Unbreakable Rule - Partie 1

Bonjour bonsoir ! Me revoilà avec un nouveau projet, un TS je pense cette fois, suite à ma petite reprise d'activité dans le monde de la fiction. J'espère qu'il vous plaira, c'est une histoire qui me tient à coeur, rien d'exceptionnel mais j'avais envie de l'écrire. Sur ce, bonne lecture, et merci à ceux qui sont encore présents.
 

Unbreakable Rule
 
Cet été serait leur été. C'est ce que la bande d'amis avait décrété, quelques semaines auparavant. Ils avaient tout planifié, après avoir trimé toute une année, certains en travaillant, d'autres pour leurs études. Ils l'avaient bien mérité, ce break. C'est comme ça qu'Andréas, Julian, Georg, Tom, Gustav, Bill et Alois avaient décidé de partir à Sitges, en Espagne, pour une durée totale d'un mois. Les parents de Julian avait une maison de vacances là-bas, ce qui leur offrait la possibilité d'être logé sans se ruiner. De plus, celle-ci se situait en bord de mer, le long d'une immense plage. Ils avaient décidé de partir à deux voitures, se laissant ainsi la possibilité de bouger une fois sur place pour quelques sorties. Le trajet depuis l'Allemagne devait durer près de 17 heures, ainsi ils avaient choisis de l'étaler sur deux jours avec quelques petites escales.
 
Ils étaient tous amis de longue date : Andréas, Bill, Gustav, Julian et Georg avaient été au lycée ensemble, alors que Tom et Alois vivaient dans le même quartier que Georg. C'est ainsi que tout naturellement, ils avaient commencer à se fréquenter les uns les autres, et avaient formé un groupe d'amis soudés. Ils n'avaient que peu de différence d'âge, le plus jeune étant Andréas qui allait sur ses 23 ans, et le plus âgé étant Tom qui avait fêté ses 26 ans. Ils avaient suivi des chemins différents après le lycée, mais vivaient toujours dans les environs et avaient continué à se fréquenter très régulièrement. Ils quittèrent Berlin à la fin du mois de juillet, surexcités à l'idée des semaines qui allaient s'offrir à eux. Tous heureux titulaires du permis de conduire, ils se relayaient au volant et approchaient à présent de leur destination.
 
« Mec, encore, sérieusement ? »
 
Julian poussa un lourd soupire en acquiesçant piteusement. Il était passager dans la voiture où se trouvaient également Bill, Andréas, et Tom, actuel et dernier conducteur du voyage.
 
« Ça doit être la quinzième fois au moins depuis ce matin qu'elle t'appelle ! » s'amusa Andréas qui ne cessait de charrier son ami. « Tu penses que ça va être comme ça pendant un mois ? »
 
« Pitié, je t'en supplie, ne dit pas de telles conneries, tu vas nous porter malheur ! » Gémit Julian en enfouissant son visage dans ses mains. « Je jure, elle en serait capable. »
 
« Pourquoi est-ce qu'elle te harcèle comme ça ? » Interrogea Bill en mâchant un morceau de bonbon. « C'est juste des vacances entre potes, entre mecs en plus. »
 
Ses amis tournèrent tous la tête vers lui d'un seul mouvement, et même Tom quitta un instant la route des yeux pour le regarder par dessus ses lunettes de soleil depuis le rétroviseur.
 
« Quoi ? » Bill ouvrit grand les yeux avant de croiser les bras. « Bande de crétins, je vous signale que je ne suis pas le seul gay ici. Alo l'est aussi, même toi Andy ! »
 
« Non chéri, je suis bi, je te rappelle, » répondit Andréas en envoyant une pichenette dans le nez de son voisin de siège. « Et même sans parler de ça, tu ne vois pas pourquoi la copine de Ju n'arrive pas à lui lâcher la grappe ? »
 
Bill haussa les épaules en secouant la tête négativement. Il récolta un concert de soupires désespérés en retour.
 
« Vous êtes chiants, » marmonna-t-il en se ratatinant dans son siège.
 
« Aw, Billou, fais pas la tronche, » lui lança Andréas en l'attrapant par le cou. « J'aurais pourtant pensé que tu comprenais mieux les femmes que nous... »
 
Les trois amis éclatèrent de rire sous les cris indignés de Bill. Ce dernier était grand, fin, aux cheveux noirs mis long effilés et aux yeux noisettes maquillés, c'est pourquoi il se faisait régulièrement taquiner sur le sujet par ses acolytes. Andréas, qui arborait quant à lui un physique également longiligne mais des cheveux blonds clairs plus court, se lança dans des explications.
 
