mis sur le coté, tenant toujours Tom fermement dans ses bras. Il lui embrassa le haut du crâne.

- J'ai promis de te protéger, l'inverse ne devrait pas arriver, éluda-t-il.

Les sourcils de Tom se froncèrent. Il allait protester, mais Bill le coupa.

- Oublie ce que tu as vu, ça n'arrivera plus. Il est hors de question que je craque, je te jure que ça ne se reproduira pas. Je ne suis pas... Faible.

- Wow, du calme, tu dis n'importe quoi,
s'énerva Tom en remuant entre les bras qui l'enserraient.

Il remonta la tête pour observer le visage du plus âgé. Il semblait tiraillé entre la peur, la douleur, et quelque chose qu'il ne déchiffra pas, peut-être de la fierté. Il toucha son menton du bout des doigts et vint y déposer un petit bisou.

- C'est quelque chose contre lequel tu ne peux rien, chuchota le dreadeux. Tu n'es pas faible. Ça fait des années qu'on prenait cette merde, c'est normal que tu ne sois pas toujours parfaitement capable de gérer le manque. Mais tu y arrives très bien la plupart du temps, la preuve, je ne t'avais vu comme... Comme ça.

Il frissonna sur la fin de phrase, revoyant clairement le visage de Bill à cet instant où il s'était fait rejeter. A vrai dire, c'était la seule qui, inconsciemment, l'avait blessé. Son amant dû le sentir, puisqu'il serra encore plus fort son corps contre le sien, et lui embrassa la tempe.

- Pardon, s'excusa-t-il encore, je ne voulais pas dire ce que j'ai pu te dire. C'est juste... Ce manque... J'avais l'impression que mon corps se disloquait de l'intérieur... J'avais qu'une envie, me piquer, ou me jeter contre le mur pour arrêter d'avoir mal... Alors ne pense pas une seule seconde que ce que j'ai pu dire ai une importance. Tu es la seule chose qui compte. Pas les paroles d'un pauvre junkie en manque.

Le c½ur de Tom se serra si fort qu'il eu du mal à respirer pendant quelques secondes. C'était la première fois qu'il se voyait accorder de tel propos de la part de son brun, et il n'était pas sûr de survivre à une telle dose d'émotion. A la place, il se calla du mieux qu'il pu contre lui, et s'endormit paisiblement, bercé par les battements d'un c½ur qui semblait avoir trouvé une raison de continuer à fonctionner.

***

Tom savait qu'il n'aurait pas dû être là. Il n'avait cessé de se répéter qu'il ne devait pas être là, que c'était vraiment une très mauvaise idée. Mais ça avait été plus fort que lui, et à présent il ne pouvait plus reculer. Il rabattit sa capuche et enfonça ses mains dans ses poches. Il s'avança rapidement à travers les rues qu'il connaissait vraiment par c½ur maintenant. Il aurait presque pu faire le chemin les yeux fermés. Il sut rapidement qu'il avait franchit la délimitation, et qu'il se trouvait à présent en terrain ennemie. Il sourit en se faisant la réflexion que ça faisait un peu film, ou quelque chose du genre.
Il marcha un moment, observant chaque endroit. Il avait une connaissance développé de la partie Nord pour y avoir fait un tas de repérages, ce qui se révélait utile lorsqu'il était obligé de s'enfuir rapidement. Il se dirigea près du vieux bar, repère du gang, et eut un pincement au c½ur en se souvenant de sa dernière visite ici. Il revit les coups pleuvoir, et son immobilisation, puis Matthias, coincé, sa main sur sa gorge... Et Bill, Bill qui l'avait encore une fois aidé, et empêché de commettre le pire. Il ferma les yeux et inspira. Puis il s'approcha d'une fenêtre, jetant des coups d'½il partout autour de lui, conscient de prendre de gros risques.

Après s'être assuré qu'il ne craignait rien, il regarda à l'intérieur du bar. La lumière était tamisée, mais il distingua très clairement Matthias, David, Jeff, ainsi que deux autres personnes qu'il n'avait jamais vues. Un d'eux attira son attention, un jeune blond aux traits fatigués, qui semblait un peu le centre de la conversation. Il resta là, à observer, lorsqu'enfin ce qu'il cherchait se manifesta. Ses poings se serrèrent alors que Lena faisait son entrée dans la pièce, sortant apparemment des toilettes. Elle affichait un grand sourire, et il eut envie d'entrer, de se ruer sur elle et de le lui arracher des lèvres. Mais il ne bougea pas. Elle vint jusqu'à la table où les nordistes étaient toujours en grande discussion, et, au lieu de prendre une chaise, elle s'avança vers Matthias, qui s'écarta légèrement, la laissant s'installer sur ses genoux. L'estomac de Tom se retourna. Elle passa ses bras autour du cou de la brute et ils s'embrassèrent.

