Stay Alive - Epilogue

Epilogue
 
Le jeune homme soupira  une énième fois en se lançant un regard dans la glace face à lui. Il était nerveux, oui, mais étrangement, pas à cause de ce qui allait arriver d'ici peu de temps. Il n'arrivait pas à décider de quelle façon il allait dissimuler ça. Maquillage ? Non, ça ne marcherait certainement pas. Alors le plus simple restait de bien boutonner sa chemise jusqu'en haut, bien qu'il ne se sente pas très à l'aise de cette façon. Il pensa avec amusement un instant qu'il allait peut être s'évanouir au moment fatidique, avant de se ressaisir. Le stress lui faisait vraiment imaginer n'importe quoi. Un petit bruit dans son dos le sortit de ses pensées, et bientôt deux bras vinrent s'enrouler autour de sa taille. Un nouveau soupir lui échappa, mais de soulagement cette fois. La chaleur et l'odeur de Tom l'enveloppèrent, détendant tous ses muscles un à un.
 
« Tu ne devrais pas être là, ça porte malheur, » marmonna Bill en laissant tomber sa tête en arrière, contre l'épaule du tressé.

« Tu crois à ces trucs là ? Tu n'es pas une jeune mariée, mon chéri. »

« Ce n'est pas parce que je suis un mec que ça ne porte pas quand même malheur ! Je refuse de commencer mon mariage de cette façon. »

Tom le força à se tourner vers lui et sourit. Il lui caressa doucement la joue.

« Je pense que tu es la personne la plus chanceuse que je connaisse, après moi. »

« Ah oui ? »

« Moi d'être sur le point d'épouser l'homme que j'aime, toi d'avoir de beaux poumons tout neufs pour pouvoir me dire oui. » Il se pencha et déposa un baiser sur les lèvres du brun.

« Tom, tu es tellement guimauve des fois, » s'amusa ce dernier en se retournant vers le miroir. Il y croisa le regard pétillant de son futur époux posté derrière lui et ne pu retenir un sourire.
 
Néanmoins, les sourcils de Tom se froncèrent.

« Quoi ? » S'inquiéta Bill. « J'ai quelque chose qui ne va pas ? »

Tom secoua la tête et, passant ses bras autour des épaules de l'androgyne, il déboutonna le haut de sa chemise.

« Non, Tom, je... »

« Pourquoi est-ce que tu la cache ? »

En effet, bien visible puisque encore rouge, la cicatrice témoin de l'opération qu'avait subit Bill quelques mois auparavant se retrouva exposée. Le jeune homme baissa les yeux, les joues rougies par la gêne.

« C'est horrible. Vraiment trop moche. »

Tom soupira, puis pris le visage de Bill entre ses mains.

« C'est tout sauf horrible, Bill. C'est la marque de ta survie. C'est une chance inouïe que toi tu as eu, toi et pas les autres. Sois en fier plutôt. C'est le seul sentiment qu'elle devrait te donner, la fierté. »

Soudain, le plus jeune se sentit bête. Tout ça été vrai, malgré l'aspect peu esthétique de la cicatrice, elle était bien plus qu'une simple marque dans sa chair. Tom avait raison, il avait eu tellement de chance d'avoir été choisi pour recevoir cette greffe... Il sentit la main de son futur époux passer sur son torse, tracer doucement la cicatrice, puis bientôt y poser ses lèvres. Il ferma les yeux.

« Tu as raison, » murmura-t-il.

« J'ai toujours raison. » Conclu Tom avec un sourire et en embrassant son homme. C'est ce moment que choisit Simone pour entrer dans la pièce.

« Tom Trümper, jeune homme, si tu ne sors pas immédiatement, je te botte les fesses, peu importe à quel point tu peux être un gendre idéal. Plus vite que ça ! Tu ne voudrais pas que ce mariage se termine avant même d'avoir commencé ! Ça porte malheur ! »

Le tressé étouffa un rire, c'était bien la mère de Bill, sans aucun doute. Ce dernier pouffa aussi, puis après avoir volé un dernier baiser à son promis sous le regard noir de sa mère, il le laissa partir pour finir de se préparer.

« Tu es magnifique, » le complimenta Simone en arrangeant son col. Elle eut un petit sourire en constatant que la chemise de son fils était un peu ouverte en haut.

« C'est Tom qui m'a dit de ne pas cacher... Ça, » s'empressa de justifier Bill, n'ayant pas vraiment envie que sa mère se fasse des idées.

« C'est une très bonne chose, il a raison. Sans "ça", tu ne serais plus là mon chéri. »

« Je sais Maman. »

« Et aujourd'hui tu te maries ! Comme quoi, parfois, il y a un peu de justice dans ce monde. »

L'androgyne hocha la tête avant de prendre sa mère dans ses bras. Un souvenir s'imposa alors à lui, une chose à laquelle il n'avait pas repensé depuis un moment.
 
