Fast and Furious - Chapitre 4

 
Chapitre 4
 
Tom ouvrit doucement les yeux, réveillé par un rayon de soleil qui passait à travers les rideaux. Il lui fallut un certain temps avant de réaliser qu'il n'était pas dans son petit appartement, mais bel et bien chez Bill, dans sa chambre, dans son lit. Complètement nu. Il se crispa alors que les images de la veille lui revenaient en tête. Son estomac se noua alors qu'il revoyait Takashi, le visage totalement neutre, lui annoncer qu'il venait de se foutre dans le pétrin et de mettre sa vie en danger. La peur qui lui avait étranglé la gorge à cet instant. Puis, il revit le corps nu de Bill sous le sien, et se détendit doucement. C'était mal. Mais tellement bon à la fois.
 
Il se rendit compte que son bras était coincé sous la tête de l'androgyne, lequel dormait profondément, collé contre lui. Il bougea lentement pour se mettre sur le coté et faire complètement face à son amant. Ce dernier, toujours dans un sommeil visiblement serein, passa un bras à la taille de Tom et vint se coller encore plus près si c'était possible, passant une jambe entre les siennes. Il inspira contre le torse du tressé, et un sourire satisfait se dessina sur ses lèvres, faisant discrètement rire Tom.
 
Leurs deux corps étaient totalement fondus l'un contre l'autre, et Tom se dit qu'il aurait aimé être ainsi pour toujours. Il caressa la chevelure ébène de sa mains libre, pensif. Il était à présent presque certain que Bill n'était pas responsable des meurtres, et avait bien son idée sur le véritable coupable. Mais si par un quelconque moyen ses supérieurs venaient à apprendre sa relation avec Bill, il n'allait surement pas s'en sortir avec cette justification. Coupable ou non, c'était tout de même un pion dans cette infiltration, un suspect de longue date, et surement pas complètement innocent.

Il soupira longuement, entortillant les cheveux du sujet de ses pensées entre ses doigts. Il sentit Bill remuer, et ses longs cils lui chatouillèrent le torse alors que ses yeux papillonnaient. Il bailla largement avant de lever son regard vers le visage de Tom qui lui sourit. Il sembla alors réaliser qu'il était complètement ventousé à lui, puisqu'il eut un petit rire et murmura en caressant le cou du tressé :
 
« Je t'ai peut être pas dit, mais j'ai tendance à être un peu collant la nuit. »

« Un peu ? » S'amusa Tom en levant un sourcil.
 
« Hmpf, beaucoup. Mais ça n'a pas trop l'air de te gêner. »

Tom secoua la tête et se pencha pour déposer ses lèvres sur celles de Bill. Ce dernier sourit dans le baiser, et releva un peu la tête, libérant le bras de Tom. Celui-ci se détacha et le toisa d'un air joueur.
 
« Si on oublie que je ne sens plus mon bras droit, non, ça ne me gêne pas tellement. »

« Menteur. Tu t'en fous, autant que je me fous d'avoir mal dans tout le bas du corps. »

« Bill ! »

« Je te jure, je vais avoir du mal à marcher ! »

Ils se mirent à rire, et Bill resserra son étreinte, comme s'il avait peur de voir Tom s'évaporer d'un instant à l'autre. Immédiatement, le jeune homme retrouva son sérieux et ferma les yeux. C'était étrange, il avait cette sensation que Bill en savait plus qu'il ne le laissait paraître, qu'il avait des doutes sur Tom, sans pour autant dire quoi que ce soit. Il avait plusieurs fois surpris son regard dans le vide alors qu'ils étaient tous les deux, même cette nuit, alors qu'ils couchaient ensemble. Comme s'il savait qu'ils n'avaient pas vraiment le droit d'être ensemble de cette façon. Il lui caressa le dos, conscient qu'une fois hors de cette pièce, les choses redeviendraient comme la veille, et qu'il lui faudrait à nouveau être sur ses gardes.
 
