Fast and Furious - Chapitre 2

Chapitre 2

Une tasse de café entre les mains, Tom faisait les cent pas. Un homme au crâne dégarni, et légèrement bedonnant lui posa une main sur son épaule, lui intimant d'arrêter.

« Tu me donnes le tournis. Donc, si j'en crois ton rapport, il est bon. »

« C'est au-delà de ça, » répondit le jeune homme, nerveux. « Il vit pour ça. Il est complètement... Obsédé par ça. »

« Je vois. Tu en es où sinon ? Ils te font confiance ? »

Tom soupira.

« Chef, si vous ne me laissez pas le temps, je vais me faire flinguer. Ils ont une haine, non, pire que ça, une aversion pour les flics... Alors s'ils me grillent, je suis mort. »

« Je sais bien, je sais bien... Mais on me demande de nouveaux éléments, tu sais ce que c'est. »

Tom hocha la tête. Il savait en acceptant ce boulot qu'il allait devoir prendre des risques, et donner des résultats rapidement. Seulement il n'avait pas imaginé l'ampleur du monde dans lequel il tentait de se fondre. Ni le danger qui lui planait au dessus de la tête.

« Ecoute le jeune, je sais que tu as déjà beaucoup de pression sur les épaules, » reprit le patron de Tom. « Je vais essayer de calmer les choses de mon coté, mais du tien, il va falloir donner un coup d'accélérateur. »

L'intéressé acquiesça en croisant les bras.

« Donc tu l'as sauvé, c'est un bon point, » enchaîna-t-il. « Et après, qu'est-ce qu'il s'est passé ? »
Tom soupira à nouveau. Il ferma un instant les yeux, et se rappela cette soirée où il avait récupéré Bill quelques jours plus tôt, juste à temps pour lui éviter de plus graves ennuis.


Bill indiqua une maison à Tom, et ce dernier se gara devant, avant de couper le moteur. Ils étaient restés assez silencieux durant le trajet, se jetant mutuellement un coup d'½il de temps à autre. Tom observa les légères blessures du brun, qui avaient maintenant arrêtées de saigner.

« J'ai connu pire, » déclara Bill, ayant remarqué le regard insistant de son chauffeur. « Ca pique un peu, mais dans deux jours ça aura disparu. »

Tom ne répondit pas. Il continuait de regarder le visage de l'androgyne, troublé. Face au silence, le sujet de sa contemplation, mal à l'aise, finit par déclarer en ouvrant sa portière :

« Bon, viens, on va se trouver des bières. »

Ils laissèrent la voiture et entrèrent dans une maison où il semblait régner une certaine agitation. Tom ne pouvait s'empêcher de poser les yeux partout. C'était sobre, chaleureux, et pas très grand. Une maison banale, en soit, avec en plus une pointe d'on ne sait quoi qui donnait envie d'y rester un moment.

« C'est sympa chez toi, » siffla Tom.

« On y vit pas trop mal, c'est vrai, » lui répondit Bill en souriant, avant de tourner la tête vers le salon. Alex, son frère, venait de se lever d'un bond en entendant la porte claquer et les voix dans l'entrée. Il s'approcha, suivi des quelques personnes que Tom avait vues avant la course. Ils restèrent à se regarder sans rien dire, puis Bill fit un geste de la main, comme pour effacer ce qui venait d'arriver.

« Je suis content que vous alliez bien, » déclara-t-il d'une voix tout de même froide.

« Qu'est-ce qu'il fout là ? » Grogna Greg en désignant Tom du menton, une bière à la main.

Bill, qui avait commencé à se retourner pour aller vers la cuisine, fit volte-face, le regard noir.

« Il est là parce qu'il est venu sauver mon cul, pendant que vous sauviez le votre. »

« Bill, » coupa Emilia, la voix douce. « Tu sais que c'est la règle. On ne pouvait rien faire, il y avait des flics partout. »

« On devrait peut être revoir nos règles, dans ce cas, » répondit sèchement le brun avant de quitter la pièce.

Tom resta un instant planté là, puis fit un mouvement pour suivre Bill, quand il sentit une main lui attraper doucement le bras. Il croisa le regard d'Alex.

« Merci de l'avoir ramené sain et sauf, » lui dit-il, les yeux ancrés dans les siens.