La nausée monta dans la gorge du dreadeux, et il se recula de la fenêtre en titubant. Non. Il ne pouvait pas avoir vu ça. Le peu de bon sens qu'il lui restait lui dicta de s'enfuir au plus vite. Il couru jusqu'à être essoufflé, et se stoppa une fois bien loin de la limitation. Il se tint le ventre et eut quelques haut-le-c½ur. Il n'avait qu'une chose en tête, une seule personne : Il devait le voir. Il devait lui parler. Il ne réfléchit pas et se précipita jusque chez lui, manquant plusieurs fois de tomber. La porte d'entrée s'ouvrit en fracas, et il pensa tout de même à la refermer derrière lui. Son frère, depuis le salon, s'inquiéta d'un tel boucan, et se dépêcha de venir le voir.

- Tom ?

L'adolescent ne répondit pas et se jeta sur l'évier pour y vomir tout son dégoût. Il sentit les mains rassurantes de son aîné lui frotter le dos et lui retenir les cheveux. Il se rinça la bouche puis se retourna pour s'adosser contre le plan de travail. Son visage était d'une horrible pâleur, et ses mains tremblaient. Il prit de profondes inspirations, sentant le regard brûlant d'inquiétude de Lukas posé sur lui.

- Tom...

- Il faut que je te dise quelque chose,
annonça le blond en tremblant de plus belle. J'ai... J'ai été...

Les mots ne voulaient pas sortir, et il baissa le visage, submergé par une nouvelle nausée.

- Je suis allé chez les nordistes, je voulais savoir si elle y était vraiment, si Bill ne s'était pas trompé...

- Quoi ?!
S'énerva Lukas. Mais t'es complètement malade, Tom, putain, il aurait pu t'arriver n'importe quoi, est-ce que tu...

- Luke,
implora Tom en relevant le visage et en plongeant ses yeux humides dans ceux de son frère. S'il te plait, je dois vraiment te dire quelque chose.

Le châtain fronça les sourcils, et il ferma la bouche. Quelque chose n'allait pas. Tom inspira à nouveau longuement.

- Je l'ai vu. Bill avait raison. Mais il y une chose qu'il n'avait pas dite. Luke... Elle... Elle est avec Matthias. Je les ai vu... Ensembles.

L'information mis un certain temps à faire son cheminement, mais Tom vit clairement le visage de son frère changer du tout au tout, en l'espace de quelques secondes. Soudain, il réalisa ce qu'il venait de lui annoncer. Et soudain, il comprit qu'il venait de commettre une grossière erreur. Son premier reflexe fut d'agripper les poignets de Lukas, alors que ce dernier était parcouru par de violents frissons et que ses yeux devenaient de ce noir qui les caractérisait tous les deux si bien. Mais Tom n'en avait pas peur, il y plongea les siens et parla lentement.

- Calme-toi. Calme-toi, je suis là, ça va aller.

- Putain,
grinça le plus âgé entre ses dents. J'y crois pas, j'y crois pas, je suis tellement con, elle a...

Sa voix se brisa, et les mains du dreadeux se resserrèrent sur ses poignets.

- Je vais le massacrer, annonça Lukas, l'air de tout sauf plaisanter. Je vais le démonter. Les démonter, tous autant qu'ils sont, ils se sont tous foutu de ma gueule, je vais leur faire payer...

- Tu rien du tout !
Cria Tom, en proie à la panique. Lukas, regarde-moi, regarde-moi et promets-moi que tu n'iras pas là bas.

Son frère secoua la tête, et une larme solitaire roula sur sa joue alors qu'il ne lâchait pas le blond du regard.

- Je dois y aller, je dois faire quelque chose...

- Non ! Non, tu restes là, tu restes avec moi ! T'as pas le droit putain ! Jure-le !