« A quoi tu penses ? » Demanda doucement Bill, fermement tenu dans les bras du jeune homme, le visage dans son cou.
 
« Je... » Il se stoppa, pas certain de savoir quoi répondre. Il glissa ses doigts dans les cheveux de Bill, et les tira un peu dessus pour faire en sorte que leurs deux visages soient l'un en face de l'autre. Il plongea ses yeux dans ceux du brun, et lui répondit, ses lèvres effleurant presque les siennes :
 
« J'ai encore envie de toi. »

Ils auraient pu rire, mais l'air extrêmement sérieux de Tom et la façon dont il avait prononcé ces quelques mots laissaient entendre qu'il s'agissait d'une chose importante. Ils se dévisagèrent encore pendant un instant, avant de s'embrasser, accrochés l'un à l'autre, échangeant avec leurs corps ce que les mots n'arrivaient pas à dire.
 
***
 
Allongé dans le lit, Tom observa Bill se rhabiller, silencieux. Il sentait son c½ur lui faire mal, mais ne parvenait pas à savoir pourquoi. Il ne pouvait décoller ses yeux de l'androgyne, et ce dernier surpris son regard. Il enfila son teeshirt et vint s'asseoir sur le bassin de Tom. Il lui toucha délicatement le visage, effaçant d'un doigt les rides inquiètes qui avaient pris place au coin de ses yeux. Il soupira, sembla réfléchir un instant à ce qu'il allait dire, puis se lança.
 
« Il a le pouvoir de m'enlever le garage. Il pourrait faire du mal aux autres. Tom, il y a des tas de choses que je ne te dirais pas, tu le sais. Je t'avais prévenu dès le départ. Peu importe cette nuit, ça ne changera pas. Je peux seulement te mettre en garde et t'aider à ne pas faire n'importe quoi. »

Tom n'eut pas besoin de demander qui ce « il » désignait. Bill avait du conclure que cet air inquiet sur son visage venait de sa rencontre de la veille avec Takashi. Peut être était-ce mieux ainsi, car s'il avait su ce qui préoccupait réellement le tressé en cet instant, sa réaction aurait certainement été bien différente.
 
« Je ne te demande rien. » Répondit-il finalement, un peu froidement, mais de façon à ce que toute cette histoire ne dégénère pas trop. Il devait encore rester dans son rôle un certain temps, et ne pas se faire écarter du groupe, sans quoi tous ses efforts dans cette infiltration seraient réduits à néant.
 
« Je sais, » dit Bill calmement. « Mais je n'aime pas voir ce genre de regard dans tes yeux. »

Le c½ur de Tom manqua un battement, et il sentit ses joues devenir rouges. Il se racla la gorge, mal à l'aise. Bill pencha légèrement la tête sur le coté, visiblement amusé par cette réaction. Il glissa sa main sur le torse nu du jeune homme sous lui, touchant sa peau comme s'il s'attendait à ne plus jamais pouvoir le faire.
 
« Tom, tu as passé la nuit et la matinée à me faire l'amour, et tu rougis pour si peu ? »

« Ferme-la, » grogna Tom en tournant la tête.

« Très bien, » répondit Bill en riant. Il se détacha de lui et s'avança vers la porte de la chambre.

« Je vais descendre. Rhabille-toi et vient prendre un petit déjeuner. »
 
Tom hocha la tête, toujours incapable de détourner son regard de l'androgyne. Celui-ci ouvrit la porte, et avant de disparaitre, envoya un clin d'½il complice à l'homme toujours nu dans son lit et lui lança malicieusement :

« Je sais pas pour toi, mais après tout ça, je suis affamé. »
 
Et il disparu, laissant Tom pantois, complètement perdu et confus. Il s'assit et se massa les tempes, en proie à des sentiments à la foi exceptionnels et très désagréables. Il commençait doucement à réaliser la situation impossible dans laquelle il s'était mis, et malgré le fait qu'il n'ait aucun regret quant à ce qu'il venait de se passer, il savait pertinemment que ça allait très mal se passer pour lui. Il avait prévu d'aller faire son rapport à son patron aujourd'hui même, et il se rendit compte qu'il fallait qu'il prépare cet entretient minutieusement, qu'il ne pouvait pas se contenter de livrer la vérité. Son cerveau commença à fonctionner très rapidement, alors que, phrase par phrase, il transformait sa soirée et montait de toute pièce un mensonge qui avait intérêt à être assez crédible pour lui éviter d'être renvoyé, ou pire, d'être suspecté de ne pas mener cette mission comme il le devrait.
 