« Elle l'emmerde parce que son mec part dans un autre pays, où il y aura du soleil, une plage, des potes, de l'alcool, mais surtout, d'autres nanas en vacances envieuses de s'amuser un peu. Et parce qu'elle est collante et jalouse, aussi. Pas vrai Ju ? »
 
L'intéressé, assis à l'avant côté passager, leva le pouce en signe d'approbation.
 
« Voilà pourquoi c'est mieux d'être célibataire pour ce genre de vacances, » décréta Andréas en relevant ses lunettes sur son front. « Toi, Alo et Gus allez devoir supporter ce genre de choses, alors que Bill, Georg, Tom et moi, on va pouvoir en profiter sans retenue ! »
 
« C'est pas parce qu'on est célibataire qu'on a forcément envie d'aller baiser à tout va, » répliqua Bill en lançant un regard par la fenêtre. « Certains savent garder leur queue dans leur froc, chéri. »
 
« Ouais, ouais, » répondit le blond en faisant un geste évasif de la main. « T'es de mon avis Tom, pas vrai ? »
 
Le conducteur haussa les épaules avec un sourire. « J'en sais rien, on verra bien. On tourne bientôt Ju, non ? »
 
« Oui, c'est la prochaine ! Les mecs, vous allez halluciner, c'est vraiment génial. Je préviens les autres. »
 
Il sortit son portable et envoya un sms à Georg pour qu'il prévienne Gustav de prendre la prochaine sortie. Ils empruntèrent quelques petites rues, bordées de palmiers, avant d'apercevoir la maison qui serait la leur pour le mois d'août. Les mêmes expressions de joies retentirent dans les deux voitures, marquant le début des vacances pour les sept garçons.
 
***
 
« Bon sang, il était temps qu'on arrive, j'en pouvais plus, et mes fesses me font atrocement mal ! » Geignit Georg en s'extirpant de la voiture et s'étirant, les bras au dessus de la tête.
 
« Te plaint pas trop, tu n'as pas beaucoup conduit aujourd'hui, » répliqua Gustav en claquant sa portière. « Quant à tes fesses... »
 
« Non non non, aucun commentaire là dessus s'il te plaît, on vient d'arriver et j'ai déjà eu ma dose dans la bagnole, » lui indiqua Bill en enfilant ses tongs. « Qu'est-ce que c'est beau », ajouta-t-il en scrutant les environs.
 
« Vous allez pouvoir me vénérer, parce que tout ça c'est grâce à moi, » déclara Julian en haussant les sourcils.
 
« Dis plutôt que c'est grâce à tes parents friqués, » lui répondit Andréas en lui frappant l'arrière de la tête. « Mais merci quand même, Juju ! ».
 
« Qu'ils sont mignons, » railla Alois en s'approchant du groupe. « En tout cas, j'ai hâte de visiter, la maison paraît immense. »
 
« Suivez le guide, » lança Julian en attrapant son sac pour s'avancer vers la demeure. Ses amis le suivirent, bagages en main, observant le superbe cadre dans lequel ils allaient passer leurs vacances. Ils entrèrent tous et ne purent que constater l'évidence : l'endroit était splendide. Tout était fait de bois, le salon était immense, ainsi que la terrasse donnant directement sur la plage et la mer. Une cuisine moderne ouverte trônait sur le côté de la pièce principale, uniquement séparée du reste par un bar. Julian, cachant difficilement sa fierté, écarta les bras.
 
« Les chambres sont à l'étage, on a une salle de bain en bas et une en haut. Bienvenue à Sitges les gars ! »
 
Les autres n'en finissaient plus de s'esclaffer. Ils savaient déjà que la famille de Julian était aisée, mais n'imaginaient pas atterrir dans un tel endroit. Le jeune homme, malgré ses airs vantards, était loin d'être un bourgeois orgueilleux. Il arborait un physique simple, des cheveux en bataille blond cendré et un peu de barbe, des vêtements classiques. Il ne profitait pas de la fortune de ses parents et cherchait réellement à se débrouiller par lui même. Néanmoins, personne ne pensait lui reprocher d'avoir profité de cet avantage là, à savoir la villa qui leur était entièrement mise à disposition pendant une vingtaine de jours.
 