« Je... Euh, de rien, » répondit maladroitement le tressé avant de s'échapper de la pièce, pas mécontent de ne plus être fusillé du regard par Greg. Il retrouva Bill dans la cuisine, qui lui offrit la bière promise. Ils trinquèrent, avant de boire une gorgée.

« Ils sont ma seule famille, » déclara Bill au bout d'un moment. « C'est pour ça que j'ai du mal à leur en vouloir. On a élaboré ces règles il y a des années, pour s'éviter trop d'ennuis. Mais si un mec comme toi (il désigna Tom du doigt avec un sourire), qui sort de nulle part et qui se débrouille pas mal au volant, si même toi qui ne me doit rien, tu trouves le moyen de venir m'aider... Alors eux aussi auraient pu le faire. »

« C'est ma façon de voir les choses, » répondit Tom d'une voix douce. « J'ai des principes. Et ne pas laisser un mec dans la merde en fait partie. »

« Ce sont de bons principes alors. »

Ils se sourirent. Le ventre de Tom se tordit légèrement, et une douce chaleur l'enveloppa.

« Tu es engagé. »

Tom leva les yeux qu'il ne se souvenait pas avoir baissés, et leva un sourcil. Bill s'expliqua.

« C'est bien pour ça que tu es venu me voir, pas vrai ? Et cette course... Tu sais faire des choses, et je n'avais personne d'autre sous le bras. Tu feras l'affaire. »

« Dis plutôt que je t'ai bluffé et que tu serais prêt à payer pour m'avoir, » dit Tom avec un sourire suffisant. « Je savais que je te plairais. »

« Qui a dit que tu me plaisais ? » La voix de Bill s'était faite plus aguicheuse, et Tom sentit sa peau se recouvrir de frissons. « Je te parle d'un job. »

Tom haussa les épaules et répondit :

« Alors on va dire que c'est en bonus. »

Ce petit jeu semblait beaucoup amuser l'androgyne, et on pouvait même parler de flirt naissant. Néanmoins, sentant qu'il s'aventurait sur un chemin dangereux, Tom finit sa bière et la posa sur la table avec un regard d'excuse.

« Je vais y aller, il est tard. Et puis je ne voudrais pas que Greg finisse par faire un ulcère à cause de ma présence ici. »

Bill eut un petit rire.

« Ca te ferait trop plaisir. »

Tom prit une pose dramatique, puis sourit largement.

« Peut être bien. Alors, à la prochaine, Bill. »

« Je te ferais savoir quand j'en aurais besoin. Au revoir, Tom. »

Il s'approcha et l'embrassa doucement sur la joue. Tom s'empressa de quitter la maison sans adresser un regard au reste des personnes présentes, et une fois assis dans sa voiture, il toucha doucement l'endroit où Bill avait posé ses lèvres. Il secoua la tête. Il ne fallait pas perdre de vue son objectif. A cette idée, son estomac se tordit désagréablement, et il pressa l'accélérateur, faisant partir son bolide dans un grondement sourd.


Tom se mordilla le pouce une fois son récit achevé. Bien entendu, il avait préféré garder certains détails pour lui, conscient que cela pouvait lui nuire auprès de son supérieur. Ce dernier se gratta le menton, l'air soucieux.

« S'ils sont aussi liés, ça risque d'être difficile. »

« Qui ? » Demanda Tom d'une voix tendue.

« Bill et ses amis. Qui d'autre veux-tu que ce soit ? »

« Non, personne, bien sûr. Ils ont leurs failles, d'après ce que j'ai pu voir. Mais ils sont très loyaux les uns envers les autres, malgré ce qu'il s'est passé l'autre soir. »

« Tom, j'espère que tu ne te laisses pas attendrir. »

Le jeune policier fixa son patron un instant, prenant un air rebuté.
« C'est pas mon genre. Mais je ne sais pas encore s'ils sont ceux qu'on cherche. Ils n'ont pas des profils de tueurs. »

« C'est ce qu'on verra, » conclut l'inspecteur, et il tapa amicalement l'épaule du garçon avant de faire un geste qui signifiait que Tom pouvait disposer. Celui-ci ne se fit pas prier, et quitta discrètement le commissariat.