« 'Lut », lança Bill en baillant largement et en se laissant tomber sur une chaise de la cuisine. Il se gratta le ventre et croisa le regard de Greg qui buvait son café. Un regard qui ne lui plut pas spécialement.
 
« Quoi ? » Demanda-t-il, un peu plus agressif qu'il ne l'aurait voulu.
 
« Rien, et ne me parle pas sur ce ton dès le réveil, petit con, » lui répondit Greg avec un sourire provocateur.
 
« C'est toi qui me regarde mal. Passe-moi le pain. Je meurs de faim. »

« C'est normal quand on se lève à midi, » lui répondit son ami en lui donnant de quoi se nourrir. « On a un garage à faire tourner, je te rappelle. »

« Comme si la Terre allait s'écrouler si j'arrive au boulot un peu plus tard que d'habitude. Alex est partit ? »

« Ils sont tous là bas. »

« Bien, alors je ne vois pas pourquoi tu m'emmerdes avec ça. Pourquoi t'es pas avec eux ? »

« J'attendais que tu daignes te pointer. »

Bill haussa un sourcil. Greg haussa les épaules.
 
« On a fait un peu la fête hier, nous aussi. Les autres sont allé bosser il y a peu de temps, tout le monde a fait la grasse mâtinée. Il faut bien que la victoire du blanc blec ait ses avantages. »

Bill ricana, conscient que Greg avait fait un gros effort vis-à-vis de Tom, et cette phrase achevait de le rassurer. C'est cet instant que choisi ledit champion pour apparaître, habillé et visiblement prêt à partir. Les yeux de Greg s'agrandirent légèrement, mais il ne fit aucun commentaire.
 
« Je vais y aller. Salut, » dit-il à l'adresse de Greg qui hocha simplement la tête.
 
« Attends, prends au moins quelque chose à manger, » lui dit Bill en le retenant par le bras.
 
Tom sentit de la chaleur se répandre à l'endroit où l'androgyne venait de poser sa main, et il se retira doucement avec un sourire d'excuse.
 
« Ca va aller. Tiens-moi au courant quand tu auras besoin qu'on se voit, pour les entrainements. »

« Je... Oui. Je ferais ça. »

Bill baissa les yeux, l'air un peu déçu. Le c½ur de Tom se serra, mais il savait que c'était la meilleure chose à faire. Il attrapa ses clefs de voiture et sortit de la maison après un dernier petit signe de main. Bill soupira, et attrapa un morceau de pain pour le tartiner généreusement. Greg croisa les bras sans cesser de le fixer. Il se racla la gorge.
 
« Quoi encore ? » Demanda Bill, visiblement sur les nerfs.
 
« Ne me prends pas pour un con. »

Bill leva les yeux au ciel.
 
« Il a dormi ici, c'est pas un drame, si ? Il était bourré hier. Je lui ai proposé de rester. Fin de l'histoire. Alors arrête de me faire chier. »

« Bill, je te connais. On ne sait rien de ce mec, il a débarqué de nulle part, et tu lui fais déjà confiance ? Non, mieux, tu te le tapes ? »


Bill abattit le poing sur la table, les yeux noirs. Greg sembla mesurer la portée de ses mots, puisqu'il s'enfonça dans sa chaise en baissant la tête.
 
« Il a dormi ici. Je ne me le tape pas. Je vais bosser. »

Il termina son petit déjeuner et quitta à son tour la maison, sous le regard suspect mais surtout inquiet de son ami. C'était la première fois qu'il lui mentait.
 