Il s'était lui aussi mis à pleurer et hurlait à la figure du châtain. Ce dernier sembla oublier toute sa colère, et se concentra uniquement sur Tom.

- Okay, okay, je te le promets d'accord ?

Le plus jeune acquiesça et se jeta dans les bras de sa seule famille. Ils s'étouffèrent dans une étreinte emplie de tout ce qu'ils ne disaient pas, mais de ce qu'ils pouvaient ressentir, et qui signifiait beaucoup pour eux. Néanmoins, plus tard, alors qu'ils allaient se coucher, l'un des deux se dit qu'il venait de commettre l'erreur de faire une promesse qu'il ne pourrait pas tenir.

***

Bill venait de passer au garage pour aller prendre un verre en compagnie du dreadeux, et ils avaient finis par rentrer ensemble chez Tom, histoire de faire un peu de musique. Ils avaient beaucoup discuté, Tom ayant eu besoin d'une oreille attentive pour se confier sur tout ça. Bill avait été extrêmement peiné en apprenant ce que son blond avait découvert, et espérait sincèrement que Lukas tiendrait le coup. Tout ça était injuste, moche, et venait s'ajouter à toutes les difficultés qu'il fallait déjà affronter ces derniers temps.

Ils étaient arrivé près de chez les deux frères, mais quelque chose ne fut pas comme d'habitude. La porte d'entrée était ouverte. Bill put clairement voir Tom devenir livide, et se précipiter à l'intérieur, persuadé qu'il était arrivé quelque chose. Que son frère n'avait pas bien claqué la porte, qu'il s'était fait attaquer, n'importe quoi. Il l'appela, complètement paniqué. Avant d'entendre une réponse depuis le salon. Le dreadeux s'était précipité dans la pièce, et s'était littéralement jeté sur son aîné.
Bill avait observé la scène, et quelque chose s'était serré en lui. Il enviait vraiment cet amour particulier que les deux jeunes hommes entretenaient, mais plus que tout, l'absence de famille dans sa vie lui pesait. Et il réalisait un peu plus chaque jour à quel point Tom avait pris une importance unique dans son c½ur, à quel point il avait même totalement envahit la place vide qui le glaçait depuis trop longtemps. C'était étrange, horriblement effrayant, mais tellement agréable. Et son envie de le protéger s'était faite presque violente.

Ils avaient composés, avec la guitare de Tom, la voix de Bill, puis bientôt, avec leurs deux corps emmêlés. Et même si tous deux constataient à quel point l'acte était devenu plus attentionné, plus passionnés, ils n'abordaient toujours pas le sujet. Ils s'étaient simplement séparés ainsi. La soirée arriva, et Tom préféra se coucher tôt, épuisé. Il souhaita une bonne nuit à son frère et grimpa à l'étage.

A peine une heure plus tard, Lukas se retrouvait dehors, déjà plein de culpabilité, mais déterminé. Il devait la voir, il devait mettre un terme à son débat intérieur. Il atteint rapidement la partie Nord, et s'y engouffra, comme anesthésié, complètement imperméable à une quelconque peur. Il n'eut pas à chercher bien longtemps, et malheureusement, ses yeux purent d'eux-mêmes constater ce que son petit frère lui avait appris quelques temps plus tôt. Matthias et Lena étaient contre un mur, à s'embrasser à pleine bouche, ignorant la présence du châtain quelques mètres plus hauts.
Et alors, il ne contrôla plus rien.

Il s'avança vers le couple qui s'était séparé à l'entente des pas, et attrapa Matthias par le col.

- Je vais te tuer, lui cracha-t-il à la figure alors que Lena s'enfuyait plus loin, certainement pour aller chercher du renfort.

- T'en a pas les couilles, répondit l'autre en l'affrontant du regard.

Le regard de Lukas se voila, et il le projeta à terre, laissant toute sa rage exploser. Il frappa. Encore, une fois, deux, puis il cessa de compter, jusqu'à en avoir les mains en sang, jusqu'à ne plus avoir de force et être lui-même plaqué au sol, et roué de coups. Il entendit du bruit, et les coups redoublèrent. Il savait qu'ils étaient plusieurs, trois peut-être, et qu'ils frappaient là où ça faisait vraiment mal. Il sentit un coup de poing dans son estomac qui lui coupa le souffle, puis un autre derrière les jambes qui le remis à terre. Courageusement, il se releva, et s'éloigna. Il ne cherchait pas à fuir, non, il savait que c'était impossible, il se ferait poursuivre. Mais dans un dernier élan de lucidité, il sortit son portable, appuya sur la touche verte qui composa automatiquement le numéro de Tom.