Il s'installa au volant de sa voiture, et y posa son front, soufflant avec force. Cette histoire le rendait très nerveux. Il avait du mal à dormir, et il était constamment sur ses gardes depuis le début de tout ce bordel. Il attrapa un dossier que son patron lui avait remis, et feuilleta une nouvelle fois les rapports qu'il avait déjà lus et relus. On pouvait y trouver des photos de voitures complètement détruites, écrasées comme de vulgaires jouets. Puis les photos de quelques hommes, tous d'âge adulte quoi qu'encore jeunes, les défunts conducteurs de ces taules froissées.

L'affaire prenait dernièrement une ampleur incroyable. Ces personnes, toutes retrouvées mortes et pratiquement impossibles à identifier, étaient déjà décédées avant de se crasher, d'après les autopsies. Ils avaient ingéré un poison auparavant. On avait cherché à se débarrasser de ces gens sans laisser de trace, et c'était efficace. Mais pourquoi ?

C'est ainsi que Tom s'était retrouvé chargé d'infiltrer le milieu des rodéos, le nom donné à ces courses de voitures nocturnes tellement populaires, et particulièrement le petit groupe dont Bill était le centre, suspecté d'être à l'origine des meurtres. En effet, et c'est d'ailleurs de cette façon que Tom avait pu les approcher, ils semblaient rechercher de façon régulière des pilotes durant les affrontements dont Tom avait été témoin et acteur. Mais le peu qu'il avait pu découvrir lui semblait totalement écarter cette hypothèse. Bill était déterminé, un gagnant, un pilote hors pair. Mais un assassin ? Le tressé ricana seul en pensant que Greg, lui, avait le profil parfait.
Son portable le coupa dans ses réflexions. Un texto de Bill lui indiquait un endroit et une heure. Il ne put s'empêcher de sourire, alluma le moteur, et se rendit près du point de rendez-vous pour y attendre son mystérieux suspect.

***

Après un crochet pour avaler un sandwich, Tom s'était rendu vers l'endroit que Bill lui avait indiqué (une piste déserte, certainement abandonnée depuis un moment), en avance. Ainsi il fut assez surpris d'apercevoir l'androgyne déjà là, accoudé contre sa voiture, une clope au bec. En le voyant, il jeta le mégot et sourit largement. A nouveau, le c½ur de Tom s'envola. Il se maudit intérieurement pour ça, et s'approcha.

« J'aime les gens ponctuels, » lui lança Bill en guise de bonjour.

« Je pensais être en avance... »

« Tu l'es. C'est moi qui suis venu un peu plus tôt, juste par curiosité... »

« Je vois. Et bien j'espère que ta curiosité a été satisfaite. »

« Complètement. Comment se porte ma voiture ? » Demanda-t-il joueusement en désignant la voiture de Tom du menton.

« Ma voiture va bien, merci de t'en inquiéter, » répondit le tressé en souriant.

« C'est ça, fais le malin. C'est bien parce que tu vas en avoir besoin que je te la laisse. Mais n'oublie pas qui a gagné. »

Il lui envoya un clin d'½il qui mit le c½ur de Tom encore plus à l'épreuve. Puis il lui désigna le véhicule, lui intimant d'y entrer. Ils s'installèrent tous les deux dans la voiture de Tom, ce dernier au volant. Il se sentait nerveux. Conduire contre Bill était une chose, conduire avec lui en était une autre. Il lui lança un regard en biais, attendant de savoir ce qu'on attendait de lui. Bill se cala confortablement dans son siège, et annonça en regardant Tom droit dans les yeux :

« Bon, tu as montré une certaine détermination à vouloir conduire pour moi, ce que j'apprécie, alors voilà, tu as réussi. Maintenant, tout ce que tu as à savoir, c'est moi qui vais te le dire. Et ça se résumera à des conseils, donc tu ne poses aucune question. Si tu as un problème avec ça, tu peux te barrer tout de suite. »

Ne sachant pas quoi dire, Tom hocha simplement la tête. Visiblement satisfait, Bill continua.

« Le but est de faire de toi le meilleur pilote possible. Tu as beau avoir un égo assez large et un peu de technique, tu n'es pas aussi bon que je le voudrais. Il faut que tu saches que j'entends par là de longues heures à travailler, et bien sur tu n'es pas autorisé à t'en plaindre. »

« Tu sais comment rendre les choses sympas toi, » répondit Tom en riant légèrement.