***
 
Tom fixait ses pieds, priant silencieusement, en proie à un grand stress. Finalement, après quelques instants de silence, il sentit une main se poser sur son épaule.
 
« Je n'imagine pas ce que ça a du être pour toi, je suis désolé Tom. Cette histoire est en train de prendre des proportions que je n'imaginais pas. Ce Matsuda... »

Le patron de Tom se stoppa un moment, visiblement en pleine réflexion. Il sortit son portable et échangea quelques mots avec son interlocuteur. Tom devina à l'entente de la conversation que des recherches avaient été lancées sur cet homme afin de savoir s'il possédait un casier, une trace dans les fichiers de police, en bref, ils cherchaient une première piste pour savoir à qui ils avaient à faire. Il s'autorisa un petit soupire de soulagement, heureux que sa version des faits légèrement déformée ait été si facilement acceptée par son supérieur. Celui-ci raccrocha le téléphone et fixa Tom avec un regard assez étrange, qui inquiéta un peu le jeune homme. Il se passa une main sur le visage, et annonça d'une voix lasse et fatiguée :
 
« Je t'ai fais prendre trop de risques. Aux vues des nouveaux éléments... Je pense qu'il serait plus prudent pour toi de tout stopper. Ton infiltration est terminée, Tom. »

« NON ! »

Tom se plaqua une main sur la bouche, les mots étant sortis sans même qu'il ait le temps de les en empêcher. Il se dépêcha d'ajouter :
 
« Si je disparais, ils ne s'arrêteront pas de me chercher pour me faire la peau. C'est trop tard pour reculer, je suis allé trop loin dans la mission, sans moi vous n'aurez plus aucune chance de coincer les coupables. J'ai gagné cette fichue course, maintenant ils me font confiance, et placer quelqu'un d'autre sur cette affaire signifierait encore plus de perte de temps. Vous ne pouvez pas simplement m'évincer, je suis devenu indispensable. Je suis trop impliqué. Je serais encore plus en danger si je ne suis plus là que si je continue et termine tout ça. »

Tom repris son souffle, il venait de débiter ce flot de paroles sans une seule pause. La simple idée de ne plus jamais revoir Bill lui avait été insupportable, et il n'avait pas réfléchi un instant avant de se rebeller de cette façon. Il avait alors tenté de trouver toutes les bonnes raisons pour lui de ne pas se faire écarter, et maintenant qu'il y pensait, elles auraient dû être ses seules et uniques raisons. Son patron avait les yeux écarquillés, l'air de se demander comment accueillir de tels propos. Il resta sans rien dire quelques instants, puis poussa un long soupire.


« Tu as raison. Seulement il va falloir redoubler de prudence. Je veux que tu me fasses des rapports plus réguliers et plus souvent. Je veux tout savoir. »
 
Il avait bien insisté sur le « tout », et Tom fit de son mieux pour ne pas baisser les yeux et ainsi ne pas se trahir. Ils passèrent encore une vingtaine de minutes à parler stratégie, à envisager les cas de figure possibles. Il quitta le commissariat, à la fois rassuré et encore plus tendu qu'en y entrant. Il décida que le meilleur moyen de se détendre un peu était encore d'aller faire un tour. Une fois au volant, il démarra et conduit au hasard pendant un moment, avant d'aller directement sur la piste d'entrainement. Au moins, cette séance de conduite serait mise à profit. Il attrapa son chrono dans la boîte à gants, l'enclencha et partit à toute allure, chassant au passage de son esprit tout ce qui le stressait. Sa tête se vida, et il ne pensa plus qu'à aller plus vite, plus loin, sans jamais perdre le contrôle de sa voiture. C'était la seule chose qu'il avait l'impression de vraiment diriger dernièrement. Tout le reste semblait s'obstiner à lui glisser entre les doigts.
 