Ils montèrent afin de découvrir les chambres et se dispatcher dans celles-ci. Il y en avait quatre au total, et ils se mirent d'accord pour laisser Julian seul dans la sienne alors qu'eux-mêmes formaient des groupes de deux : Georg et Tom, Alois et Gustav, Bill et Andréas. Ils se divisèrent ainsi pour déballer leurs affaires et les ranger dans les armoires, appréciant le confort dont ils disposaient.
 
« Même les lits sont trop bien, » s'exclama Bill en s'y laissant tomber. « Et on a une super vue de la fenêtre ! »
 
Andréas laissa échapper un petit rire devant l'enthousiasme du brun. Tout était « super », « génial », « magnifique » depuis qu'ils avaient quitté la voiture et il ne pouvait qu'être d'accord avec son ami. Ils achevèrent de tout ranger et s'accordèrent un instant de détente sur leurs lits. Ils pouvaient entendre les conversations animées des autres, ayant laissé la porte ouverte. La bonne humeur semblait régner partout.
 
« Tu crois que tout se passera bien ? » demanda soudain Bill après quelques instants de silence.
 
Andréas pencha légèrement sa tête de côté.
 
« Quelque chose te tracasse ? » s'enquit-il, un peu étonné du ton sérieux employé par son colocataire de chambre.
 
« Pas vraiment, non, » mentit habilement Bill, habitué à cacher les choses. « Mais tu sais, un mois entier, les uns sur les autres, H24... Je me demande, c'est tout. »
 
« Justement, c'est ça qui va être génial ! Après toutes ces années, je pense qu'on le saurait, si on ne se supportait pas. On va s'éclater. »
 
Ils échangèrent un sourire, et alors que Bill ouvrait la bouche pour répondre, il reçut un oreiller en pleine tête. Il fit un bond et chercha d'où provenait l'attaque. Georg et Tom, debout devant la porte, gloussaient comme des adolescents.
 
« Bordel, vous êtes toujours des putains de gamins, » pesta Bill en remettant ses cheveux en place. « Jamais on aurait du vous laisser dans la même chambre, ça va être invivable ! »
 
« Au contraire, c'est le meilleur truc qui pouvait arriver, » répliqua Georg en envoyant un coup de coude à Tom. « On va mettre l'ambiance ! »
 
« Putains de gamins, » répéta le brun en récupérant discrètement l'oreiller. « Rappelez moi vos âges ? »
 
« 25 ans et toutes mes... »
 
Georg n'eut pas le loisir d'achever sa phrase qu'il mangeait l'oreiller à son tour. Il avait une carrure imposante, certainement la plus imposante d'entre eux, mais l'impact le fit quand même reculer d'un pas. Bill eut un sourire triomphant.
 
« Alors ? » Fit-il d'un ton provoquant en posant ses mains sur ses hanches.
 
« Tu me payeras ça, » répondit Georg en passant une main dans ses cheveux châtains courts. « Au moment où tu t'y attendra le moins, tu verras. »
 
« LES MECS ! » La voix de Julian retentit depuis le rez de chaussé. « Apéro ! »
 
Ils virent avec amusement Alois et Gustav passer en courant, bousculant Georg et Tom dans le couloir pour dévaler les escaliers. Ils suivirent le mouvement, et alors que Bill s'engageait à la suite du groupe, il sentit une main le retenir. Il se retrouva face à Tom, dont le visage riait encore. Il ne put se retenir d'esquisser un sourire.
 
« Tout va bien ? » l'interrogea son ami en mordillant son piercing à la lèvre.
 
Bill l'observa un instant. Tom arborait une barbe légère, bien taillée, des cheveux bruns mi-longs qu'il gardait le plus souvent attachés.
 
« Ouais, bien sûr, » répondit-il en réalisant que Tom attendait une réponse de sa part. « Je vais très bien. »
 
Son mensonge sonna parfaitement comme il le voulait : indétectable.
 
« Tu as l'air fatigué, » dit doucement le brun en détachant sa main du bras de Bill pour venir tracer de son pouce la cerne sous son ½il.
 