Tom était nerveux, il ne cessait de bouger et de jeter des coups d'½il furtif autour de lui. Bill faisait claquer ses ongles sur le bar dans la cuisine contre lequel il était affalé en l'observant. Il savait que son amoureux lui cachait quelque chose, depuis plusieurs jours, mais il n'arrivait pas à savoir quoi. Et pour être honnête, il s'en amusait en ce moment même, conscient d'empirer l'état de stress de Tom à le fixer ainsi. Il soupira bruyamment, provoquant un petit sursaut de la part du plus âgé, puis étouffa un rire. C'était vraiment amusant, peu importe pour quelle raison il était aussi tendu. Il compta mentalement les secondes. 3, 2, 1...

« J'ai quelque chose à te dire, » annonça Tom, pile quand Bill l'avait prévu. Il se rendit compte qu'il connaissait vraiment son petit ami par c½ur maintenant.

« Sans vouloir te vexer, je le savais, » répondit-il en s'approchant du tressé.

« Ah bon ?! » s'écria Tom, l'air affolé. « Tu... Tu sais ce que... ? »

« Hey, calme-toi, » dit Bill en fronçant les sourcils. Était-ce possible que ça soit grave ? « Je me doutais juste que tu allais me dire quelque chose, tu es tellement nerveux... »

« Ah, oui, d'accord. Hum. »

L'androgyne commença vraiment à s'inquiéter. Il avait peut être sous estimé le problème. Il ne se souvenait pas d'avoir déjà vu Tom ainsi, sauf peut être lorsqu'il revenait de ses rendez-vous à l'hôpital et qu'il se faisait harceler par le tressé pour qu'il lui dise que tout allait bien.

« Euh, en fait j'y pense depuis un moment, mais je pense que c'est le bon jour, » s'expliqua tant bien que mal Tom. « J'ai un peu peur, en fait. »

« Tom, qu'est-ce qu'il se passe ? Tu me fais peur aussi... »

Le jeune homme se gratta la tête, avant de souffler un bon coup et de se mettre à genoux. Le sang de Bill se glaça, et il comprit immédiatement.

« Tom... »

« Bill, » le coupa Tom, sérieux et ému. « Je t'aime. Je t'aime depuis cinq ans, et j'ai l'impression que je ne réussirais plus jamais à aimer qui que ce soit d'autre de cette façon. Je n'ai jamais aimé ainsi avant toi. Et je veux me lier à toi pour toujours. Alors... Je veux te le prouver ainsi. Bill, veux-tu m'épouser ? »

L'androgyne eut l'impression d'avoir le souffle coupé. Il s'était imaginé un tas de scénarios plus catastrophes les uns que les autres, mais alors ça, non. Son c½ur s'emballa, bien sûr que ça lui faisait quelque chose, c'était la première fois qu'il recevait une aussi belle déclaration. Mais quelque chose l'empêcha de sautiller sur place en hurlant « oui ! » et de se jeter sur Tom. Quelque chose qui se vit sur son visage, puisque son petit ami déchanta aussitôt.

« Tu ne veux pas, » articula-t-il doucement en se relevant. « Je savais que c'était trop tôt, merde, j'ai tout foiré, tu vas m'en vouloir maintenant, quel con, je suis... »

« Arrête, » lui intima Bill en lui posant une main sur la bouche. « Tu n'y est pas Tom. Je... »

Il se stoppa un moment, ayant du mal à s'exprimer. Il ne voulait pas blesser Tom, vraiment pas, alors il prit le temps de bien réfléchir avant de dire ce qu'il avait sur le c½ur.

« Je ne veux pas que tu m'épouses parce que tu sais que je vais mourir, » annonça-t-il, la voix brisée. « On ne doit pas se marier par désespoir, par peur de ce qu'on sera demain. Je n'ai pas besoin de ça pour t'aimer plus que ma vie. Tom, regarde-moi. »

Le tressé avait les yeux rivés sur le sol depuis les premiers mots du brun. Il sentit les mains délicates de son amoureux lui caresser le visage.

« Tu es le seul à qui je pourrais dire oui, tu le sais. Mais je sais aussi qu'on ne voit pas les choses de la même façon, et que si je n'avais pas été malade, jamais tu ne m'aurais fait une telle proposition si tôt. Est-ce que tu comprends ? »

Tom releva doucement la tête. Ses traits exprimaient clairement une grande déception et une grande tristesse, néanmoins dans ses yeux, Bill pouvait lire un amour puissant et beaucoup de compréhension. Il passa ses bras autour de lui et plongea son nez dans le torse de Tom. Ce dernier lui rendit son étreinte, sans un mot. Il n'y avait rien à dire de plus.


« Oui, je le veux. »

Les mots clairs et parfaitement articulés retentirent aux oreilles de Tom comme une douce chanson et un feu d'artifice éclata dans son ventre.

« Vous pouvez vous embrasser, » déclara le maire.

Ils ne se firent pas prier, et échangèrent un tendre baiser sous les applaudissements de leurs familles.

« J'ai eu peur pendant une seconde que tu changes d'avis, » chuchota Tom à l'oreille de son époux en souriant.