***
 
Les semaines passèrent à une vitesse affolante. A présent, trois mois et demi s'étaient écoulés depuis le début de son infiltration, et Tom avait désormais à son actif quatre victoires. La première, où il avait rencontré Takashi, et les trois suivantes, comme lui avait indiqué Bill, qui lui assuraient une renommée dans le milieu des rodéos. Mais un nouvel élément était venu s'ajouter à ce qui était désormais son quotidien, c'est-à-dire les courses, les journées au garage à travailler avec Alex et les autres, ses escapades au commissariat pour faire ses rapports à son chef.
Cette fois, il recevait régulièrement des appels de Takashi pour effectuer des tâches, autrement dit, des voyages d'un point à un autre avec dans son coffre un contenu dont il ignorait tout. Tom haïssait ces moments, où il avait l'impression que d'un instant à l'autre, il pourrait se faire descendre sans même avoir le temps de s'en rendre compte. Car si on ne le menaçait pas, on exigeait de lui qu'il effectue ces missions très rapidement, et toujours de nuit. Autant dire qu'il ne cessait de battre ses propres records de vitesse et qu'il développait obligatoirement son habilité à conduire dans le noir.
Mais malgré tout le self control dont il faisait preuve, la peur lui tordait le ventre chaque fois qu'il recevait un coup de fil en inconnu, chaque fois qu'il montait dans sa voiture alors qu'une équipe d'hommes, tous asiatiques, remplissaient son coffre de paquets étranges et inquiétants. Tom vivait dans un peur constante, et il n'allait pas tenir longtemps ainsi. 

Il gara sa voiture à la place habituelle, devant la maison qu'il fréquentait presque tout le temps maintenant. Il détacha sa ceinture et resta un moment à l'intérieur, attendant que les tremblements de ses mains et de tout son corps se calment. Il était souvent en proie à de petites crises d'angoisses dernièrement. Heureusement pour lui, jamais lorsqu'il conduisait, sans quoi il aurait pu risquer encore plus qu'il ne le faisait déjà. Il respira lentement. Un bruit à l'extérieur lui parvint, mais il ne bougea pas, sachant pertinemment de qui il s'agissait. Sa portière s'ouvrit doucement, et il se sentit tiré hors de la voiture. La chaleur d'un corps bien connu l'enveloppa, et il se laissa aller dans les bras de Bill qui lui massa lentement le dos.

« Tu trembles encore, » chuchota-t-il alors qu'il tentait de l'apaiser.

« Je sais. Ca va passer. »

Ils restèrent silencieux, dans les bras l'un de l'autre, jusqu'à ce que Tom soit calme. Il se détacha doucement de Bill, et l'embrassa chastement.

« Rentrons, on t'attendait pour manger, » lui indiqua l'androgyne tout en le tirant par la main. Il se laissa faire, se sentant déjà beaucoup mieux.

Sa relation avec Bill était devenue assez sérieuse, malgré la distance qu'il avait essayé de garder au début, en vain. Ses sentiments avaient pris le dessus, et il tombait chaque jour de plus en plus amoureux, peu importe à quel point ça l'effrayait. Greg, Alex et les autres étaient bien entendu au courant, et malgré les grandes réticences de tous, ils avaient dû se rendre à l'évidence : c'était trop tard, ils étaient tous les deux déjà trop attachés pour que qui que ce soit puisse les en empêcher. Alors, petit à petit, Tom avait été intégré à la famille. Il avait appris à connaître et apprécier chacun d'entre eux. Il avait pris part au travail au sein du garage, sans aucun mal, ayant déjà un goût prononcé pour la mécanique. Et, bien sûr, il avait commencé à s'attacher à eux.