« Tom, » soupira doucement l'androgyne, « c'est toi qui a conduit la plupart du voyage. Arrête de te tracasser toujours pour moi. »
 
« Okay, » lança simplement Tom avant de le laisser passer pour qu'ils aillent rejoindre leurs amis qui étaient déjà en grande conversation. Ils s'installèrent sur la terrasse, sortant verres et bouteilles, heureux de la température encore douce de ce début de soirée.
 
« Je déclare nos vacances officiellement commencées ! » S'extasia Julian en levant son verre pour trinquer avec la bande. Ils entrechoquèrent leurs verres, avant qu'un bruit ne les fassent stopper leurs effusions. Ils fixèrent tous le portable qui sonnait avant de se mettre à rire. Avant même que Julian ne puisse faire un geste, Andréas attrapa l'engin et décrocha. Il fit signe aux autres de se taire.
 
« Salut Lise chérie, c'est Andy... Oui, et toi ? Bien, bien... Oui, très bien, pas de soucis sur la route. Écoute ma puce, tu sais combien je t'apprécie ? Oui, mais il faut que je te dise une chose. On le surveille ton Juju, il va être sage, tu as ma parole. Tu ne peux pas le harceler comme ça, on va bouger, et il ne pourra pas être totalement avec nous si il est toujours pendu au téléphone, tu comprends ? ... Hm-m, bien entendu. T'inquiètes, tu me connais. Ahah, oui ! Super, je te passe ton homme. A plus ! »
 
Et sans plus de cérémonie, il rendit son portable à son ami. Ce dernier lui envoya un regard appuyé avant d'approcher le combiné de son oreille. Il passa deux minutes à émettre quelques sons, puis raccrocha.
 
« Mec, il faudra que tu m'expliques un jour comment tu fais ça, » souffla-t-il en secouant la tête. « Elle ne me lâchait plus avec ça, elle n'arrêtait pas de se plaindre de ne pas avoir été invitée, et toi, en quoi ? Cinq minutes, à peine, tu arrives à la faire changer totalement. Tu es un mage. »
 
« Que veux-tu, c'est naturel, je suis génial sans même le vouloir, » se pavana le blond. « D'ailleurs, Gus, Alo, besoin de mon aide avec vos moitiés ? »
 
« Absolument pas, » répondit Alois en buvant un coup. « J'ai un copain très discipliné, il n'a pas bronché, surtout depuis qu'il vous connaît. Il sait parfaitement qu'il est plus beau que n'importe lequel d'entre vous et que je n'ai d'yeux que pour lui. »
 
Il reçu quelques protestations en retour et Georg fit même semblant de vomir.
 
« Ça ira pour moi aussi, merci, » ajouta Gustav en riant.
 
« Tu m'étonnes, vous êtes un vieux couple de toute façon avec Alisson, ça fait une éternité que vous êtes ensemble... » Soupira Andréas. « On en est à quoi maintenant, 34 ans ? »
 
« 7 ans, blondasse, » répliqua Gus en poussant son ami mort de rire. « T'es juste jaloux, ça fait combien de temps que tu n'as pas été sexuellement actif ? »
 
Andréas se renfrogna immédiatement et marmonna un « ta gueule » dédaigneux à l'attention de Gustav, celui ci étant bien content d'avoir réussi à faire taire le blond.
 
Bill ne pouvait s'empêcher de sourire, tant il appréciait l'instant. Son regard glissa sur la mer qui dansait plus bas, puis revint sur chacun de ses amis. Ils se chamaillaient comme s'ils avaient tous régressés de quelques années, et c'était tellement agréable. Finalement, ce séjour allait peut être se passer sans encombre. Au moment où cette pensée traversait son esprit, ses yeux s'attardèrent sur Tom qui riait. Son estomac se tordit légèrement. Il secoua la tête en se promettant à lui même de ne pas faire foirer les vacances de tout le monde. Ils étaient là pour profiter, se vider l'esprit, et c'est bien ce qu'il avait l'intention de faire.
 
***
 
Le soleil brillait haut dans le ciel, mais une brise légère venait alléger la lourdeur de l'air. Les sept amis étaient allongés sur leurs serviettes de plage, ayant décidé de récupérer du long trajet des deux jours précèdent en ne faisant strictement rien de leur journée.
 