Bill lui rendit son sourire, amusé d'avoir justement repensé à la demande de deux ans plus tôt. Les choses avaient tellement changées. Pas seulement avec l'opération, mais entre eux aussi. Ils avaient pensé être arrivés à la fin de leur histoire, avoir perdu face à la maladie. Au final, et certainement grâce à l'incroyable force de leur lien, ils s'étaient battu, l'un pour survivre, l'autre pour lui en donner la force. Après toutes ces épreuves, ils étaient fin prêt à profiter pleinement, l'un avec l'autre.
 
Deux jours de fête plus tard, ils décollaient vers les Antilles, première destination d'un long voyage qu'ils avaient entrepris. Ils allaient découvrir le monde et réaliser leurs rêves ensemble. Dans un seul et unique but.
 
Se sentir vraiment vivant.
 



Demain, on ne sait jamais
Si c'est encore loin ou bien trop près
On se dit qu'on aura tout le temps
Demain on s'attend à tout
Devenir quelqu'un ou devenir fou
Aujourd'hui c'est moi qui grandis

Ca me plait de plus en plus
Ca me blesse de moins en moins
Comme si l'amour avait fait le saut de l'ange

Je suis en vie
Ca n'a pas de prix
Ca n'est pas a vendre
Je suis en vie
Je respire et j'espère
Que tu seras tendre

Demain entrer dans la ronde
Sur la planète terre
Etre un homme du monde
Ca parait si proche tous ces cris
Demain il sera trop tard
Comment demander de l'aide
A chaque idée noire
Je le sais, enfin
Aujourd'hui

♬ ♪




« Se promettre des choses à soi-même est le plus dur des défis.
Le plus beau est de les relever.
»
Grégory Lemarchal

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.78.121) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Visiteur

    09/04/2017

    Wahou c'était juste wahou

  • Visiteur

    07/10/2016

    J'avais pas remarqué que c'était pas une deathfic j'ai eu tellement peur mon dieu

  • Visiteur

    03/11/2015

    J'ai bien pleurée .. Magnifique

  • Heili

    30/08/2015

    Hello,
    Je suis tombée sur ton blog - que j'avais déjà découvert étant plus jeune - et est relu la plupart de tes OS et fictions.
    Mais je dois dire que dans celle ci tu te surpasses largement.
    Les moments de flashback incluent à l'histoire nous transporte littéralement dans le contexte de celle -ci, de l'amour que porte Tom envers Bill, ainsi que son déni total face à la maladie de l'être qu'il aime. J'aime ta façon d'amener les choses doucement dans ta manière décrire et de décrire les situations, c'est frais, poignant et très émouvant -oui j'ai pleuré comme une madeleine. Je ne sais pas si tu as vécu pareille situation personnellement mais je te tire mon chapeau, vraiment ! J'aime beaucoup cette phrase qui dit " Il ne faut pas dire que l'espoir est mort, ca ne meurt pas l'espoir." Tu nous a démontré sans cette mini-fiction que tout était encore possible dans la vie. Que chaque minutes comptent.. Non vraiment, tu as réussi ta mission..

    Alors comme dirait Valérie Trierweiler : "Merci pour ce moment"...

  • michelle32

    01/07/2015

    J'ai hésité à la lire, le titre m'a un peu effrayé et puis finalement je me suis lancée.Cette fiction est très belle, on ressent pleinement l'amour de Bill et Tom, ils s'aiment tellement c'est magnifique et terrifiant aussi. Bon là encore t'as prévenu rapidement que ça ne serait pas une death fiction, du coup, j'ai été moins stressé lors de ma lecture, mais ça n'empêche pas d'être triste pour eux. J'essaye d’imaginer ce que ça doit être pour ceux qui vivent véritablement ça...

    Bref, merci pour cette histoire plein d'amour et d'espoir.

  • Smissou-TH

    02/02/2014

    Cette fiction est tout simplement magnifique...
    Même si j'étais prévenue que ce n'était pas une death fic, tu arrives à nous faire ressentir de l'angoisse jusqu'à ce qu'on sache que Bill sera sauvé. C'est vraiment beau, j'adore la façon dont tu écris...
    J'ai adoré.

  • Marine-Lectrice-FanFic

    02/12/2013

    Bravo ! Je suis en larmes ... Merci pour cette fiction :)

  • vive-les-TH

    29/07/2013

    trop beau !! pendant un instant, j'ai cru que Bill allait mourir ! tu es sadique de nous faire croire sa ! mais je te pardonne vu la fin que tu nous a posté !

  • secret--yaoi

    29/05/2012

    J'adore cette mini fiction!! Elle est trop belle, triste et pleine d'espoir! Et puis aussi j'aime beaucoup la façon dont elle est écrite avec tous les petits flash back au fur et à mesure de l'histoire! Comme j'aime bien les rencontres, on a quand même le récit de leurs rencontre, comment ils sont tombé amoureux et tout à travers les flash back et en même temps le présent où on voit à quel point ils s'aiment des années après et tous le combat contre la maladie c'est beaux!

  • FicHistoryTh

    23/02/2012

    Super fiction ! Une histoire touchante, magnifiquement bien racontée et une fin qui ne gâche rien ! J'ai adoré du début à la fin !

Report abuse