Ce soir là, comme toutes les fois où il était envoyé en mission, il les retrouvait pour partager un repas tous ensembles. Bill s'était aperçu des crises que Tom faisait et avait trouvé cette alternative pour lui éviter d'être seul après sa course. Et Tom ne pouvait s'empêcher de se demander s'il avait accordé autant d'attention aux autres pilotes disparus. Il ne cessait de se poser des questions, de chercher à percer une once de fausseté dans le comportement de chaque membre de la famille. Agissaient-ils ainsi pour endormir sa méfiance et mieux le poignarder dans le dos par la suite ? Bill... Etait-il vraiment sincère ? Et pourtant, il continuait de passer du temps avec eux, de trouver du réconfort auprès de ceux qui étaient suspectés de meurtres, sans jamais réussir à les imaginer faire une chose pareille. La vie actuelle de Tom était devenue un véritable Enfer.

Après le repas, il resta discuter un instant avec Jin dans le salon, à propos de la prochaine course qui aurait lieu une semaine plus tard. Puis, alors qu'il cherchait Bill, il entendit par hasard un bout de conversation qu'il n'aurait jamais dû entendre. Dans la cuisine, Alex était visiblement en train de tenter de raisonner son frère.

« ... Sais très bien comment ça va finir, Bill. On le sait tous. Mais cette fois... Merde, tu veux vraiment le voir terminer comme les autres ? Après tout ça ? »

« Bien sur que non, mais... »

« Alors fais quelque chose ! Je savais que ça serait différent, je l'aime bien moi aussi, tout le monde l'aime bien. D'habitude, on fait attention. »

« Tu crois que je l'ai voulu ? » La voix de Bill commença à monter. « Tu penses que je l'ai fait exprès ? Que je n'aurais pas préféré que tout se passe comme toujours et qu'on soit enfin débarrassé de cette merde ? Bordel Alex, c'est notre dernière fois, et après c'est fini ! Mais il... »

Il y eu un silence, et Tom entendit clairement un sanglot.

« Excuse-moi, » lui dit Alex doucement. « Je sais que c'est dur pour toi aussi. Je vois bien que tu as toujours l'air ailleurs en ce moment. Mais si seulement on pouvait... »

« Quoi, tu veux dire doubler le patron ? Jamais, c'est impossible, et tu le sais. Ou alors on aurait fait tout ça pour rien. »

Il y eut un grand soupire, puis plus rien. Tom eut juste le temps de s'écarter du mur alors que Bill sortait de la cuisine en se frottant les yeux. Il se stoppa net en voyant son petit ami. On pouvait lire dans son regard la surprise, puis la peur. Il ne voulait clairement pas que sa conversation ait été entendue. 

« Tom... Est-ce que tu... »

« Je voulais juste prendre une bière, » répondit rapidement le jeune homme, masquant son trouble derrière un sourire. « Et je te cherchais. Tout va bien ? »

Bill sembla rassuré, et tout en venant de caler dans les bras de Tom, il murmura :

« Oui. Tu restes ici cette nuit ? »

« Je... »

Pouvait-il vraiment rester après ça ? Il ne savait pas vraiment quoi en penser. Il avait besoin d'être seul, de réfléchir, d'envisager le pire. Car ça ne pouvait pas être une bonne chose, pas vrai ? Le ton de la conversation qu'il venait d'entendre n'avait rien de rassurant. Mais il lui fallait répondre avec tact, histoire de ne pas éveiller les soupçons.

« Je préfère rentrer, » répondit-il avec le plus de calme possible. « Je pense que j'ai besoin de mon lit cette nuit, et demain j'aimerais me reposer un peu. » Il replaça une mèche de cheveux derrière l'oreille de Bill et lui sourit. « Tu m'en veux pas ? »

Il était visiblement bon comédien, car Bill acquiesça.

« Non, je comprends. Appelle-moi quand tu veux qu'on se voit. »

Il l'embrassa et le laissa quitter la maison sans rien ajouter. Une fois chez lui, Tom se laissa tomber sur son lit, complètement abattu. Alors ils savaient. Ils savaient que leurs pilotes finissaient tous morts. Son c½ur accéléra. Cette situation devenait impossible. La sonnerie de son portable lui fit faire un bond, et il décrocha en haletant.

« Tom, j'ai quelque chose à te dire, alors écoute moi bien, je ne peux pas rester longtemps. »

Il reconnu avec soulagement la voix de son chef.