« Je préfère que tu saches à quoi t'attendre tout de suite, » lui dit Bill en haussant les épaules, toujours ce mystérieux sourire aux lèvres. « Alors, toujours partant ? »

« Toujours. Encore plus. »

« Parfait. Démarre le moteur alors, et allons-y tout de suite. »

Tom rentra chez lui trois heures plus tard, épuisé mais néanmoins satisfait. Bill semblait s'être un peu détendu et être légèrement moins sur ses gardes vis-à-vis de lui. Et puis il avait tout de même réussi la première grande étape de son infiltration : être accepté comme pilote. Il entra dans son petit appartement, après tout il ne gagnait pas tant d'argent que ça, et de toute façon ça lui suffisait pour lui seul. Il ressentit un profond soulagement en se débarrassant de son tee-shirt et de ses chaussures. Il se laissa tomber sur son lit, soupirant longuement. Tout se mélangeait. L'enquête, son rôle dans toute cette histoire, les yeux de Bill, les meurtres, les courses, le sourire de Bill... Il ferma les yeux avec force, essayant de se concentrer. Mais c'était plus fort que lui.

Ce mec le fascinait, il l'attirait irrésistiblement, et il risquait surtout de le foutre en l'air. Il appuya ses mains sur son visage. Dans quelle merde était-il en train de se mettre ? Son patron avait raison, il se laissait attendrir, pour la première fois depuis qu'il faisait ce job. Pourtant il avait déjà quelques affaires à son actif, des petites interventions, et jamais il n'avait ressenti une quelconque affection pour ses suspects. Il était un bon flic, le genre qui peut monter en grade en peu de temps et avoir une vie sans inquiétude. Seulement il semblait que Tom était aussi du genre à se fourrer dans les histoires louches et à s'y plaire. Il savait pertinemment qu'il allait avoir des problèmes, le simple fait d'avoir caché une partie de sa soirée chez Bill à son supérieur lors de son rapport était une première étape.

Il secoua la tête, énervé contre lui-même. Non, il n'allait pas tout gâcher pour un mec, aussi mignon et fascinant soit-il. Peut-être flirtait-il avec le responsable de l'assassinat froid et cruel des pilotes engagés, peut-être était-il en train de s'amouracher d'un manipulateur qui n'hésiterait pas à le tuer à la moindre occasion. Tom sombra doucement dans le sommeil, des images teintées de sang derrière les paupières, les poings serrés.

Il fut réveillé deux heures plus tard par son téléphone. Il grogna, tâtonnant pour trouver son portable, et décrocha, pas franchement heureux d'être tiré du repos dans lequel il avait eu tellement de mal à se plonger.

« Allo ? »

« Excuse-moi de te déranger, Tom, mais j'ai pensé qu'il serait plus simple de t'appeler à cette heure ci, c'est moins dangereux. »

C'était son patron. Tom se redressa doucement dans son lit, se frottant les yeux.

« C'est bon, je suis réveillé. Je vous écoute. »

« On a du nouveau. En se renseignant un peu sur les victimes, on a découvert qu'elles étaient toutes décédées après un laps de temps égal passé chez Bill et les autres. Entre le recrutement des pilotes et leur mort, il y a eu systématiquement huit mois. Il semblerait qu'on ait affaire à une bande très bien organisée. »

« Pourquoi huit mois ? Ecoutez Chef, j'ai vu Bill tout à l'heure, et il m'a donné des consignes, c'est assez flou, mais si ça peut faire patienter, j'ai encore besoin de temps... »

« Dis-moi, je vais essayer de faire ce que je peux de mon coté. »

Le tressé s'empressa de rapporter sa soirée à son supérieur, l'interdiction formelle de poser des questions, l'annonce d'un entrainement difficile et fastidieux, dans le but de faire de lui le meilleur conducteur possible. L'homme écouta sans broncher, et une fois que la voix de Tom se tut, il répondit calmement :

« Je leur avait bien dit qu'avec une infiltration, il ne fallait pas s'attendre à avoir des preuves immédiatement. Il faut du temps pour ces choses-là, c'est suffisamment dangereux comme ça. C'est très bien, Tom, je compte sur toi pour continuer et rester prudent. Prends le temps qu'il faudra, j'assure tes arrières. »