Le dreadeux ne dormait pas, il avait eu ce mauvais pressentiment qui ne l'avait pas quitté, et qui le faisait se retourner dans son lit. Lorsque son portable le fit sursauter, et qu'il vit que l'appel provenait de son frère, il bondit hors de son lit et décrocha.

« Tom ! » Hurla la voix de Lukas. « QG Nord, ils sont trois, ils... »

Mais il n'en su pas plus, le portable du châtain venant d'être réduit à néant par une des brutes, jeté à terre et brisé d'un coup de talon.

Tom resta un instant statique, avant d'enfiler quelque chose à toute vitesse, et de se précipiter dehors. Il courut à s'en brûler les poumons, les pulsations de son c½ur envahissant tout son esprit et l'empêchant de penser, il courut plus vite que jamais, et ne tarda pas à atteindre l'endroit indiqué. Il aperçut d'abord quatre ombres, puis distingua les silhouettes, celle de son frère, courbée, malmenée, et celles de Matthias, David et un autre nordiste.

Puis, tout bascula en l'espace d'une seconde.

Il vit Matthias se baisser, et ramasser ce qui ressemblait à une pierre.

Il s'entendit crier le prénom de Lukas.

Et, au ralenti, il vit son frère se faire frapper en plein visage par la main de Matthias qui tenait fermement la pierre. Le corps de Lukas bascula en arrière, et sa tête heurta le sol dans un bruit sourd.

Le temps s'arrêta, et un hurlement déchira la nuit qui tombait.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.78.121) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Amuna28-fic

    20/08/2011

    Non! Lukas n'est pas mort ?! o_o
    C'est pas possible..... Si c'est le cas Tom n'a plus de famille.... =/
    Il pourra juste compter sur Bill

  • chaos87th

    06/02/2011

    Putain mais qu'elle connerie, il n'a pas été faire Luka à partir seul là bas.
    Bill devrait savoir que tout le monde à ses faiblesses et que lui aussi.

  • zyngao

    13/06/2010

    oh my god que ce passe t'il trop d'émotion pourvu que le pire ne soit pas arriver pitier Tom va se retrouver seul heureusement il a Bill mais bon ce n'est pas pareil a+

  • ConfeSsiOn-Of-Tom

    24/02/2010

    Oh' putain !!!

  • Giffolies

    30/11/2009

    Aïe depuis le debut je savait q'un truk kom sa aller ariver et je craint le pire vraiment

  • bountyaoi

    18/10/2009

    UNSYYYYYYYYYYYYYYYYYYY
    T'as trop horrible tu peux pas me faire ca :_______________________________:
    pitiéééééééééééééééééééé *se pend*
    A mais non mais non mais noooon ;_;
    J'aime trop la relation Bill/Tom aaaaw argh gugu *o*. Mais arrete de faire souffrir Tom é_è sil te plait é_è et jte ferai un gros bisous é_è
    T_____________________________T

  • cacahuete-th

    17/10/2009

    oh putain.....
    non pauvre Tom!!! et lukas aussi putain c'est nul!!!
    nonononon faut pas que ça fasse sa!

  • laura67

    17/10/2009

    Que va-t-il arriver à Lukas ? Que va faire Tom ?
    Qui était le gars blond qui était dans le bar ? Gus ?
    Un ami de Bill ?
    Vivement la suite.

  • chibi-hilie

    16/10/2009

    C'est ma photo euh et les autres je les emmerdeuh =p

  • Mmh-ouiii-aaaah-encore

    16/10/2009

    Hallo,

    ... tu sais quoi ? Je suis rassurée parce-que Lukas ne va pas mourir xD
    Ben oui tu m'as dit que c'était pas triste donc je te crois =)
    Puis t'as pas interêt à la faire mourir ... ^^

    SInon et bien chacun son tour pour les crises ...
    Lena aaaaah je la déteste è_é
    M'enfin ... encore un commentaire cours désolée =S

    Puis, mmmmh ! A oui, j'adore la manière dont évolue la relation de Bill & Tom
    C'est mignon ... vraiment !
    Bobo Lukas =/

    Küssss !
    [J]ack²

Report abuse