« Et donc il m'a abordé comme ça, il pensait vraiment que j'allais accepter de sortir avec lui, » racontait Bill en agitant son pied de gauche à droite. « Sérieusement, quel genre de mec imagine pouvoir intéresser quelqu'un en étant bourré à ce point ? »
 
« Beaucoup, en fait, » répliqua Alois en souriant. « Ils ne se voient pas, ils pensent qu'ils sont irrésistibles parce que l'alcool les désinhibe. Du coup tu es rentré seul ? »
 
« Pas vraiment. » Bill eut un sourire en coin.
 
« Quoi ? Bah raconte au lieu de te faire désirer comme ça ! » Lui intima Georg, qui malgré son hétérosexualité totale, adorait écouter Bill et Alois parler de leurs histoires de mecs.
 
« Un gars en fin de soirée m'a interpellé, il m'a dit que j'avais le genre de physique qu'il cherchait pour un photoshoot. »
 
« Meeeeeec, » s'exclama Andréas, allongé sur le ventre, en levant les yeux au ciel. « C'est n'importe quoi, c'est tellement naze comme technique d'approche ! »
 
« Tais toi et laisse le finir, » lui répondit Alois.
 
« Et donc, on a été chez lui, et il avait vraiment un studio photo, mais franchement, je m'en fichait, je l'aurais suivi quand même. Il a voulu prendre quelques photos, rien de particulier, il fait principalement du noir et blanc et il voulait un mec avec une silhouette grande et fine. Et comme je voulais le tester, j'ai commencé à enlever mon haut. Il a posé son appareil, il m'a pris par la main pour me rapprocher de lui, et... »
 
« Vous avez baisé toute la nuit ! » S'écria Andréas en tapant dans ses mains. Les autres se mirent à rire, ils savaient qu'Andréas aimait autant les filles que les garçons, mais il se complaisait dans le rôle de grande folle.
 
« C'était dingue, » confia Bill en baissant un peu les yeux. « Il était vraiment beau, et fort, mais à la fois doux... Je ne suis pas prêt de l'oublier. »
 
« Notre Bill serait-il tombé amoureux ? » Lâcha Gustav, qui semblait pourtant plongé dans son livre, mais n'avait pas loupé une miette de la conversation.
 
« Bien sûr que non, » répondit l'intéressé en s'allumant une cigarette. « C'était juste un coup. Un très bon coup. »
 
Il jeta un coup d'oeil discret dans la direction de Tom, qui semblait passionné par un coquillage près de sa main et ne prêtait apparemment pas attention à la discussion du groupe.
 
« Veinard, j'ai pas eu de très bon coup depuis des siècles, » maugréa Andréas en s'étalant une nouvelle couche de crème solaire sur les bras.
 
« C'était quand ton dernier ? » Lui demanda Georg tout en suivant du regard deux filles en maillots de bain qui passaient devant eux.
 
« Euh, attend voir... Merde, ça doit faire quelque chose comme huit mois. Une fille de ma fac, qui est venue en soirée étudiante. Je l'avais déjà croisée plusieurs fois, mais sans plus. Et elle m'a abordé ce fameux soir, on a fini dans une chambre de la maison où était la fête. Et bon sang, elle savait comment s'y prendre. Mais elle m'a dit le lendemain qu'elle avait déjà un mec, alors on a pas remis ça depuis. » Il soupira de manière dramatique, provoquant le rire des autres.
 
« Vous voyez qu'être en couple, ça a du bon, » lança Alois. « Moi je m'éclate au pieu, et régulièrement en plus. Pas besoin de courir les bars ou les soirées. »
 
« Heureusement pour toi d'ailleurs, vu le succès que tu as auprès des nanas, » pouffa Bill en lui tapant l'épaule.
 
Alois, à son grand désespoir, intéressait beaucoup les femmes. Grand, plutôt musclé, les yeux clairs et les cheveux noirs ondulés, il se faisait régulièrement aborder. Néanmoins, les femmes, lui, ne l'intéressaient vraiment pas.
 
« Enfin, on verra bien si les choses changent d'ici la fin du mois, » reprit Andréas.
 
« Exactement ce que je me disais, » murmura Bill, plus pour lui même qu'autre chose. Il jura pourtant voir Tom le fixer alors que les mots franchissaient ses lèvres.
 