« Merci, Chef. De me faire confiance, vous savez, avec cette histoire l'année dernière... »

« Ah, penses-tu. J'ai été jeune moi aussi, et ce n'est pas à cause d'un petit échec que ta carrière allait s'arrêter. Tu es quelqu'un de loyal, et c'est une qualité essentielle. Allez, dors bien, je te rappellerais bientôt, n'essaye pas de me contacter, sauf en cas d'urgence. »

« Bonne nuit, Chef. »

Tom raccrocha, pensif. L'année passée, un suspect qu'il avait pour mission de surveiller s'était fait tuer avant qu'on ait pu l'interpeller. Il avait passé deux mois sur cette affaire, et à cause d'une erreur d'inattention, sa couverture était tombée et un autre flic averti juste à temps avait descendu le suspect avant que ce dernier n'abatte froidement Tom. Il s'en était fallu de peu, et le tressé avait écopé d'une mise à pied pendant quelques semaines pour ça. C'est pour cela qu'il n'avait pas le droit de se louper, cette fois. Son avenir tout entier dépendait de ce dossier, de cette infiltration.

Il n'avait pas droit à l'erreur.

***

Un mois s'écoula, si rapidement que Tom fut extrêmement surpris lorsqu'il le réalisa. A vrai dire, il n'avait pas eu l'occasion de regarder les jours passer. Bill et lui s'étaient vu presque chaque jour pour des entrainements de quelques heures, souvent en soirée. Il ne lui avait pas menti lorsqu'il lui avait parlé de travailler dur et longuement. Mais les progrès de Tom étaient incroyables, et il avait plus appris en un mois qu'en une vie sur le pilotage et sa façon d'appréhender la piste, les autres conducteurs, la vitesse. Et il en avait aussi appris beaucoup sur Bill. Ils ne s'étaient pas vu seulement durant leurs cours ensemble, mais aussi en dehors, lorsque Tom avait été invité à nouveau dans la maison du premier soir, celui de la course. Bien entendu, cela incluait de voir le reste de la bande, y compris Greg, qui ne se faisait toujours pas à la présence du tressé. C'est d'ailleurs ce qui l'inquiétait, il avait bien noté que Bill et Greg étaient très proches, comme des frères. Et si le gorille l'accusait d'être un traitre ? Un pourri de flic ? Il n'en faudrait pas plus pour que tout s'arrête.

Tom avait donc pu les observer, analyser leurs différents comportements et leur façon d'interagir entre eux. Et la seule impression qu'il en tirait jusqu'ici était celle d'une famille, avec ses problèmes, ses disputes, ses désaccords, mais surtout son unité et son amour inconditionnel. Ils s'adoraient tous, et on pouvait facilement deviner qu'ils n'hésiteraient pas à faire don de leur vie pour sauver celle de l'un des leurs. Ainsi, plus les jours passaient, moins Tom avançait. Alex, le frère de Bill, était extrêmement intelligent, très doué pour la mécanique. Greg avait un véritable rôle de canalisateur d'énergie, capable de régler les conflits et de stopper les embrouilles, malgré son tempérament sanguin. Emilia, la jolie jeune femme, cachait bien derrière sa beauté un courage incroyable, une très grande gueule, et un don pour la conduite qui était peu commun. Jin et Liliana prenaient soin des quatre autres, jouant un peu le rôle de parents, mais eux aussi prenaient volontiers le volant, même si Jin avait un penchant pour la technique plus que pour la vitesse.

En soit, rien ne laissait penser à Tom que ces gens droguaient de pauvres mecs et les envoyaient ensuite s'écraser contre un mur. Et c'était d'autant plus frustrant qu'il n'avait aucune autre piste. Il avait bien été recruté par Bill, puis entrainé, alors où se trompait-il ? Qu'est-ce qui lui échappait ?

« Tom ? »

La voix de Bill, justement, le tira de ses pensées. Il remarqua que la clope qu'il était sortit fumer était presque entièrement consumée.

« Est-ce que ça va ? »

Tom hocha la tête. Le ton inquiet de l'androgyne lui fit chaud au c½ur. Etait-ce possible de feindre l'attention et l'attachement aussi bien ?

« J'avais besoin de prendre un peu l'air. Ton frère est presque trop enthousiaste, ça m'a fait mal au crâne. »
Ils rirent tous les deux.