« Je vous écoute. »

« On a organisé une perquisition chez un des hommes de Matsuda. Grâce aux infos que tu nous as données, on a pu en reconnaître un. Elle aura lieu demain, alors fais en sorte d'être avec Bill à ce moment là. C'est peut être la fin de toute cette histoire, si on arrive à mettre la main sur quelque chose d'assez important, on pourra les coincer et faire le lien. Je compte sur toi. »

« Vous pouvez. J'y serais. »

« Bien, et surtout, fais attention à toi. Si tu sens que ça dégénère, enfuis toi, c'est bien clair ? »

« C'est clair, Chef. »

« Dans ce cas, je te laisse. Bonne chance, Tom. »

Il raccrocha, laissant Tom encore plus terrorisé qu'avant. Le lendemain, tout allait changer.

Tout allait se finir.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.78.121) if someone makes a complaint.

Comments :

  • mortania

    28/03/2016

    Quelle galère! J'espère que tout va bien se passer...

  • Write-the-nice-story

    24/11/2014

    Pauvre Tomi ! Obligé de faire ces trajets super bizarres sans même savoir pourquoi :/ Pour un flic ça doit être super dur moralement !!
    Et avec Bill ils sont devenus des amoureuuuuuuux ! Oui bon je m'emballe, mais en tout cas ils sont en couple, c'est trop bien *.* Puis même que Tom il sait qu'il est amoureux de Bill, et Bill il peut que l'être aussi vu qu'il pleure quand il parle avec son frère !
    D'ailleurs ça ça pue ! Bill semble vraiment impuissant dans tout ça et c'est pas rassurant pour notre Tomi !
    J'espère que ça va aller même si j'le sens pas du tout >_< J'sens que le Tom il va pas finir entier, ça serait trop simple

  • lectrice-th

    21/11/2014

    j'adore, trop de suspense !!!!!!!

  • Lectrice

    05/05/2013

    Waw.... J'espère vraiment que ça va pas finir mal... Tout de même, pauvre Tom ! Il est tombé amoureux de Bill et le lendemain il va y avoir une ambuscade ! J'espère que tu tiendras parole et que tu posteras la suite et que tu finiras cette fiction car honnêtement elle déchire ! En tout cas merci d'avoir écris toutes ces bonnes fictions (sachant que mes préférées sont Be again et celle ci) et j espère vraiment que tu mettras la suite ^^. en tour cas je te promets que je viendrais voir régulièrement si une suite est postée ^^ et de commenter si c'est le cas ^^

  • Evasiondecristal

    24/11/2012

    Chapitre bien écrit, on sent bien que Tom est déchiré entre Bill et sa mission. ça promet pour la suite!

  • fic--bill-and-tom

    08/11/2012

    Vivement la suite ^^

  • fic--bill-and-tom

    08/11/2012

    J'ai le c½ur qui va lâcher !!!!! J'appréhende trop l'arrestation et le moment où Bill va apprendre qu'il est flic :s !!! trop de suspense la mais j'adore ^^

  • Amy1748

    29/10/2012

    Viens de lire les 4ers chapitres et j'apprécie vraiment l'histoire. J'ai hâte de lire la suite pour savoir comment ça va se finir.

  • Legendsneverleave

    22/10/2012

    http://www.youtube.com/watch?v=CYV-mTqlI_g
    Et bordel quand j'revois ça, ça m'fait rêver. J'vois tellement les jumeaux dans ce genre de rôle en plus. C'est bizarre pourtant ils ont pas vraiment la gueule de l'emploi, mais ça donne bien.

  • Legendsneverleave

    22/10/2012

    Tu sais, ça faisait un moment que j'me disais: Il faudrait que je m'achète le coffret des 5 dvd des films. Bah en lisant tout ça, tu m'as donné encore plus envie de tous les revoir. Bordel que j'adore ces films. Et je trouve que tu reprends très bien le concept.

Report abuse