***
 
Leurs premiers jours se déroulèrent tranquillement, ils partirent à la découverte de la ville de Sitges et firent quelques sorties. Ils découvrirent que l'endroit était en fait un ancien village de pécheurs, Julian se faisant un plaisir de leur raconter les quelques histoires qu'il connaissait sur ce lieu où il passait ses vacances depuis de nombreuses années. Il leur expliqua notamment que pour y venir, avant que l'autoroute ne soit construite, il fallait emprunter des routes de bord et mer et montagnarde. Chaque fois qu'il parlait des caractéristiques de la ville, il semblait amusé, comme s'il cachait quelque chose. C'est lorsqu'ils sortirent d'un bar où ils avaient passé la soirée, à pieds sur le chemin du retour, que Georg et Andréas mirent le doigt sur la plus grosse particularité de Sitges.
 
« Dis moi, Juju, » commença Andréas, appuyé contre Gustav et légèrement pompette. « Tu n'aurais pas oublié de nous dire un truc sur cette ville lors de ta petite visite touristique ? »
 
« J'en sais rien, pourquoi tu me demandes ça ? » Répondit Julian, un sourire espiègle aux lèvres.
 
« Il n'y aurait pas... Comment dire, une population particulière... Enfin, un grand nombre, une présence importante de... »
 
« C'est une putain de ville homo ! » S'exclama Georg en pointant son ami du doigt. « Pas vrai ? »
Julian échangea un regard avec Bill et Alois qui se retenaient de pouffer. Finalement, ils partirent tous les trois en fou rire.
 
« Okay, j'avoue tout, » s'esclaffa le guide improvisé. « En fait, Sitges est super connue pour être une des destination préférée de la communauté homo. Je pensais que vous tiqueriez avant, avec tous les bars et les boîtes devant lesquels on est passé ! »
 
« Merde, je me disais bien aussi... » Souffla Georg en secouant la tête. « Et vous deux vous étiez au courant, et vous n'avez rien dit ? »
 
« Tu rigoles ? » Répondit Bill en manquant de trébucher. « C'était tellement drôle de vous voir insouciants. Alo et moi on avait déjà entendu parler de ça, et Juju nous l'a confirmé. D'ailleurs, comment vous vous en êtes rendu compte ? »
 
Andréas et Georg échangèrent un regard gêné. Ce dernier commença, l'air penaud.
 
« Disons qu'on a voulu tester un peu les possibilités avec les nanas d'ici... »
 
« Et on s'est méchamment fait rembarrer parce qu'elles étaient lesbiennes, » acheva Andréas. « Et on y a eu droit au moins trois fois. Alors on s'est demandé si c'était un blague, une excuse bidon, mais en fait, non, c'est juste vrai. Putain. »
 
« Oh, soyez pas déçu les gars, vous trouverez bien, ça fait que quelques jours qu'on est ici, » tenta de les rassurer Tom, les mains dans les poches.
 
« C'est facile à dire pour toi, même une lesbienne se jetterait sur toi, » maugréa Andréas.
 
« Arrête de dire des conneries, » lui répondit Tom en lui ébouriffant les cheveux.
 
« Allez, fini de vous chamailler les filles, » lança Julian en déverrouillant la porte d'entrée de la villa. « Qui est partant pour un poker ? »
 
Georg, Alois et Andréas répondirent par l'affirmative, alors que Gustav s'excusait et montait à l'étage afin d'appeler sa petite amie.
 
« Tu joues ? » Demanda Tom à Bill alors qu'ils entraient et se dirigeaient vers la terrasse.
 
« Je sais pas trop, » répondit le brun en jouant avec un de ses bracelets. « J'ai pas envie de tous vous déplumer et de vous entendre pleurer à propos de ça pendant des jours. »
 
Tom émit un petit rire. Bill sentit un frisson remonter le long de sa colonne.
 
« Tu fuis mon regard, » éluda doucement le plus âgé, retrouvant son sérieux et son calme légendaire. « Pourquoi ? »
 
« Tu te fais des films, Tom. » Pour appuyer ses dires, il releva les yeux, légèrement maquillé ce jour là. « Je suis juste un peu claqué. C'est la chaleur. »
 
« Bien. » Il sourit à nouveau. « Tu sais, je suis vraiment heureux. Qu'on ai fait ça, je veux dire. Ça fait un bien fou de retrouver tout le monde. »
 
« Oui, je crois que j'en avais besoin. Tu sais, avec les cours, le boulot, enfin, la vie quoi. » Bill haussa les épaules. « Je crois que j'avais juste envie de tout laisser derrière et de m'évader un peu. »
 
« Alors tu es servi, enfin, sauf si par tout laisser derrière, tu entends laisser aussi tes vieux copains. »
 
Bill fit mine de réfléchir un instant, puis secoua la tête.
 