« C'est normal, il veut que cette voiture, ta voiture, soit parfaite. Alex a toujours été comme ça. Même quand on était plus jeunes... »

Il se stoppa, comme s'il venait de réaliser qu'il parlait de quelque chose de trop personnel. Tom ne releva pas, jouant parfaitement son rôle. Il esquiva habilement :

« Je pense qu'elle sera géniale. J'ai hâte de l'essayer. »

« Justement, c'est de ça que je viens te parler. On dirait bien que ces dernières semaines à supporter mes remarques et mes engueulades vont finalement payer. Tu vas faire une course. »

Le visage de Tom s'illumina sans qu'il ait besoin de faire semblant.

« Sérieux ? Quand ? C'est génial Bill ! »

« Quel enthousiasme, tu peux parler d'Alex, tu es pire, » lui dit Bill en riant. « Dans deux jours. Il y a un rodéo organisé, et tu feras partie des quatre participants. Tu y seras officiellement comme mon apprenti, alors tu as intérêt à assurer. Ne me fais pas honte. »

Il avait prononcé ces derniers mots de façon légère, mais Tom savait pertinemment ce que cela cachait. Il avait atteint un niveau suffisant pour être capable de remporter cette course. Un excès de joie se coinça dans sa gorge, et il poussa un petit cri en prenant Bill dans ses bras, l'excitation lui ôtant toute notion de prudence. Réalisant son geste, il faillit se dégager immédiatement, mais son entraineur le retint, serrant de lui-même son corps contre le sien. Tous les sens de Tom se mirent en alerte, et la chair de poule lui recouvrit les bras.

« Si tu gagnes cette course, tu auras l'argent, le succès, et le respect. » Lui murmura Bill à l'oreille, toujours serré dans ses bras.

Puis, rapprochant un peu plus ses lèvres, il ajouta d'une voix encore plus basse :

« Et je t'offrirais quelque chose que tu n'oublieras pas. »

Ils se détachèrent, le c½ur de Tom au bord de l'explosion tant il battait fort. Après un dernier regard brûlant, Bill retourna dans la maison, laissant le tressé pantois.

Est-ce qu'il avait bien compris ?

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.170.159) if someone makes a complaint.

Comments :

  • mortania

    28/03/2016

    Espérons qu'il gagne cette course et que greg l'accepte un peu plus...

  • Write-the-nice-story

    23/11/2014

    Aaaaah ça y est pas mal de choses se sont éclairées *.*
    Faites que Bill soit pas à l'origine des meurtres, parce que bon sang, j'adore son personnage
    Tom aussi d'ailleurs, mais j'peux que le comprendre mouahah Un Bill comme ça, c'est juste fait pour lui !!
    Bon ça pue quand même cette situation, si Bill savait qui est Tom, badaboum ! D'ailleurs j'sais plus trop qui devait pas faire des recherches sur Tom ?
    La seule question que j'me pose maintenant c'est pourquoi Tom a choisi flic, vu comme il adore la course et qu'apparemment même son père pensait qu'il deviendrait pilote !
    En tout cas, moi aussi Tomi j'espère que j'ai bien compris ahah
    Bisous

  • Evasiondecristal

    23/11/2012

    J'aime aussi ce chapitre! Très intriguant!

  • amy

    07/07/2012

    ralala j adore! vivement la suite, j ai adorer les fast and furious mais en version fiction avec bill et tom c'est encore mieu!

  • Anonyme

    02/07/2012

    Il va l'embrasser !

  • Cecilia972

    02/07/2012

    J'adore :D je kiffe Han je suis amoureuse de ta fic :D

  • FicHistoryTh

    26/06/2012

    Alala j'adore ! Les tourments de Tom vis a vis de Bill, les entrainements en soirée, tout y est ! je ne pense pas que Bill soit responsable et puis toute façon s'il s'éprend de Tom et qu'il est le meurtrier il ne le droguera pas, il sera trop attaché a lui (j'espère que je me suis bien exprimée lol)

  • Unangexficxth

    26/06/2012

    Oucha... A chaque fois 8 mois? c'est pas la bande à Bill si?

  • twilight362

    25/06/2012

    tu écris vraiment trop bien tu as beaucoup de talent

  • jijigrace

    23/06/2012

    Ouah je kiffeeeee

Report abuse