« C'est pas comme si j'avais eu le choix, sans Ju on avait pas de maison alors... »
 
Tom le poussa légèrement en riant. « T'as toujours été un tel ingrat B. ! »
 
Ils se bousculèrent l'un l'autre en riant, et sans savoir comment, Bill se retrouva très proche de Tom, trop proche. Ils se fixèrent un instant, le souffle court.
 
« Bon les mecs, vous jouez ou quoi ? » Entendirent-ils depuis la terrasse.
 
« Viens prendre ta branlée, » ricana Bill en repoussant son ami. Ce dernier leva les yeux au ciel, avant de le suivre pour rejoindre les quatre autres. 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.170.159) if someone makes a complaint.

Comments :

  • mortania

    26/03/2016

    Je suis tellement en retard dans les écrits de tout le monde! J'étais presque habitué à l'inactivité... vivement la suite, ça me tient en haleine! J'adore! :)

  • I-am-Twincesteuse

    02/07/2015

    J'avais vu que t'avais reposté et j'étais toute excitée xD J'avais vraiment hâte de revenir et je viens d'y repenser ce matin et j'me suis dit qu'il fallait VRAIMENT que je lise ça parce que de toute façon je m'éclate toujours à te lire !

    Au début je savais pas trop à quoi m'attendre, je savais pas si Bill et Tom avaient une relation platonique et amicale ou s'il se passait déjà des trucs et là je suis teeeeellement pas sûre de moi raaah x) j'ai pleins d'hypothèses dans la tête c'est affolant !

    J'ai envie de courir vers la prochaine partie pour avoir des réponses et en même temps je me sens déjà frustrée parce que c'est pas fini ^^ mais je vais prendre sur moi ! J'ai vraiment envie de savoir, ça me démange là xD

    Donc, j'y cours ! J'y vole !
    Je suis vraiment contente que tu sois revenue, c'est toujours autant génial de te lire.

    Des bisous !
    Léana.

  • xUnsy

    23/06/2015

    fic-loulou483 wrote: "Te relire c'est juste super. Vraiment. Jadore.

    Ensuite l'histoire peut être sympa vraiment une virée entre mec ça fait toujours plaisir. Vraiment. C'est tellement mythique par contre le coup du "c'est l'endroit des homos" ça la fait hurler de rire. Sérieusement. J'ai juste sur kiffe..

    Bon je soupçonne Bill amoureux de Tom et Tom aussi vue la façon de ce comporter de Tom quand Bill parler de la partie de baise qui la eu... Et Bill vue la façon sont il regarde... Mais ça je pense qu'on le sera bientôt.

    Bref j'espère que la suite va vite arriver. !
    Bonne fin de journée !
    "

    Merci beaucoup ! Oui pour le coup la ville est vraiment réputée pour ça héhé ! En tout cas heureuse que ça te plaise, la suite arrive aujourd'hui :)

  • fic-loulou483

    23/06/2015

    Te relire c'est juste super. Vraiment. Jadore.

    Ensuite l'histoire peut être sympa vraiment une virée entre mec ça fait toujours plaisir. Vraiment. C'est tellement mythique par contre le coup du "c'est l'endroit des homos" ça la fait hurler de rire. Sérieusement. J'ai juste sur kiffe..

    Bon je soupçonne Bill amoureux de Tom et Tom aussi vue la façon de ce comporter de Tom quand Bill parler de la partie de baise qui la eu... Et Bill vue la façon sont il regarde... Mais ça je pense qu'on le sera bientôt.

    Bref j'espère que la suite va vite arriver. !
    Bonne fin de journée !

  • B-illy

    21/06/2015

    Je suis tellement heureuse que tu postes à nouveau ! Tu écris vraiment bien et je sens que ce TS va me plaire. Bill a l'air de cacher quelque chose, j'espère que c'est rien de grave mais en tout cas j'aime beaucoup l'amitié qui les lie tous, j'ai hâte de voir ce que tu nous réserve :)
    A bientôt pour la suite !

  • Visiteur

    18/06/2015

    Mon avis n'est pas vraiment objectif, mais je trouve ça super.. Hâte que tu postes la suite <3

  • Visiteur

    18/06/2015

    c'est quand qu'ils couchent ?

Report abuse